Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1950-1954 : Entre montées et descentes (II)

par Jérémy Bazin 15 Décembre 2011, 12:00 OL Inside

En quinze numéros, Culture Sport retrace l'histoire de l'Olympique Lyonnais. Deuxième article ce jeudi avec les premiers pas du club en division 2 puis en division 1. L'apprentissage de l'élite est très compliqué, Lyon descend, puis remonte. En quatre ans d'existence, le palmarès est en tout cas déjà bien fournit. Histoire.

saison-1951-1952-jpg
                      L'équipe de l'OL lors de la saison 1951-1952

1950, l’OL est né dans un contexte compliqué. Au départ on ne donne pas cher de sa peau, pourtant Lyon va résister.  Le Président Armand Grosvelin confie une importante mission à Oscar Heisserer : l'ancien entraîneur du LOU doit effectuer un bon recrutement tant économique que sportif afin d'accéder à la D1 dès la première année. Même pas peur ! La base, sera l’ancien effectif du LOU, avec des joueurs comme le buteur Dupraz, accompagné d’un recrutement modeste mais intelligent, comme le milieu Woelh ou encore le gardien Lergenmuller. Une équipe solide est en train d’être bâtie. Une équipe qui aime jouer et qui répondra aux attentes des dirigeants. Notre entraîneur, ex-international et capitaine des Bleus dans les années 30, se lance à corps perdu dans l'aventure. Les attaquants Dupraz et Rolland marquent et la défense ne prend pas de buts. L’histoire est déjà en marche. Les Lyonnais gagnent 9 de leurs 10 premiers matchs, et malgré une petite baisse de régime hivernale, ne laissent pas échapper la montée. Pourtant ce n’aura pas été aussi simple que ça en a l’air. Heisserer n’a pas hésité à rechausser les crampons pour aider ses hommes ! Le match décisif, contre Troyes, reste encore aujourd’hui comme l’un des plus beaux de l’OL. Ce jour-là, il fallait gagner et les portes de la division 1 s’ouvriraient. Les lyonnais, menés 4-1, l’ont emporté finalement 5-4 ! Le pari fou est réalisé : l'OL est champion de France de deuxième division en 1951. La dernière victoire face à Monaco (3-2) s'effectue même devant 5000 spectateurs.

Un an d’existence et déjà la Division 1. Beaucoup en rêvent, l’OL l’a fait. Lyon commence à aimer le foot, nourrissant de grands espoirs. Des espoirs déçus. La première saison, 1951-1952, dans l’élite ne sera pas vraiment une réussite. Tout à l’air de bien commencer pourtant avec les arrivées des internationaux Flamion et Grillon, pour consolider un groupe en pleine confiance. Mais pour les Gones le niveau de la D1 est très élevé, trop élevé. Ils auront  tout donné. Heisserer a une  nouvelle fois rechaussé les crampons contre Sète notamment. Pour la petite histoire et au bon souvenir du premier  coach de l’OL, c’est lui qui ouvre le score dans ce match et son équipe s’imposera 2-0 à l’extérieur. Mais tout n’a pas été aussi rose lors de cet exercice. Avec seulement sept victoires au compteur Lyon repasse par la case Division 2. Cependant à l’orée de la saison 52-53, une bien mauvaise nouvelle attend l'OL. Le club garde des structures fragiles, et doit laisser partir une dizaine de joueurs, pour s'assurer une base financière plus solide. Le recrutement est extrêmement limité et la saison 1952-1953 sera somme toute très moyenne, une saison de transition dira-ton. Lyon termine à une modeste huitième place en D2. Seul bon coup, le club atteint les huitièmes de finale de la coupe de France avant d’être éliminé par le voisin Grenoblois (2-1).

L’exercice 1953-1954 marque un énorme tournant. Soit Lyon rebondit, soit Lyon s’enfonce dans les bas-fonds du classement de division 2. La première solution est plus attirante, d’ailleurs l’OL va réagir. En juin 1953, l'OL décide de se donner les moyens de ses ambitions. Pour ce faire, les dirigeants font venir une dizaine de joueurs. Lerond, Schultz et Bonvin deviennent les leaders du groupe. Une équipe bien construite qui impose sa puissance et sa qualité en faisant souvent plier les défenses : cinq buts à Toulon, contre Besançon et  Cannes, six contre Sedan, sept face à Béziers et même huit contre Grenoble ! L’attaque ne s’arrête plus, la défense tient, l’OL est irrésistible. Rien n'arrête l’OL qui ne se contente pas d'accéder en division 1 mais remporte son second titre en seulement 4 ans d'existence. Une affaire qui marche.

Prochain numéro, jeudi prochain : "1954-1963 : Un dur apprentissage"

Article réalisé par Jérémy Bazin l Archives : Jérémy Bazin

commentaires

Haut de page