Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dakar 2012 : Le Chili n’a pas souri à Al-Attiyah, Desprès revit

par Emilie Drouet 11 Janvier 2012, 09:00 Automobile

Changement de pays, changement de décor. Si l’Argentine n’a pas été de tout repos, le Chili nous a réservé de belles choses, d’autres plus surprenantes. A commencer par une étape annulée, le Dakar 2012 amputé d’une de ses étapes phares mais pas de l’admirable lutte qui continue entre les favoris. Retour sur la petite aventure chilienne.
http://www.francesoir.fr/sites/default/files/dynimagecache/0/2928/2080/80-0-2928-2080-494-351/sipa_ap21145916_000014.jpg
La neige s’invite au Dakar
La sixième étape entre Fiambala et Copiapo était tellement attendue qu’elle n’a pas eu lieu. Si les organisateurs sont habitués à des reports pour cause de tempêtes de sable, cette fois-ci, c’est les températures polaires et la neige qui ont neutralisé la course. Pas de hautes altitudes pour les concurrents par conséquent mais ils ont malgré tout connu les différences de températures en voulant rejoindre le Bivouac de Copiapo. Passer de 40°C à une température inférieure à zéro, voilà ce qu’a réservé cette non-étape du Dakar 2012. Et pour les participants, surtout ceux qui ont connu le continent africain, la surprise a été de taille. C’est bien la première fois qu’ils ont vu de la neige pendant le Dakar. Gare à ceux qui n’avaient pas prévu de pulls supplémentaires, les conséquences pourraient être délicates.
 
Coma en tête à tête avec Desprès
Dans la catégorie Moto, la septième étape n’a pas créé d’écarts. Dix hommes se sont tenus en dix minutes. Malgré tout, on a assisté à un rapprochement entre l’espagnol Marc Coma et le Français Cyril Desprès. Ils ne se quittent pas, le moins longtemps possible de préférence. Parti deux minutes plus tôt, le Tricolore, malgré un rythme soutenu, a vu revenir sur lui l’Ibérique lors de la descente vers l’arrivée. Deux minutes plus rapide, Coma a donc rejoint son équipier chez KTM et ont fini l’étape côte à côte. Cyril Desprès a gardé sa place de leader et Coma est revenu à sept minutes au général. La plupart des autres étaient environ à plus d’une heure derrière.
 
Pour Al-Attiyah, les jours se suivent et ne se ressemblent pas. Tantôt retardé, tantôt vainqueur. A Copiapo, il a choisi la deuxième option en remportant une deuxième étape sur ce Dakar 2012. Les Hummer ont repris de leur superbe, Robby Gordon, lui aussi sur la même marque s’est illustré. Au final, coup double des Hummer et près de huit minutes reprises par Al-Attiyah sur Peterhansel. Il reste cinq fois plus de temps à reprendre… mais le Qatariote y croit !
 
Pas de boue au classement
En tête, ça bouge quelque peu, le classement ne reste pas englué d’un jour sur l’autre mais certains des pilotes ont, eux, goûté à la boue. Cyril Desprès était loin de s’imaginer ce qu’il allait vivre. Sur une portion plane et par endroit poussiéreuse, le Français voit défiler les kilomètres avant d’être brusquement stoppé dans sa course. Il a effectué un soleil dans la boue. Un rio normalement annoncé sec mais qui a était arrosé par une averse quelques temps avant. Conséquence, plus de dix minutes de perdues dans l’affaire mais la direction de course a été clémente en décomptant les temps d’arrêt des malheureux.
 
Avec sa Mini, Roma s’est offert de justesse la victoire devant Gordon. Un autre bouquet pour l’espagnol qui a dû avoir le sourire aux lèvres pendant que d’autres l’ont perdu. Pizzolito l’argentin fait partie de ces derniers. Suite à une chute, il a dû abandonner le Dakar 2012, après s'être fracturé le bras droit et le fémur gauche dans le nord du Chili. A chacun son enfer...
http://www.bienpublic.com/fr/images/65D0AE44-F33F-4FC1-9B2A-78FC32AC659C/LBP_03/nasser-al-attiyah-a-repris-sept-minutes-a-stephane-peterhansel-photo-afp.jpg
Et couic pour Al-Attiyah
Le Qatari et son Hummer nous ont tenus en haleine régulièrement depuis le début. Entre problèmes mécaniques et journée parfaite, Al-Attiyah est passé par toutes les couleurs. A l’issue de la 9ème étape, c’est plutôt le drapeau rouge qu’il faut sortir. Le moteur n’a pas tenu le coup, l’aventure se termine plus tôt que prévu.  Il n’aura pas vu Iquique, ni le Pérou.
 
Pour Cyril Desprès, l’enfer de la vieille est presque oublié. Contrairement à Al-Attiyah, la journée a été bonne pour le Français, parfaite même. Coup double, le sourire est revenu.
Après quelques journées chiliennes, en tête de chaque catégorie, ça change peu. Desprès repasse en tête, Patronelli en Quad continue de dominer, Peterhansel sur sa Mini ne lâche rien et De Rooy en Camion fait le show. Le Chili se termine bientôt, maintenant place au Pérou !
 

Article réalisé par Emilie Drouet 
Crédit Photos : AFP

commentaires

Haut de page