Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

@cultureSPORT

@cultureSPORT

Retrouvez-nous sur cultureSPORT.net / culture SPORT est un jeune média global entièrement consacré à l’actualité sportive et dédié à tous les pratiquants : professionnels comme amateurs, féminins et masculins, valides ou en situation de handicap, des plus jeunes aux plus anciens.


Des changeBlancs

Publié par Nicolas Gréno sur 12 Août 2010, 11:08am

Catégories : #Divers

Laurent BlancC’est sa première apparition en tant que sélectionneur de l’équipe de France. Laurent Blanc, dans son costard frappé du coq, est apparu décontracté sur ou plutôt à côté du banc de touche, debout, comme à son habitude lorsqu’il était à Bordeaux, mais sans la touyette à café qu’il a troqué contre un simple chewing-gum, regardant ses (nouveaux) hommes s’incliner deux buts à un sur le terrain du Ullevaal Stadion d'Oslo. C’est une défaite logique. Mais qui ne passe pas du côté de Blanc. Les vingt-deux joueurs sélectionnés par "le Président" n’avaient aucuns automatismes et certains ont connu hier soir leur toute première sélection sous le maillot Bleu. Ils étaient sept au total : Stéphane Ruffier, Adil Rami, Ali Cissokho, Charles N'Zogbia, Guillaume Hoarau, Jérémy Menez, Yohan Cabaye. On peut leur trouver des circonstances atténuantes. De plus, ces hommes-là, accessibles eux, sans casques sur les oreilles, ont paru plus en vouloir que leurs vingt-trois homologues d’Afsud. Vous savez ceux qui n’ont pas voulu descendre d’un bus. Un bus où l’on pouvait lire l’inscription : "Tous ensemble vers un nouveau rêve bleu"…
Enfin bon, revenons à nos moutons. Cet épisode appartient désormais au passé. Moins nous en parlerons, moins cette triste histoire remontera à la surface. Malgré l’ouverture du score d’Hatem Ben Arfa, qui a réalisé un retour remarqué chez les Bleus, Stéphane Ruffier, le solide gardien remplaçant Hugo Lloris, n’a pu stoppé les deux tirs du bourreau de la soirée Erik Huseklepp, auteur d’un doublé.
Certes, Laurent Blanc a encore beaucoup de travail, mais il pourra s’appuyer sur le come-back des "incapables" de la Coupe du Monde 2010. L’ancien coach des Girondins de Bordeaux ferra certainement un panaché entre les sélectionnés de ce soir et des absents de cette rencontre. Un Norvège-France qui lance une nouvelle ère. L’ère d’un sélectionneur qui gagne des titres, lui. Un sélectionneur qui est à l’écoute, heureux de se retrouver à un tel poste. Peut être tout le contraire de son prédécesseur. Un certain Raymond Domenech.


Yann M'Vila Hatem Ben Arfa, Norvège-FranceLes propos du buteur Hatem Ben Arfa (de dos sur la photo avec Yann M'Vila) à l’issue de la rencontre résument l’état d’esprit et la qualité du jeu produit par les joueurs tricolores : « On a eu beaucoup plus d'occasions et la possession de balle. Ce n'était qu'un match amical mais on avait envie de gagner. C'est la première fois que beaucoup de joueurs évoluaient ensemble, c'est encourageant par rapport au jeu développé. Tout le monde a apporté sa qualité. On a essayé de jouer collectif tout en s'exprimant individuellement. C'est frustrant, à la fin du match on était déçu mais c'était un amical et ça sert à trouver de la cohésion pour la suite. Il y a plus de points positifs que négatifs». A signaler que ses potes qui forment la "génération 1987", un quatuor composé de Jérémy Menez, Samir Nasri et de Karim Benzema, a marqué des points hier soir. De même que Philippe Mexès, promu capitaine d'un soir, en majeure partie grâce à son passé acquis en équipe de France, qui n'a pas raté "son deuxième train".

A retrouver bientôt sur Culture Sport :
Notre équipe idéale pour la France.

Article réalisé
par Nicolas Gréno l Images : Panoramic

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Articles récents