Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jeff Ladonne : "Anglet, un des meilleurs clubs formateurs de France"

par Nicolas Gréno 1 Octobre 2011, 11:00 Les Artzak Basques

 

http://a6.sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-snc6/189737_156146401111947_100001497631428_334330_2150270_n.jpg
Sur Culture Sport, on essaie de vous parler de sports connus mais aussi de disciplines moins populaires. C’est le cas du roller hockey. Etant basés au Pays Basque et détenant une équipe championne de France, nous allons suivre les Artzak d’Anglet, doubles champions de France. Après leur second titre hexagonal, acquis le 18 juin dernier, nous avons recueilli les réactions de certains joueurs. Aujourd’hui, numéro 6/6 avec Jeff Ladonne, défenseur d’Anglet.

 

Rappel : interview réalisée en juin 2011.

 

Culture Sport : Alors, l'euphorie de la finale passée, que t'inspire la victoire ?
Jeff Ladonne : La victoire, cette victoire, m’inspire qu’un match n’est jamais gagné. On est parti avec quatre buts de retard et on termine le match avec huit buts d’avance. C’est magique… Peu de monde croyait en nous. Mais nous avons été très forts mentalement, ajouté à cela une grosse cohésion d’équipe digne d’une grande finale. Nous avons prouvé et ouvert les yeux de certaines personnes… J’espère !
Certes nous avons eu beaucoup de joueurs blessés cette année, mais on a su rebondir de la meilleure des manières dans cette finale et je félicite et remercie mes coéquipiers (joueurs et gardiens) mais aussi le staff, les membres du club, les supporters, les bénévoles mais aussi les sponsors qui croient en nous.

Culture Sport : Pensiez-vous que les Artzak pouvaient gagner, après le match aller ?
Jeff Ladonne : Apres le match, surtout après avoir encaissé trois buts en cinq minutes, « ça a fait mal »… C’est sûr, on se remet en question… Ceci dit, on recharge les batteries pour le match retour. On est là pour la gagner, alors gagnons la. Sinon, ne la jouons pas !

Cette finale était répartie en quatre temps de vingt-cinq minutes. On a joué les premières cinquante minutes à Rethel. Il en restait donc cinquante à disputer à Anglet. Après réflexion, jouer à la maison fait parti de l’avantage de ces play-offs. Le dernier match de championnat sur nos terres s’est conclu par une victoire 10/3. Ca ne pouvait que me laisser penser qu’on allait le faire.

Culture Sport : Qu'avez-vous à dire aux personnes qui vous ont critiqué après la défaite du match aller ?
Jeff Ladonne : Des critiques, il y en aura toujours. Certaines font réfléchir et d’autres qui font rire. On ne contrôle pas les supporters qui nous défendent ou qui nous critiquent à leur manière. Je les remercie de nous avoir donné une motivation supplémentaire. Je remercie également ceux qui ont cru en nous.

Culture Sport : Pensais-tu au début de la saison réaliser un doublé après le titre de Champion de France acquis en 2010 ?
Jeff Ladonne : Apres le départ de mon frère et la retraite de Benjamin Couraud mais aussi de Romain Plutus, on aurait pu dire qu’Anglet serait moins fort. Mais le travail de ces joueurs, pendant toutes leurs années passées au club, ont formé malgré eux des jeunes qui ont su rapidement trouver leur nouvelle place dans l’équipe. Ajouté à cela l’arrivée de Jeremy Lapresa. Elle nous a fait beaucoup de bien car Jérémy est un joueur de qualité. Le résultat est là : une trentaine de match et « seulement » quatre défaites. Nous sommes invaincus en championnat avant les play-offs. On s’est très rapidement prouvé que l’on était capable de faire de bonnes choses.

http://a2.sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-snc6/253767_10150225010869784_622914783_7028517_4776903_n.jpg
Culture Sport : Encore plus après votre sans faute en phase régulière (dix-huit matchs, dix-huit victoires) ?
Jeff Ladonne : Trop de victoire tue la victoire ! Nos derniers succès en saison régulière ont été gagnés à l’arrachée. Je pense que cela ne nous a pas rendu service. Nous avons été transparents à Grenoble pour la finale de la Coupe de France. Avons-nous abordé ce match avec trop de facilité ? On ne le saura peut être jamais. Mais cette défaite nous a certainement permis de rebondir pour les play-offs. Le sport n’est pas toujours évident à comprendre !

Culture Sport : Après votre sacre, votre président Roger Chazalon, a regretté l’absence d’élus de la ville d’Anglet. Les collectivités locales (région et département) étaient présentes. Trouvez-vous cela normal ?
Jeff Ladonne : Sans prétention aucune, nous sommes l’un des seuls, voire le seul, club de la commune d’Anglet à évoluer en élite, la division la plus haute, d’un sport reconnu sport de haut niveau. L’absence du maire ou de l’adjoint au sport laisse percevoir que l’on est peu considérés. Comment expliquer aux joueurs, sponsors, spectateurs, bénévoles, quand ils vous posent la question « je n’ai pas vu le maire ou l’adjoint au sport ; il y avait du monde, je l’ai peux être loupé dans la foule, tu l’as vu toi ? » 

Culture Sport : Pendant cette finale, la toute petite Salle du Pignada faisait salle comble (cinq cent personnes). Les dirigeants ont même dû fermer les portes. Pourquoi ne pas jouer dans un plus grand espace comme dans la Salle Saint-Jean ? Vous ne trouvez pas que cette salle du Pignada est petite pour un Champion de France, double désormais ?
Jeff Ladonne : La question que devons nous faire aujourd’hui est de chercher une salle qui correspondrait à une équipe de haut niveau représentant Anglet au plus haut niveau Européen… Quand nous avons organisé la Coupe d’Europe à Anglet, nous avons rempli la salle : 1800 personnes ! La salle Saint-Jean était comble, je ne l’ai jamais vu autant remplie par un autre sport… Un sport qui attire autant de monde, où est le problème ? N’ayant pas eu la salle Saint-Jean pour la finale, nous avons donc été obligés de refuser beaucoup de spectateurs… Prêt de six cent personnes pour cette finale à domicile. Sans avoir fait de pub ! Avec la salle Saint-Jean, je fais confiance au club, si il pouvait l’obtenir, il ferait tout ce qu’il faut pour la remplir et la faire vibrer. Ils l’ont déjà prouvé en ce lieu.

Culture Sport : Le roller hockey va-t-il se faire une petite place sur la côte Basque avec le rugby, le surf et la pelote notamment ? Ce sport va-t-il prendre de l’ampleur chez nous ?
Jeff Ladonne : Le roller prend énormément d’ampleur. La question précédente est liée au développement de notre sport. Ce sport rapide et très technique mérite une meilleure visibilité. Nous accueillons les enfants à partir de quatre ans. La première année est gratuite en école de roller. Elle est animée par des diplômés d’état et de façon ludique. Pour plus de renseignement envoyez-nous un mail (artzak@hotmail.fr) !
Pour finir, on peut féliciter les équipes du club qui ont réalisé une bonne saison. Les poussins ont glané une belle médaille d’argent, ils sont donc vice-champions de France. Les benjamins eux ont terminé troisièmes et en bronze tout comme les juniors. Les minimes se sont classés quatrièmes. L’équipe féminine a terminé le championnat au pied du podium et ont été finalistes de la Coupe de France. Anglet est un des meilleurs clubs formateur de France.

Merci à Culture Sport, c’est toujours un plaisir ! Jeff Ladonne #79

 

 A lire aussi 

1/6 : Romuald Huot-Marchand : "Au hockey, le goal a un poste très particulier, important"

2/6 : Denis Gravé : "Très content et fier d’avoir aidé mon équipe"

3/6 : Karl Gabillet : "Anglet ? La meilleure équipe de France, je l’espère"

4/6 : Baptiste Boitard : "Le roller hockey commence à être médiatisé"

5/6 : Julien Couraud : "Notre victoire a fait du bruit au Pays Basque"

 

Article réalisé et propos recueillis parNicolas Gréno l Image : Facebook de Jeff Ladonne/Black Ghost

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page