Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Artistes du foot #2 : Abedi Pelé, ambassadeur d’un continent

par Raphael Copin 15 Février 2012, 12:00 Artistes du foot

pele.jpgLa CAN 2012 venant à peine de se terminer, nombreux ont été ceux qui ont suivi l’équipe nationale du Ghana. Cette année, les frères Ayew constituaient la principale attraction chez des Black Stars toujours à la recherche d’un trophée continental depuis 1982. Leur père, Abedi Pelé, aura marqué l’histoire du championnat français et plus particulièrement de l’Olympique de Marseille. Retour sur la carrière d’un joueur et d’un père de famille exemplaire.

 

Ses débuts au Ghana

Né le 5 novembre 1962 près de Domé dans la périphérie d’Accra, capitale ghanéenne située au sud sur le littoral, Abedi Ayew, dit Abedi Pelé, grandit dans une famille modeste. Poursuivant ses études, il travaille parallèlement pour apporter un appui financier au reste du foyer. À dix-sept ans, il continue la pratique du football à Tamale (capitale du nord du Ghana) avant de disputer sa première rencontre en Sénior avec l’équipe du Real Tamale United. Entre 1980 et 1982, il totalise un total de vingt-et-un buts en quarante-six matchs. Rapidement, il est convoqué par la sélection ghanéenne et remporte avec le reste du groupe la Coupe d’Afrique des Nations de 1982. À l’époque, le jeune Abedi n’est encore qu’un espoir.

 

Alors qu’il passe environ six mois au club d’Al Sadd Doha en 1983 puis la saison suivante au FC Zurich, Abedi Pelé repart en Afrique et finit la saison 1984 aux Dragons de l’Ouémé : onze buts en huit matchs, tel est le total du jeune joueur africain. En 1985, il décide de repartir au Real Tamale United, club qui l’avait auparavant dévoilé au grand public ghanéen. Il n’y restera finalement qu’une année. En 1986, c’est le grand départ : direction la France et le Chamois niortais FC.

 

La France : un point d’ancrage

La première année en France est plutôt convaincante, il totalise douze buts et trente-quatre matchs avec le club de Niort. Dès lors, il décide de transiter par le FC Mulhouse et l’Olympique de Marseille lors de la saison 1987 et 1988. Toutefois, son passage n’est pas fructueux. Il se relance alors au LOSC durant deux saisons, inscrivant notamment vingt-et-un buts en cinquante-deux matchs. Au terme de ces deux années, l’Olympique de Marseille revient sur ses pas : c’est le début d’une aventure extraordinaire.

 

Abedi Pelé et l’OM, « à jamais les premiers »

Un premier passage compliqué, un cadre particulier, il était difficile à l’époque de se prononcer sur la probable réussite du ghanéen en terre phocéenne. Pourtant, Abedi Pelé aura indéniablement imprégné à jamais l’histoire du club de son empreinte. Après l’arrivée du belge Raymond Goethals en janvier 1991 sur le banc de touche marseillais, il devient un titulaire à part entière. Cette année sera notamment marquée par un titre de champion de France et une finale de Coupe des clubs champions européens perdue aux tirs au but face à l’Étoile Rouge de Belgrade.

En 1992, la coupe d’Europe change de formule : c’est la naissance de la Ligue des Champions de l’UEFA. Abedi Pelé n’aurait pas pu s’y prendre mieux pour laisser une trace indélébile dans l’Histoire du club olympien. En 1993, il remporte, en compagnie de son capitaine Didier Deschamps, la Ligue des Champions face au grand Milan A.C. de Frank Rijkaard et Marco Van Basten. Il est d’ailleurs passeur décisif sur l’unique but de ce match, étant à l’origine du fameux coup de tête ravageur de son coéquipier Basile Boli. Partis outsiders, les joueurs marseillais remportent alors la première coupe d’Europe de l’histoire des clubs français. En trois saisons, Abedi Pelé participe à pas moins de 137 matchs et trouve à trente reprises le chemin des filets.

Durant ces trois années sous le maillot ciel et blanc, le joueur des Blacks Stars accumule les récompenses individuelles. Il remporte durant trois années consécutives le ballon d’or africain (1991, 1992, 1993). De même, il est élu joueur africain de l’année en 1992 et étoile d’Or d’Afrique Football en 1992 et 1993.

 
30877353E91EF09BE561D350EEA4.jpg

Pelé en équipe nationale : un capitaine prolifique

Entre 1994 et 2000, Abedi Pelé passera par le Torino FC, le TSV Munich 1860 puis le club d’Al Wahda Abu Dhabi. Mais à côté de ces années en club, il est capitaine de la sélection ghanéenne et marque la bagatelle de trente-trois réalisations en soixante-treize sélections (il possède toujours le plus grand nombre de buts de l’histoire de l’équipe nationale ghanéenne). S’il ne remporte qu’une seule CAN (1982), il fait partie de l’équipe finaliste de 1992. Toutefois, suspendu, il ne participera pas à la finale remportée par les ivoiriens aux tirs au but.

 

Aujourd’hui, la légende Pelé continue de vivre à travers le parcours de ses deux fils André et Jordan avec l’Olympique de Marseille et l’équipe nationale du Ghana. Véritable émissaire du football africain dans les années 1990, il est le premier joueur dudit continent à marquer les esprits en Europe. Légende vivante, humble et modèle de toute une famille, Abedi Pelé le dit lui-même, il fait partie de ceux qui ont  « imposé le footballeur africain aux Européens ».

 


Article réalisé par Raphael Copin
Crédit photo :  DR, Getty Images

commentaires

Haut de page