Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bilan cyclisme 2011 #6 : Juin, en attendant la Grande Boucle…

par Thomas Guérin 15 Décembre 2011, 21:30 CYCLISME

Nous voici en juin. Le Giro est déjà derrière, le Tour de France désormais en point de mire. Se dressent alors sur la route de la Grande Boucle deux épreuves majeures du calendrier, le Critérium du Dauphiné Libéré -véritable répétition générale avant juillet- et le Tour de Suisse.

Nous reviendrons également sur les championnats de France qui se sont cette année déroulés à Boulogne-sur-Mer. Un championnat de France d’une rare intensité qui a accouché d’un très beau champion, Sylvain Chavanel. Nous allons y revenir.

Retour aujourd’hui sur un mois de juin déjà très riche en indications à quelques jours du grand lancement du Tour de France en Vendée.

 

Wiggins marque les esprits sur les routes du Dauphiné…


wiggins.jpg

Très régulier tout au long de ce Dauphiné Libéré, impressionnant de puissance dans l’exercice chronométré autour de Grenoble, très présent en montagne, Bradley Wiggins s’avançait en outsider redoutable sur les routes du Tour en juillet.

 

A quelques semaines de la Grande Boucle, nombreux sont les favoris du Tour à répéter leurs gammes et à se tester une dernière fois sur les routes du Critérium du Dauphiné Libéré. Un passage incontournable pour les prétendants à la victoire ou aux places d’honneur à Paris. Il faut dire que le Dauphiné présente un cadre idéal pour préparer le Tour. Des étapes de montagne grandeur nature dans les Alpes et surtout un contre-la-montre autour de Grenoble identique à celui de la Grande Boucle. Cadel Evans, Bradley Wiggins et Tony Martin ne s’y étaient pas trompés. Ils comptaient y obtenir des indications et y acquérir de précieux automatismes en vue du rendez-vous juilletiste. Alexandre Vinokourov, Jürgen Van den Broeck, Robert Gesink et Joaquim Rodriguez étaient les autres principales têtes d’affiche de l’épreuve française.

 

Lars Boom, parti tôt dans l’après-midi avant l’orage, remporta le prologue devant l’ensemble des favoris. Le lendemain, sur les hauteurs de Saint-Pierre-de-Chartreuse, la grande bagarre débuta entre les cadors. A ce petit jeu-là, le Belge Jürgen Van den Broeck contra Thomas Voeckler avant de résister au retour d’un groupe de poursuite. Sa première victoire chez les pros ! John Degenkolb triompha ensuite par deux fois, à Lyon puis Mâcon.

 

Tony Martin écrasa sans surprise le chrono grenoblois, devant Bradley Wiggins qui forgea d’ores et déjà une partie de sa victoire finale. Cadel Evans et Alexandre Vinokourov déçurent quelque peu en se montrant en retrait. L’Australien avait pourtant reconnu à plusieurs reprises le parcours du chrono au printemps, mais il l’affirmait lui-même, son objectif était d’arriver en forme en troisième semaine du Tour.

 

Aux Gets, lors de la première étape alpestre, le Français Christophe Kern afficha son excellent état de forme en rapportant en costaud l’étape devant les favoris, bien aidé par son coéquipier du Team Europcar Thomas Voeckler. Le lendemain,  lors de l’étape reine arrivant au sommet d’un col inédit, mais très difficile, le Collet d’Allevard, le team Sky durcit la course pour préserver le maillot de leader de Bradley Wiggins. Cela n’empêcha les offensives dans la montée finale. Gesink s’essaya dès le pied, avant de se faire contrer par Joaquim Rodriguez qui allait remporter l’étape en solitaire. Derrière, Wiggins s’accrochait, tout comme Vinokourov et, un peu plus loin Evans. La dernière étape ne bouleversait pas le classement général. Joaquim Rodriguez faisait le doublé à la Toussuire. Le jeune et prometteur Thibaut Pinot (FDJ) réglait le groupe des favoris pour la deuxième place.

Bradley Wiggins pouvait alors laisser éclater sa joie. Il remportait là sa première course à étapes majeure et prenait date à quelques jours du départ de la Grande Boucle, sans se douter que le destin anéantirait ses espoirs de podium à Paris…

 

…pendant que Leipheimer coiffe Cunego en Suisse

 

leipheimer.jpg

Intenable suspense sur les routes du Tour de Suisse. Il a fallu attendre le chrono final pour que l’Américain Levi Leipheimer ne vienne détrôner l’Italien Damiano Cunego de 4 petites secondes. Le jeune Hollandais Steven Kruijswijk, révélé sur les routes du Giro, complète le podium.

 

Tous les coureurs se préparant pour la Grande Boucle n’avaient pas fait le choix du Dauphiné Libéré pour peaufiner leur condition physique. Les frères Schleck, Damiano Cunego ou encore Levi Leipheimer avaient opté pour les routes helvètes, très souvent escarpées. Pas moins de quatre étapes de haute montagne étaient proposées aux coureurs.

 

Fabian Cancellara mit tout le monde d’accord, d’entrée de jeu, lors du prologue tracé dans les rues de Lugano. Le lendemain, les choses sérieuses pouvaient commencer. A Crans-Montana, Mauricio Soler, le Colombien de l’équipe Movistar fit coup double : étape et maillot de leader, devant Damiano Cunego qui s’apprêtait à récupérer la première place du général le lendemain dans la station de Grindelwald. L’Italien concéda la victoire d’étape à Peter Sagan, rescapé d’une longue échappée matinale, mais il creuse néanmoins des écarts conséquents avec ses poursuivants au général. Des poursuivants parmi lesquels ne figurait déjà plus Andy Schleck, visiblement encore à cours de forme, à seulement 15 jours du départ du Tour de France.

 

Le lendemain, la course bascula définitivement en défaveur de Juan Mauricio Soler, victime d’une lourde chute. Dans le coma, le Colombien restera hospitalisé en Suisse de nombreux mois, dans un état très critique. Ses jours ne sont aujourd’hui plus en danger mais personne ne sait s’il remontera à nouveau sur un vélo. Thor Hushovd remporta le même jour l’étape arrivant en faux-plat montant. Sa première victoire en arc-en-ciel, le début d’une nouvelle saison pour le champion du monde norvégien.

 

Après une victoire d’étape du Slovène Borut Bozic, la course pour le maillot jaune de leader repris ses droits. Steven Kruijswijk et Thomas De Gendt s’octroyèrent une étape chacun alors que Damiano Cunego semblait maitriser son sujet en maintenant Levi Leipheimer à distance.

Mais se profilait déjà le chrono final tracé autour de Schaffhouse. Cunego parviendrait-il à résister au rouleur américain Leipheimer ? On pouvait penser que son avance serait suffisante. Et bien l’improbable se produisit, et alors que Cancellara écrasait la concurrence, le coureur de la Radioshack coiffa le petit prince de Vérone pour une poignée de secondes, quatre exactement ! Un final du Tour de Suisse à haut suspense donc.

 

Sylvain Chavanel se pare de bleu-blanc-rouge

 

chavanel.jpg

Sylvain Chavanel, au terme d’un énorme numéro sur un circuit très exigeant et accablé par la chaleur, est devenu champion de France pour la première fois de sa carrière à Boulogne-sur-Mer. Il devance Anthony Roux et Thomas Voeckler.

 

Déjà titré par trois fois dans l’exercice individuel, Sylvain Chavanel rêvait depuis longtemps de s'imposer dans la course en ligne. Il l’a fait et avec brio au terme d’une course de toute beauté. Le Poitevin, considéré comme le coureur le plus doué de sa génération, méritait bien un maillot bleu, blanc, rouge pour l'ensemble de son œuvre. Mais il l'a surtout mérité au vu de cette seule course, qu'il a éclaboussée de son talent et dominée de toute sa classe. Le meilleur a gagné dimanche à Boulogne-sur-Mer, en toute logique et sans contestation possible. Une course de mouvement somptueuse avec une échappée qui a failli surprendre les cadors. Mais Chavanel en a décidé autrement, en sortant seul à 40 kilomètres du but pour reprendre les échappés un à un puis finalement résister au retour d’Anthony Roux et du tenant du titre, Thomas Voeckler, qui n’a rien eu à se reprocher…

 

Dans l’exercice du chrono, quelques jours plus tôt, Christophe Kern était devenu lui aussi champion de France, devant Christophe Riblon et Geoffroy Lequatre.

Philippe Gilbert (Belgique), Robert Wagner (Allemagne), Bradley Wiggins (Grande-Bretagne), Giovanni Visconti (Italie), Peter Sagan (Slovaquie), Jose Joaquin Rojas (Espagne), Franck Schleck (Luxembourg) et Fabian Cancellara (Suisse) sont les autres principaux lauréats des championnats nationaux.

 

A suivre dans le prochain article : « Juillet, l’apothéose »

 

 A voir également 

Introduction

#1/ Janvier

#2/ Février

#3/ Mars

#4/ Avril

#5/ Mai

 

Article réalisé par Thomas Guérin l Images : Steephill/Reuters

commentaires

Haut de page