Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Andyfficulté Schleck

par Julien Detroz 24 Mars 2012, 12:00 CYCLISME

Deuxième étape du Tour de Catalogne. Andy Schleck aborde cette journée comme un bon moyen de rattraper le temps perdu. En effet, le Luxembourgeois avait posé pied à terre rapidement au cours du Paris-Nice. Afin d’être en bonne condition pour les classiques ardennaises, un sérieux cours de rattrapage s’offrait au cadet de la famille. Or, Andy Schleck ne rallie pas l’arrivée. A un mois de ses premiers objectifs, les suiveurs s’inquiètent quant au niveau du désormais vainqueur du Tour de France 2010…

 
foto00000016_600.jpg

Une préparation catastrophique

Alors que le mois de mars touche à sa fin et que la plupart des coureurs ont déjà couvert une grosse vingtaine de journées en compétition, Andy Schleck n’en a effectué que six ! Et encore, certaines épreuves auxquelles il a pris part furent raccourcies ou n’étaient que de simples prologues. En effet, alors qu’il débutait sur le Challenge de Mallorca, une course a été amputée, tandis que celle du lendemain fut carrément annulée à cause des conditions atmosphériques excessivement fraîches. Qu’à cela ne tienne se disait Andy, espérant hausser son niveau sur Paris-Nice. Mais un virus circulant dans l’entourage de la RadioShack l’a contraint à l’abandon, le lendemain du prologue inaugural conclu à une catastrophique cent quarante-deuxième place. Tandis que son frère aîné couvrait l’ensemble de la semaine, le cadet s’est reposé sous le soleil de Nice, en attendant l’arrivée du peloton. N’affichant aucune inquiétude, le vainqueur du Liège-Bastogne-Liège 2009 a préféré modifier son programme initial. Plutôt que de suivre son frangin en Corse pour disputer le Critérium International qui ne dure que deux jours, Andy voulait courir plus, en allant en Catalogne. La suite, vous la connaissez. Ne supportant pas le froid glacial régnant sur l’étape reine, le Luxembourgeois abrège son séjour en terre ibère.

 
foto00000017_600.jpg

Sauver la saison

Si Fränk Schleck suit une courbe ascendante et sera l’un des favoris sur le Critérium International, son frère cadet a plus de soucis à se faire. Lequel veut rassurer ses supporters en rappelant son objectif principal de l’année : le Tour de France. Il veut terminer sur les Champs-Élysées vêtu de jaune, lui qui vient d’être nommé vainqueur de l’édition 2010. Mais avec plus de cent kilomètres de contre-la-montre, il sera complexe pour le Luxembourgeois de battre les rouleurs, lui qui ne semble guère s’améliorer dans l’effort en solitaire. De plus, les ascensions de la Toussuire et de Peyragudes ne sont pas assez tranchantes pour distancer les Evans et autre Wiggins, tandis que le difficile col du Grand Colombier est placé trop loin de l’arrivée pour pouvoir anticiper le retard prévu dans les environs de Chartres.

 

Le succès en terre hexagonal n’est donc pas assuré, et il est préférable pour lui de prester correctement sur l’Amstel, la Flèche Wallonne, et Liège-Bastogne-Liège pour sauver sa saison. Ce sont ces courses qui l’ont révélé et qui lui ont offert un palmarès fourni. Son gabarit de grimpeur lui donne un avantage énorme sur certains lorsqu’il faut faire la différence dans le Mur de Huy, ou la côte de la Roche aux Faucons. L’édition précédente de la Doyenne l’illustre parfaitement. Toutefois, sans une forme assidue, il sera difficile de battre les Valverde, Gerrans, Gilbert et autres spécialistes des parcours vallonnés.

 

Il faudra donc se reprendre en main rapidement. Couvrir l’ensemble du prochain Tour du Pays Basque est impératif. A l’issu de cette course, sa forme peut revenir. Joaquin Rodriguez peut le confirmer, lui qui avait repris la compétition sur cette épreuve du début avril, l’avait remporté avant d’échouer à la deuxième place derrière l’intouchable Gilbert au sommet du Mur de Huy.



Article réalisé par Julien Detroz
Crédit photo : Rafael Gomez Alonso

commentaires

Haut de page