Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Coupe de France : Bordeaux au bout du suspense

par Aurélien Maubert 8 Janvier 2012, 15:00 FOOTBALL

Samedi soir à Geoffroy Guichard se déroulait l'un des 32ème de finale de Coupe de France. Les Stéphanois accueillaient pour l'occasion leurs victimes favorites cette saison : leurs homologues girondins. En effet les Verts avaient vaincu les Bordelais à Chaban Delmas en ouverture du championnat 2-1, puis éliminé cette même équipe marine et blanche en coupe de la ligue le 31 août dernier (3-1). Alors comment les hommes de Francis Gillot ont réussi à enfin vaincre leur "bête noire" ? Retour sur une rencontre à rebondissements...

http://www.bienpublic.com/fr/images/92073EE1-B3A3-46BF-B983-8F727E622316/LBP_03/jussie-avait-ouvert-le-score-pour-les-girondins-de-bordeaux-hier-soir-photo-afp.jpg
Deux équipes en forme
Malgré leur faux-pas respectif (défaites 1-0) contre Paris pour Saint-Etienne et à Rennes pour Bordeaux, les deux équipes avaient bien fini l'année 2011. En effet les Girondins restaient sur quatre matchs consécutifs sans défaite et sans avoir encaisser de buts. Les Stéphanois faisaient mieux en alignant six rencontres d'affilée sans défaite avec une moyenne de deux buts inscrits par matchs. Cette rencontre débuta donc logiquement avec des Verts contrôlant globalement le jeu face à des Bordelais bien en place. La première occasion fut cependant produite par Modeste, reprenant en deux temps un ballon sur corner. C'est ensuite que le "show Carrasso" commença. Arrêtant sans grand problème des tentatives de Nicolita (18e et 30e), il a sorti toute sa classe pour stopper d'une main droite ferme la tête du jeune Saadi (20e). Que dire de ce face-à-face avec Sinama-Pongolle remporté à l'aide de sa main gauche cette fois-ci (22e). C'est au moment où les Girondins subissaient le plus qu'un éclair de génie est survenu. Jussiê arrivant à l'entrée de la surface logeait une belle frappe du gauche sous la barre, ouvrant ainsi le score à la 35è. Le coup parfait aurait pu être réalisé par les Bordelais si la tête d'Henrique avait connu un autre sort que le poteau de Ruffier (40èe. A la mi-temps, le buteur déclarait que l'équipe s'efforçait de "respecter les consignes du coach" et qu'ils allaient essayer de rééditer la même prestation en seconde période.

Mieux vaut doubler la mise
A la reprise, la maitrise du jeu allait rester stéphanoise. Les Verts vont comme en première mi-temps multiplier les centres et les situations dangereuses tandis que les Bordelais procédèrent en contre. Le nombre d'occasions franches sera quant à lui équilibré. Saint-Etienne aurait pu égaliser sur des tentatives de Pongolle (52e, 71e), de Battles puis de Sako (69e) voire de Nicolita (86e). Carrasso réalisa de belles parades encore une fois permettant à ses coéquipiers de conserver leur avantage et même d'espérer doubler le score. Ni Henrique (56e), ni Maurice-Belay par deux fois (75e, 94e) et même pas Bellion sur pénalty (90e) n'ont réussi à inscrire ce deuxième but. Ruffier a tout sorti, répondant à son homologue girondin.

http://www.sport24.com/var/plain_site/storage/images/football/diaporamas/les-32es-de-finale-de-la-coupe-de-france/asse-bordeaux-carrasso/12320937-1-fre-FR/ASSE-Bordeaux-Carrasso_full_diapos_large.jpg
On les croyait maudits
A force de tenter le diable, on finit par se faire punir. La sanction intervint au bout du temps réglementaire par l'intermédiaire de Guilavogui qui glissa le ballon entre les jambes du portier bordelais. Ce but offrit des prolongations au chaudron qui pouvait rentrer en ébullition à l'image d'un Christophe Galtier rugissant de joie. On pensait alors le scénario écrit d'avance : les Bordelais assommés par cette égalisation allaient sombrer et encore une fois s'incliner contre Saint-Etienne. Mais ce Bordeaux-là n'est plus le même qu'en début de saison et est allé chercher sa qualification au courage. Ciani aurait pu l'apporter à la 115e minute mais sa tête, dévié par Ruffier, s'écrasa sur la barre. Il était écrit que le héros bordelais se nommerait comme souvent Cédric Carrasso. Lors de la séance des tirs aux buts, il stoppa la tentative d'Ebondo et vit la frappe de Nicolita toucher le montant. Henrique marqua le dernier tir au but girondin. 4-2 : Bordeaux se propulse en seizième de finale dans une compétition qui est désormais l'unique défi du club même si comme le rappelle Planus le championnat reste "la priorité des priorités". Le défenseur aquitain fixe comme premier objectif "d'atteindre la barre des 45 points". Les Verts, éliminés de toutes les coupes auront à coeur de briller en ligue 1 pour décrocher l'Europe en mai.


Article réalisé par Aurélien Maubert
Crédits Photos : AFP, Panoramic

commentaires

Haut de page