Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Champion’s League : 90 minutes pour tout changer... (1/2)

par Jérémy Lévy 7 Décembre 2011, 15:00 Ligue des Champions & Europa

Comme souvent la dernière journée de la phase de poule de Ligue des Champions promettait d'être bouillante. Premier épisode, mardi soir. Le moins que l'on puisse dire c'est que l'on aura vibré. Et pour ça, on peut remercier Marseille, qui se qualifie dans un match au scénario complétement fou !

http://www.sport24.com/var/plain_site/storage/images/football/diaporamas/dortmund-marseille-en-images/valbuena/12171678-1-fre-FR/Valbuena_full_diapos_large.jpg
Dortmund – OM : Tout simplement exceptionnel !
Hier soir, l’Olympique de Marseille s’est qualifié pour les huitièmes de finale de la Champion’s League aux dépends du champion d’Allemagne en titre, le Borussia Dortmund (3-2). Et pourtant, l’affaire était loin d’être dans la poche ... Petit retour en arrière.

Ils avaient leur destin entre leurs mains. Pour se qualifier, les marseillais devaient faire aussi bien ou mieux que leur adversaire précédent, à savoir l’Olympiakos. Il n’aura pas fallu longtemps pour comprendre que la qualification devenait de plus en plus compliquée. Après un peu moins de quarante minutes de jeu, les grecques menaient déjà 2-0 face aux Gunners d’Arsenal. Dans les mêmes temps, les phocéens encaissaient un deuxième but (0-2, 32’). Dépassés physiquement, tactiquement et techniquement, les joueurs de Didier Deschamps n’ont que très rarement réussi à se sortir de cet « étouffement » permanent du BVB. Le tournant du match ? 49eme minute, encore et toujours dans le temps additionnel de la première période… Amalfitano, certainement un des marseillais les plus actifs, délivre un centre millimétrée sur la tête de Loic Rémy qui ne tremble pas et ajuste d’une tête croisé le portier allemand. Dortmund 2 Marseille 1.

Aux retours des vestiaires, c’est une autre histoire. Le champion allemand doute. A ce moment la, les « jaunes et noirs » se doivent d’inscrire trois buts sans en encaisser pour pouvoir espérer accrocher une place en Europa League. Didier Deschamps l’a compris, il faut tenter le tout pour le tout. En vingt minutes, l’ancien champion du monde 1998 réalise trois changements avec les entrées de Cheyrou, J.Ayew et Valbuena. Coaching gagnant vous dites ? Plus présent offensivement, plus solide défensivement, les Olympiens prennent petit à petit le dessus sur leur adversaire.

La fin vous la connaissez. Amalfitano, encore lui, dépose un corner sur la tête d’André Ayew (2-2, 85’) avant que, deux minutes plus tard, Mathieu Valbuena se joue de la défense allemande avant d’expédier le cuir au fond des filets après une frappe lumineuse (3-2). Lumineuse, épique, extraordinaire … Tant de termes pour définir cette frappe, tant de termes pour définir cette qualification. Grâce notamment à un mental d’acier et à une inspiration lumineuse du petit héros, l’OM réalise l’exploit. Dortmund 2 Marseille 3.

L’OM se verra accompagné d’Arsenal qui même défait au Pirée (1-3), conserve sa première place du groupe.

Qualifiés : Arsenal, Marseille/Europa League : Olympiakos

 
http://www.sport24.com/var/plain_site/storage/images/football/diaporamas/la-6e-journee-en-images3/cheslsea-valence-didier-drogba/12171240-1-fre-FR/Cheslsea-Valence-Didier-Drogba_full_diapos_large.jpg
Alors que Chealsea passe en huitièmes...
Chelsea-Valence : le calcul était simple. Passons les hypothèses d’un éventuel match nul et passons directement aux vrais calculs. Pour se qualifier, les Londoniens comme les « Valencianos » se devaient de l’emporter. D’un côté, les « Blues » restaient sur une défaite face au Bayern Leverkusen (1-2) alors que de l’autre, Valence s’était joué du Racing Genk (7-0). Il n’aura pas fallu bien longtemps pour voir Didier Drogba tromper le portier brésilien (1-0, 3’). On retrouvait ce dernier vingt minutes plus tard servir Ramires pour le 2-0. L’Ivoirien encore lui, crucifié Valence en inscrivant le troisième but. Trop fort offensivement, à l’image du duo Mata-Drogba, Chealsea se qualifie pour la phase finale tout comme le Bayern Leverkusen (1-1 à Genk). Valence jouera l’Europa League.

Qualifiés : Chealsea, Bayern Leverkusen /Europa League : Valence

...Porto passe à la trappe
Porto-Saint Petersbourg : on l’avait dit, ce match s’annonçait avec un air de finale. L’APOEL Nicosie certain d’être qualifié, il ne restait donc plus qu’une seule petite place. Maladroit devant le but, le FC Porto pourra nourrir des regrets en arrachant que le point du match nul (0-0) laissant donc la qualification aux russes. Quand je vous parle de regrets, je veux bien évidemment faire référence aux statistiques plus que favorables aux portugais : 18 tirs (dont 9 cadrés) contre une seule frappe pour les russes, 10 corners, 58% de possession de balle … Le Zénith pourra remercier son portier, Vyacheslav Malafeev, qui s’est montré sans pitié hier soir. C’était écrit, le FC Porto ne jouerait pas les huitièmes de finale. C’était surement écrit, les portugais iraient défendre leur titre en Europa League.

Dans l’autre match du groupe, l’APOEL s’est incliné (2-0) face au Shakhtar Donetsk mais conserve tout de même la première place du groupe.

Q
ualifiés : Nicosie, Saint Petersbourg/Europa League :  FC Porto  

 
http://www.sport24.com/var/plain_site/storage/images/football/diaporamas/la-6e-journee-en-images3/but-pedro/12173486-2-fre-FR/But-Pedro_full_diapos_large.jpg
Barcelone et Milan : les jeux étaient déjà faits
D’un côté Barcelone-Borisov. De l’autre Plzen-Milan. Avec seulement six joueurs du groupe pro sur la feuille de match, le FC Barcelone n’aura toutefois pas laissé de chance à son adversaire du soir. L’enjeu était mince. Assurés de terminer premier, Pep Guardiola ne s’est pas fait prier pour faire tourner son effectif à seulement quelques heures du clasico tant attendu. Sur le terrain, les « petits » ne se seront, eux non plus, pas fait prier pour montrer leur talent. Avec un doublé de Pedro et des autres réalisations de Roberto et Montoya, les catalans s’imposent facilement et logiquement (4-0) face à un BATE Borisov surclassé.

L’AC Milan s’est lui fait surprendre par le Viktoria Plzen (2-2). Dominés sur l’ensemble de la rencontre, les milanais auront lu le réalisme d’inscrire leur deux buts en 120 secondes (buts de Pato et Robinho). Les tchèques auront tout de même réussi à arracher le nul dans les dernières minutes de la rencontre et s’offre, avec la défaite du BATE Borisov au Camp Nou, une place en Europa League.

Qualifiés : FC Barcelone, AC Milan /Europa League : Plzen

  TOP/FLOP  
On a aimé : La qualification de l’OM
On a moins aimé : Le fait que l’on est tout aimé.

A
rticle réalisé par Jérémy Lévy l Images : Reuters/Panoramic

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page