Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Derby Basque : Le Pays Basque reste rouge

par Vincent Bourgeois 30 Novembre 2011, 20:30 Top 14

Au terme d'un match intense, le Biarritz Olympique s'impose dans le 100ème derby basque où le combat physique aura pris le dessus sur le jeu. Riche en suspense et en émotion, la lutte pour la suprématie régionale que se sont livrés biarrots et bayonnais, aura donc tenu toutes ses promesses, avec une fin à couper le souffle.

 
photo_1322605913488-1-0.jpg

Le match

Initialement prévu à Anoeta, dans la ville espagnole de San Sebastian, le 5 novembre dernier, c'est finalement en ce mardi 29 novembre au stade Aguiléra de Biarritz que  ce match, si particulier, a lieu. Et au terme d'une rencontre épique, c'est la couleur rouge du B.O. qui a fini par triompher. Certes, les bayonnais pourront nourrir des regrets ce soir, mais force est de reconnaître que les biarrots ont mérité leur victoire tant ils ont dominé cette partie. Pour cet évènement, les biarrots retrouvaient certains cadres de leur équipe : Harinordoquy, Traille, Barcella... pour ne citer qu'eux. A 3km au Nord, de l'autre côté du pays basque, c'est Yohan Huget qui fêtait son retour dans le groupe bayonnais après avoir purgé ses 3 mois de suspension. Provocateur dans les médias, Marc Baget confiait qu'il n'était : « pas mécontent de jouer à Aguiléra [...] c'est le stade où on est accueilli de la manière la plus hostile », le capitaine bayonnais a été servi. Plein comme un oeuf, le stade du Biarritz Olympique a eu l'occasion de prouver son hostilité dès l'entrée des joueurs, les locaux préférant laisser les bayonnais entrer seuls sur la pelouse.

 

Ce soir, il ne faisait pas bon jouer arrière, un derby basque se doit d'être physique, le centième n'a pas dérogé à la règle. C'est d'ailleurs le pilier bayonnais Aretz Iguiniz qui pense ouvrir le score en tout début de rencontre en franchissant la ligne adverse, mais l'arbitre annule sa réalisation à cause d'une bagarre qui a lieu 20m plus loin. La première mi-temps tourne vite au duel de buteur et après un quart d'heure de jeu, Biarritz mène 6-3, sanctionnant à chaque coup un Aviron beaucoup trop indiscipliné : 9 pénalités sur 13 au total concédés en première mi-temps. Contrairement à son habitude depuis le début de la saison, le B.O. se montre réaliste et plutôt que de s'entêter à vouloir marquer coûte que coûte un essai,  préfère s'en remettre à l'adresse de Damien Traille qui claque 2 drops coup sur coup (19ème, 31ème), et s'est logiquement que ce séduisant Biarritz vire en tête à la pause : 12-6.

 

La seconde période débute comme la précédente et une domination totale des locaux qui ne se privent pas de creuser l'écart en passant 6 nouveaux points à leurs visiteurs (42ème, 52ème) : 18-6. En face, les bayonnais semblent amorphes, incapables de réagir, obligeant le staff à faire des changements. Ce coaching va avoir le mérite de changer le visage d'un Bayonne trop timoré jusque là et Benjamin Boyet passe deux pénalités en moins de dix minutes (54ème et 63ème) permettant à son équipe de recoller au score. Bayonne sent alors la bonne affaire et sur une merveille de passe au pied de Benjamin Boyet, Sam Gerber transmet avant contact à Thibaut Lacroix qui vient marquer face à son ancienne équipe. Pour la première fois, l'aviron mène au score grâce à la transformation de Boyet : 18-19, il reste alors 6 minutes à jouer. Mais tout comme un derby basque se doit d'être physique, il doit également avoir un scénario digne d'une tragédie grecque. A une minute de la fin, alors que l'aviron n'a plus qu'à conserver le ballon pour s'imposer, l'arbitre siffle une mêlée pour le B.O. Le 8 de devant local, certainement plus déterminé enfonce son homologue, le poussant à la faute. Julien Peyrelongue ne manque pas l'offrande et envoi son équipe sur le toit du Pays Basque, score final : 21-19.

 

Le Biarritz Olympique décroche sa deuxième victoire de la saison et quitte, en attendant le match du LOU demain, la place de lanterne rouge, indigne du niveau affiché ce soir. De l'autre côté d'Anglet, nul doute que cette défaite sera difficile à digérer et la situation devient inquiétante pour l'Aviron bayonnais. Fort d'un recrutement qualifié de 5 étoiles, les bleus et blancs restent bloqués à la 9ème place et voient leur adversaire du soir se rapprocher. La prochaine journée les envoie du côté d'Agen où la victoire sera impérative pour ne pas revivre une saison cauchemardesque. Du côté de Biarritz, on est bien loin de ces soucis. Ce soir Biarritz est en fête, ce soir Biarritz a affirmé sa suprématie, ce soir Biarritz a gagné.

 

Le top : Julien Peyrelongue

On aurait pu désigner Imanol Harinordoquy pour son autorité auprès de ses partenaires et dans les airs. Ou encore Damien Traille pour ses deux drops en 1ère mi-temps qui ont fait s'envoler le B.O. au score. Mais il est évident que l'homme du match ce soir est Julien Peyrelongue. Peu influent sur le jeu de son équipe, les biarrots ayant décidé de se centrer sur le combat physique, l'ouvreur a connu un sans faute dans ses tentatives de pénalités, finissant la partie avec un 5/5 . Véritable bourreau des bayonnais avec ses 15 points inscrits, il est le joueur qui donne la victoire à son équipe à l'ultime seconde malgré la pression qui pesait sur ses épaules. En dépit de l'enjeu, de l'engouement populaire et des conséquences éventuelles d'un échec de sa part, l'ouvreur n'a pas tremblé et a pris ses responsabilités. Grâce à sa botte, Aguiléra regoûte aux joies de la victoire, ce qui ne lui était pas arrivé cette saison !

 

Les flops : M.Fitzgibbon, Yoann Huget, Joe Rokocoko

Plusieurs flops sont à mettre en lumière au cours de cette partie. En premier lieu,  M.Fitzgibbon. Sans nul doute, l'arbitre irlandais de ce match a eu un impact sur le score final et sur le spectacle proposé par les 2 équipes.  Refusant un essai aux bayonnais en tout début de partie pour une bagarre initiée par Jean-Jo Marmouyet selon lui, alors qu'il semble difficile de déterminer qui a déclenché en premier les hostilités, l'arbitre au trèfle n'a eu de cesse d'accumuler les erreurs au cours de la rencontre. Fautes au sol non signalées, écran de Mike Phillips sur un ballon aérien non sanctionné également,  un nombre incalculable de mêlées aux commandements non-respectés et non punis, et ce des deux côtés, voilà quelques-unes des erreurs du soir  d'un arbitre déjà contesté en H-Cup.

 

Autres flops : les deux ailiers bayonnais Yoann Huget et Joe Rokocoko. Le premier était attendu après sa suspension de 3 mois pour manquement aux règles de localisation des contrôles anti-dopage. Les supporters bayonnais ont dû être déçus. L'ailier international n'a absolument rien montré ce soir. Son premier, et unique, ballon touché, il l'a bêtement caffouillé dans ses 22m, mettant ainsi son équipe en difficulté dès la 2ème minute. Espérons pour lui qu'il ne s'agisse que d'un simple manque de repères.  Le second quant à lui n'en finit pas de surprendre sur les bords de la Nive. Attendu comme LE grand joueur souhaité par l'Aviron, l'ex-international neo-zélandais enchaîne match après match les contre-performances. Déjà peu en vue depuis son arrivée, il a ce soir encore non seulement montré ses lacunes, mais également un réel manque de motivation et de détermination. Critiqué depuis sa déclaration au Midi Olympique auquel il confiait que sa venue à Bayonne était : " en partie pour l'argent", Joe Rokocoko va devoir améliorer son rendement s'il ne veut pas découvrir l'autre face, beaucoup moins chaleureuse, de Jean Dauger.

 

Article réalisé par Vincent Bourgeois l Image : AFP

commentaires

Haut de page