Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bundesliga (J24) : Dortmund leur dit merci

par Paul Arrivé 7 Mars 2012, 09:00 Petit tour d'Europe

Au programme de cette vingt-quatrième journée de Bundesliga : Dortmund qui s'envole grâce à sa victoire et les défaites de ses trois poursuivants, le Herta Berlin qui gagne un match, Guerrero qui se la joue assassin et Podolski indispensable à Cologne.

 

Les enseignements du week-end

Le principal enseignement du week-end en Bundesliga, c'est le Borussia Dortmund qui prend sept points d'avance sur le Bayern en tête du championnat. Mais aussi huit sur M'Gladbach et onze sur Schalke 04 ! La raison ? Les défaites des trois derniers cités (respectivement à Leverkusen, Nuremberg et Fribourg, pourtant lanterne rouge) combinées à la victoire de Dortmund face à Mayence ! Le BVB est désormais sur une voie royale pour conserver son titre (voir « événement du week-end »).

Du côté de la course à l'Europa League, Nuremberg (neuvième) et Stuttgart (huitième, victorieux (4-0) à Hambourg, voir « flop du week-end ») se replacent à quatre et trois points d'Hanovre (septième). De son côté Leverkusen (cinquième) prend quatre points d'avance sur le Werder Brême après la défaite des hommes de Thomas Schaaf à Berlin (1-0, voir « top du week-end »). Mieux, le Bayer revient à quatre points seulement de Schalke et sa place qualificative pour la prochaine Ligue des Champions.

Dans le bas du tableau, quelques changements sont à noter : Kaiserslautern hérite de la dernière place après son nul face à Wolfsburg (0-0), à deux points de Fribourg (dix-septième), et trois d'Augsbourg (seizième) qui est allé chercher le nul à Hanovre (2-2). De son côté le Herta Berlin retrouve la quinzième place grâce à sa victoire, deux points derrière Cologne (quatorzième) qui peut dire merci à Podolski pour le nul obtenu à Hoffenheim (1-1, voir « joueur du week-end »).

 
82291.jpg

L'évènement du week-end

L'évènement du week-end en Bundesliga, c'est le Borussia Dortmund qui s'envole en tête du championnat, grâce à sa victoire face à Mayence, et surtout à celles de Nuremberg, Leverkusen et Fribourg.

Sept points. C'est ce qui sépare désormais le Borussia de son dauphin, le Bayern Munich, à dix journées de la fin du championnat. On le savait avant cette journée, le BVB est dans une série fantastique de victoires consécutives. Avec celle acquise, certes dans la souffrance, face à Mayence, le total passe à huit. Et que peut faire le Bayern actuel, si irrégulier en ce moment, face à cela ? Très honnêtement, pas grand chose...

Samedi, les coéquipiers de Ribéry (sur le banc après sa petite blessure avec les Bleus face à l'Allemagne cette semaine) se sont en effet montrés impuissant à Leverkusen face à un Bayer qui retrouve par période son niveau de la saison passée. Pourtant, les Bavarois auraient pu l'emporter (Gomez voyait son tir sorti sur la ligne par Friedrich en première mi-temps), ou au moins accrocher le point du match nul. Mais à dix minutes de la fin Kissling crucifiait Neuer à la suite d'une action où la défense du Bayern se sera montrée beaucoup trop passive, avant que Bellarabi n'en rajoute une couche quelques minutes plus tard (2-0). Dans le même temps, Schalke 04 s'inclinait à Fribourg qui n'avait gagné que quatre matchs jusque-là cette saison (2-1). L'occasion était trop belle pour que Dortmund ne s'en saisisse pas lors du match en « prime time » de ce samedi.

Et dans un match compliqué pour un BVB presque trop timoré face à l'offrande de ses poursuivants, il a fallu un grand Kagawa pour arracher la victoire à une quinzaine de minutes du terme (2-1). Peu importe le résultat de M'Gladbach, Dortmund sortait déjà gagnant de cette vingt-quatrième journée.

Et comme ça ne suffisait pas, M'Gladbach a offert l'opération du siècle à Dortmund en allant également s'incliner (1-0) du côté de Nuremberg. Les coéquipiers d'un Marco Reus en demi-teinte n'ont jamais réussi à trouver la faille dans la défense bien regroupée de leurs adversaires, avant de craquer à trois minutes de la fin.

Désormais, avec sept points d'avance, Dortmund peut voir venir. A dix journées de la fin du championnat, les hommes de Jürgen Klopp ont même une voie toute tracée vers un second titre d'affilée. A eux de ne pas laisser filer la chance offerte par leurs poursuivants ce week-end !

 

Le top du week-end

Le top du week-end en Bundesliga c'est le Herta Berlin, qui gagne enfin un match de championnat, face au Werder Brême, grâce à Rukavytsya à l'heure de jeu (1-0) ! C'est une véritable saga qui se poursuit pour Berlin. Après les déboires successifs du club de la capitale (changements d'entraineurs, défaites à répétition, plongée au classement), les supporters du Herta respirent un peu mieux aujourd'hui, suite à la première victoire de Rehhagel à la tête du club. La première également depuis le 29 octobre dernier, qui achève ainsi une série de six défaites consécutives ! Le Herta sort même de la zone de relégation, et pointe désormais à la quinzième place, synonyme de maintien. Un vrai soulagement pour le club et Rehhagel, surtout après la lourde défaite (3-0) de la semaine dernière face à Augsbourg. Les joueurs du Herta tenteront de confirmer ce regain de forme à Cologne lors de la prochaine journée, face à l'équipe qui les précède au classement. Un chapitre probablement déterminant dans cette histoire.

 
3e9bb_891190839.jpg

Le flop du week-end

Le flop du week-end en Bundesliga, c'est le Hambourg SV après sa défaite (4-0) à domicile face à Stuttgart, et plus particulièrement Guerrero, auteur d'un tacle assassin. Après avoir vu les images, la lourde défaite d'Hambourg parait anecdotique. En effet, ce que l'on retiendra plutôt de ce match, c'est l'attitude de Guerrero, joueur du HSV. A la cinquante-quatrième minute, alors que son équipe est déjà menée 3-0, le Péruvien, vexé par la correction infligée par Stuttgart, est allé tacler violemment le gardien adverse Sven Ulreich, par derrière, à hauteur du genou, et en n'ayant absolument aucune chance de récupérer le ballon. Un incroyable geste d'humeur, aussi violent que dangereux, qui vaudra à Hambourg de finir le match à dix et de prendre un quatrième but. Guerrero a quant à lui écopé de huit matchs de suspension. Une sanction amplement méritée.

 

Le joueur du week-end

Le joueur du week-end en Bundesliga, c'est Lukas Podolski pour son retour fracassant après un mois de blessure. Blessé lors des dernières semaines et absent face à la France, Podolski a pourtant été aligné d'entrée par son entraineur lors du déplacement de Cologne à Hoffenheim. Et on comprend pourquoi. Après trois défaites de rang, Cologne est mené 1-0 à dix minutes de la fin du match et on se dit alors que le club va de nouveau plonger au classement... Mais c'était sans compter sur l'attaquant allemand (qui serait par ailleurs en contacts très avancés avec Arsenal) qui réussit alors à placer une superbe tête au premier poteau, offrant ainsi un point crucial à son équipe dans la course au maintien. Définitivement, Podolski est un joueur indispensable à Cologne. Mais jusqu'à quand ?

L'œil d'Hambourg (par C.Bente, à Hambourg)
C'est le problème avec les statistiques et les prévisions. Il y a deux semaines j'écrivais à propos des différents écarts dans le classement. Et aujourd'hui, il n'y a plus qu'une seule tendance qui se dessine appelée « Borussia Dortmund », en route pour garder son titre (dix-huit matchs sans défaite, huit victoires de suite). Pour le reste je m'attends à voir quelques changements dans le classement... L'équipe la plus surprenante de ces dernières semaines semble être l'équipe « sans nom » de Nuremberg, qui a gagné contre M'Gladbach ce week-end. Leverkusen a démontré qu'il pourrait être une force montante en battant Munich et Hanovre a réalisé un match nul plutôt chanceux face à Augsbourg. De son côté Magath a vu son équipe de Wolfsburg faire un « grand match » face au dernier, Kaiserslautern (0-0) et Brême, en difficulté en ce moment, a perdu à Berlin. Enfin Hambourg s'est fait massacrer (4-0) à domicile face à Stuttgart. Du fait de ces résultats, on peut dire qu'il n'existe plus d'écarts avec la zone de relégation pour personne, parce que toutes les équipes du bas de tableau l'ont emporté ou fait un nul.

 


Article réalisé par Paul Arrivé
Crédit photo : Reuters

commentaires

Haut de page