Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Djokovic encore et toujours

par Loïc Espitalier-Noël 27 Janvier 2012, 16:20 Grands Chelems

Le Serbe Novak Djokovic s'est imposé au terme d'un match d'anthologie devant Andy Murray (6/3 3/6 7/6 6/1 7/5) en demi-finale de l'Open d'Australie de près de cinq heures. Le tenant du titre retrouvera Rafael Nadal dimanche en finale.

 

  1-copie-27

 

Les demi-finales de tournoi du Grand Chelem sont bien souvent des matchs qui sortent du lot, hors du commun, et notamment ces dernières années. On se souvient notamment des trois dernières demies entre Djokovic et Federer, à l'US Open et Roland Garros, qui sont entrées dans l'histoire. Mais Andy Murray, systématiquement opposé à Rafael Nadal, n'avait jamais pesé lourd. Cette fois, il a prouvé qu'il s'était rapproché de très près du trio de tête et même du numéro un mondial contre qui il a bataillé pendant près de cinq heures ce soir.

Et pourtant, tout semblait annoncer que le match se déroulerait comme l'an dernier ici même mais en finale, un Djokovic impressionnant remportant le premier set 6/3. Mais il y aura eu deux Andy Murray tout au long de ce match. Un Écossais attentiste, pris par le jeu trop puissant de l'ogre de Belgrade, lors du premier set, et un Murray fulgurant, conquérant et jouant un tennis juste avec juste ce qu'il faut de coup de génie pour s'adjuger le deuxième set, alors que rien ne le présageait puisqu'il sauvait une balle de double break dès son deuxième jeu de service de la deuxième manche. Un déclic sans doute car il prenait deux fois la mise en jeu adverse pour mener 4/2 après un enchaînement de quatre jeux consécutifs. Un simple cafouillage au moment de mener 5/2, pour laisser le Serbe débreaker, pour mieux l'assommer par la suite et remporter à son tour le set 6/3. L'Écossais a clairement haussé son niveau de jeu puisqu'il a tapé trois fois de plus de coups gagnants dans ce set que son adversaire.

Le Serbe passait près de la catastrophe en sauvant cinq balles de break d'entrée de troisième set. Les jeux à avantage se succèdent dans un match qui n'en finit pas. À cinq jeux partout dans ce troisième set, les deux hommes sont sur le court depuis déjà trois heures de jeu, et le Britannique vient de sauver trois balles de set qui auraient sans doute écourté le match, tant Djokovic semble au bord de la rupture. Mieux, il réussit le break pour servir à 6/5 avant que le Serbe ne s'offre un jeu décisif survolé par un Murray survolté, qui mène désormais deux sets à un.

Ce set a duré au total 1h28 et les organismes des deux joueurs semblent profondément touchés. Mais « Nole » n'est pas numéro un mondial pour rien et prouve qu'il dispose également de ressources mentales énormes en remportant la quatrième manche sur le score sans appel de 6/1, avant de mener 5/2 dans le cinquième set, après avoir pris le service du chouchou britannique, qui semble accuser le coup en cette fin de match.

Mais c'est à ce moment qu'il nous montre qu'il est bel et bien au niveau de ce trio de tête dont il est si souvent exclu par les médias, en allant chercher le service adverse au bout de lui même pour revenir à 5/5. Mais le Britannique, qui aurait sans doute remporté son match, en se procurant trois balles de break à 5/5, contre un adversaire lambda, se trouve aujourd'hui opposé à Novak Djokovic, celui qui écrase la planète tennis depuis un an maintenant. Après trois balles de break sauvées, le Serbe gardait la tête de l'Écossais sous l'eau en le dominant sur son jeu de service et en s'imposant sur un nouveau point d'anthologie, sur sa première balle de match.

 

    3-copie-5

 

L'accolade entre les deux hommes est chaleureuse, sincère, tant le match fut épique. Le vainqueur s'agenouille sur le court de la Rod Laver Arena, le vaincu est déjà sorti sous une ovation offerte par le public australien, décidément gâté en terme de niveau de jeu, après des quarts et une première demi-finale entre Roger Federer et Rafael Nadal de toute beauté.

Désormais se pose la question de la récupération pour le Serbe, qui de surcroît dispose de vingt-quatre heures de moins que le Majorquin, alors que celui-ci a passé moins de temps sur le court. Quoiqu'il en soit, on espère que le niveau de jeu et l'intensité seront les mêmes que lors de ces demi-finales qui furent passionnantes à suivre.

Pour la quatrième fois consécutive, Murray aura donc calé en demi-finale. C’était d’ailleurs la première fois dans l’histoire du tennis que les quatre meilleurs mondiaux se retrouvaient tous lors des demi-finales lors de deux tournois du Grand Chelem consécutifs. Djokovic, Nadal, Federer, Murray, tous quatre écrivent l’histoire. Le Djoker et Rafa auront l’occasion dimanche de l’écrire un peu plus. Ils se retrouveront en effet pour la troisième fois consécutive en finale d’un tournoi du Grand Chelem, une première là encore. L’Histoire est en marche.

 

  1-copie-6

 

 

Article réalisé par Loïc Espitalier-Noël

Crédit Photos :     AFP

commentaires

Haut de page