Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Euskaltel-Euskadi, une saison 2011 historique (2/2)

par Maxence Châble 27 Novembre 2011, 15:12 CYCLISME

http://30.media.tumblr.com/tumblr_lqjbldUU8P1qacyk6o1_500.jpg

La Vuelta débute ! Les objectifs affichés sont simples : au moins une victoire d’étape, et au pire le podium du général final, en pensant évidemment à la victoire avec Igor Anton.


Après un contre-la-montre par équipe plutôt honnête, les Oranges voient leur leader à la peine dès les premières difficultés de cette Vuelta. Effectivement, le lundi une bosse intervient dans le final. Igor Anton traine en fin de peloton et, sans que ça ne se voit trop, se fait distancer. Heureusement, il rentre dans la descente.

Mais le lendemain, c’est déjà la Sierra Nevada. Pendant que Sörensen et Dani Moreno se dispute la victoire, pendant que Mikel Nieve est tranquillement au chaud dans le peloton des favoris, fort d’une trentaine de coureurs, Igor Anton s’arrache en compagnie de Gorka Verdugo et d’Amets Txurruka pour limiter les dégâts.

L’arrivée de mercredi à Valdepeñas de Jaen, Anton la connait. Il avait remporté la même étape lors de la Vuelta 2010. Rodriguez écrase ses concurrents, tandis que Fuji termine quarante-cinquième … Le début d’une longue galère pour le natif de Galdakao.

Le samedi propose le même genre d’arrivée. Purito recommence son numéro, et Anton se classe sixième ! L’espoir revient chez tous les supporters. Il sera cependant reperdu dès le lendemain ...

Les étapes qui suivent se ressemblent : un Anton loin de son niveau, qui se bat tout de même, mais un Nieve  suivant les favoris.

Tous les espoirs de victoire d’étapes reposent alors sur la montée de l’Angliru. Ah ce fameux col de l’Angliru, Anton s'en souvient !  C’est au pied de ce dernier que Fuji avait chuté en 2008, alors qu’il se battait aux côtés de Valverde et Contador. Il avait du abandonner.

Cette année, il arrivera en haut. La veille, Anton s’était relevé, pour tout tenter ici. Il attaque dès les pourcentages les plus durs, après un gros travail de Gorka Verdugo. Il reprend rapidement Sastre qui était devant et s’en va seul. C’est alors que Cobo, qui s’était fait battre par Landa en août, accélère et lâche Anton après l’avoir rattrapé. Finalement, Fuji termine sixième au sommet, une satisfaction malgré tout. Occasions loupée, il faudra un miracle pour sauver cette Vuelta ratée … Malgré les cinquième et sixième place d’Anton et de Nieve à Peña Cabarga, dernière arrivée en côte, plus personne ne croit en une victoire d’étape.

Dix-neuvième étape, retour au Pays Basque pour la Vuelta, après 33 ans d’absence. On s’attendait à une course mouvementée à la vue du profil, des treize secondes séparant Cobo et son dauphin Froome, et parce que, est-ce la peine de le rappeler, Euskaltel-Euskadi est cent pour cent Basque. Une échappée avec Bruseghin, Dyachenko, Verdugo et Anton prend vie. L’étape passe dans le village d’Anton, Galdakao. A la sortie de cette localité, une sévère côte à gravir deux fois. On voit Anton, lors du premier passage, parler avec des supporters, sans doute des amis. L’émotion fait partie de la fête. Alors que le peloton revient, les échappées, sans Dyachenko, aborde la dernière difficulté en tête. Fuji part seul tout de suite après les efforts conjugués de Verdugo et de Bruseghin. Il bascule en tête, et personne ne le revera avant la ligne. Anton s’impose de 41 secondes devant Marzio Bruseghin. 

http://euskaltel.euskadi.free.fr/IMG/jpg/2011_vae_19_anton-arrivee-EPF.jpgUne poignée de main entre Igor Anton et Miguel Madariaga juste avant de franchir la ligne résume les émotions présentes chez les fans, venus en nombre, et chez Euskaltel. On ne pouvait rêver plus belle victoire pour eux. Et sans aucun doute, la Vuelta n’hésitera pas à revenir au Pays Basque, vu comme le public l’a accueilli.

Anton apporte ainsi une dixième victoire à son équipe, la plus belle et la plus importante.

 

Il restait seulement quatre épreuves World-Tour. Les deux classiques Canadiennes (Québec et Montréal), le nouveau Tour de Pékin, et le Tour de Lombardie. Lors de la première course de ce quatuor, seul Mikel Astarloza termine avec les meilleurs, quinzième au final. Samuel Sanchez, le leader, a été pris de crampes à l’amorce de dernier tour. Deux jours plus tard, à Montréal, Sanchez termine dix-septième après avoir tenté plusieurs fois de revenir sur les trois coureurs se disputant ensuite la victoire. Miguel Minguez et Ion Izagirre étaient également parmi les premiers. Les Basques repartent du Canada déçus, sans avoir réalisé leurs objectifs.

Le Tour de Pékin arrive. L’équipe est composée de Samu Sanchez, Igor Anton, Mikel Nieve, Mikel Astarloza, Amets Txurruka, Mikel Landa, Alan Perez, et Ion Izagirre. Un bon groupe à priori.

Mais malades juste avant le départ, les Naranjas n’ont une nouvelle fois pas rempli les objectifs. Cependant, Igor Anton sauve l’honneur en remportant le Prix du Meilleur Grimpeur.

Voici alors le dernière course majeur du calendrier World-Tour, il Giro di Lombardia. Même équipe qu’en Asie, de réelles chances de faire bonne figure. Seulement, les Oranges n’ont plus la forme d’il y a quelques mois, et seul Fuji aurait pu faire un Top 10, mais un peu trop juste physiquement, il fini quinzième. Samu termine trentième, alors que Txurruka, très en forme lui après avoir été le seul Euskaltel à finir le Tour du Piémont (vingtième), boucle sa saison à une anecdotique trente-sixième place.http://euskaltel.euskadi.free.fr/IMG/jpg/2011_gdl_astarloza_SI.jpg

Entre temps, Paris-Tours à été couru, mais Euskaltel-Euskadi n’a pas été à son avantage, le premier coureur, Iñaki Isasi, terminant quatre-vingt-sixième.

 

Le bilan est alors mitigé chez beaucoup de supporters. Pas assez de victoires, seuls quelques coureurs portent l’équipe (Sanchez, Anton, Nieve) pour les points négatifs. De belles victoires (six sur le circuit World Tour), et des jeunes prometteurs (Bilbao, Landa, Ion et Gorka Izagirre) pour le côté positif.

 

Concernant la saison prochaine, Iñaki Isasi sera directeur sportif. Il prend la place de Gorka Gerrikagoitia, qui lui remplacera Igor Gonzalez de Galdeano (démission).

Du côté des coureurs, Jonathan Castroviejo roulera chez Movistar, Javier Aramendia chez Caja Rujal, et Koldo Fernandez chez Garmin-Cervélo.  Daniel Sesma ne sait pas encore où il sera l’an prochain.

Victor Cabedo, Ricardo Garcia, et Adrian Saez, tous chez Orbea, rejoindront l’équipe Elite.


Des rumeurs évoquent le fait que 2012 serait la dernière année du sponsor basque dans le cyclisme, mais rien n’est encore fait.

Ce qui est certain, c’est qu’Euskaltel-Euskadi sera dans le peloton World Tour en 2012, avec beaucoup d’espoirs, d’envie, de rêves à réaliser, et surtout, de talents.

 

 

 

Article réalisé par Maxence Châble I Images : crédits photos : El Pedal de Frodo ; IG Markets ; Sirotti

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Canada Goose 27/11/2011 18:05


blog très sympa

Haut de page