Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jeff Ladonne : "Nous sommes sur une bonne dynamique"

par Nicolas Gréno 9 Décembre 2011, 19:00 Les Artzak Basques

Après leur second titre de champion de France consécutif, nous avions interviewé une partie de l’effectif des Artzak. Les Artzak, pour ceux qui ne connaitraient pas encore, ce sont des joueurs de roller-hockey qui évoluent tous à Anglet. La ville Basque est double championne nationale en titre et désormais, depuis deux semaines à présent, double vice-championne d’Europe. Avant de disputer leur choc face à Rethel, pour le « classico » du championnat Elite, quelques membres du groupe Angloy ont bien voulu répondre à nos questions après leur terrible défaite en finale de la Coupe d’Europe des clubs champions face à Valladolid, comme en 2010.

 

Après Julien Couraud et Kévin Chazalon, place à Jeff Ladonne et Karl Gabillet (en fin d’article).

 
165673_141178122606012_140464219344069_262988_1491572_n.jpg

Culture Sport : Quel est le sentiment qui l’emporte quelques jours après cette finale ?
Jeff Ladonne : Un sentiment partagé, naturellement. Après avoir perdu, on est forcement déçu. Mais après s’être qualifiés pour la jouer, on relativise en se disant que beaucoup d’équipes auraient voulu être à notre place. La finale fût un peu particulière à regarder je pense. C’était une rencontre assez fermée, avec peu d’occasions.

Culture Sport : Vous n’êtes pas au top en championnat, mais vous arrivez tout de même à décrocher un titre de vice-champion d’Europe. Preuve que vous possédez un grand mental et que vous avez pas mal de talent…
Jeff Ladonne : Si ça ce n’est pas la preuve que nous avons un grand mental ! Non seulement le résultat (vice-champion d’Europe, ndlr), mais aussi la manière dont on y est arrivé… Nous avons toujours été menés au score et à chaque fois, nous avons réussi à rester dans le match pour gagner. Que ce soit face à Mallorque, dans les toutes dernières minutes, et contre Angers, en mort subite. Si ça ce n’est pas du mental !

Culture Sport : A Valladolid, comment le changement de salle a été vécu après « l’inondation » de la salle initiale ?
Jeff Ladonne : Le changement de salle était inévitable ! Leur nouvelle salle étant impraticable, nous n’avons pas eu le choix. Ce fût la même chose pour tout le monde. On était là pour jouer une finale de Coupe d’Europe, donc quelque soit le terrain, fallait tout donner.

Culture Sport : C’est la deuxième fois de suite que Valladolid gagne contre vous en finale. Ils sont un peu le Barcelone du roller hockey. Qu’ont-ils de plus que les Artzak ?
Jeff Ladonne : Je ne comparerais pas trop car leur méthode ne ressemble pas du tout à celle du Barça ! Payer des joueurs juste pour un week-end, c’est différent que de les avoir toute l’année ! Ceci dit, le règlement l’autorise. C’est leur choix et leur conscience. Ce qu’ils ont de plus ? Je ne sais pas et n’en pense pas grand-chose. Ce fût serré. Nous avons une équipe de talent, équivalente à la leur.

Culture Sport : Comment expliques-tu ce début de saison en demi-teinte ?
Jeff Ladonne : Je pense, moi le premier, que nous nous sommes reposés sur nos acquis en début de saison. Deux titres de champion de France et une grosse finale retour… trop de confiance tue la confiance !

Culture Sport : Allez-vous vous concentrer uniquement sur le championnat désormais ? Pensez-vous pouvoir combler le retard actuel sur Rethel ?
Jeff Ladonne : Il nous reste désormais deux objectifs : la Coupe de France et le championnat Elite. On reçoit Rethel le samedi 10 décembre (demain, ndlr). Pour rattraper notre retard, nous n’avons pas le choix. Il faut gagner ce match. Nous sommes sur une bonne dynamique et on veut tout faire pour la garder.

Culture Sport : Grenoble a fait tomber Rethel et Anglet. Que penses-tu de cette équipe ?
Jeff Ladonne : Grenoble a une belle équipe, une certaine expérience et de bons jeunes. Son jeu défensif est bon. Leurs victoires ne m’étonnent pas.

Culture Sport : Pendant les deux Coupes d’Europe (à Caen et Valladolid), nous avons pu voir de grandes salles. Tout le contraire de La Pignada. Une autre salle, plus grande, est pourtant libre à Anglet. Pourquoi ne pas s’y installer ?
Jeff Ladonne : Oui effectivement, le club de basket qui occupait la Salle Saint-Jean n’existe plus. La salle est donc "libérée". Ceci dit, il y a beaucoup d’associations sportives sur Anglet, mais nous avons prouvé par le passé que nous étions capables de remplir cette belle salle (avec l’organisation de la Coupe d’Europe des clubs champions notamment, ndlr). La Pignada, qui est la salle où nous jouons, ne manque pas de pas grand-chose. Peut être de tribunes pour une bonne visibilité concernant les spectateurs et un sol car celui-ci réagit mal aux changements de températures.

211735_737646759_674484013_n.jpgKarl Gabillet : « Je suis forcement un peu déçu. Perdre deux fois de suite la médaille d’or contre la même équipe, ça fait mal. Mais comme on la mérite, on finira donc par la gagner un jour. Dans l'ensemble, ce fût un très bon week-end… Sur les deux premiers matchs (Majorque et Angers, ndlr), nous étions menés, et grâce à notre force de caractère, on a su remonter pour atteindre cette finale. On pu bien se reposer le week-end dernier. Rethel ? C'est un match très important pour nous. Il faut gagner pour rester au contact. Nous nous sommes entraînés sérieusement, comme d'habitude je dirais. C'est vrai que depuis quelques semaines, l'équipe s'est vraiment retrouvée sur le terrain. Le tout est de savoir si contre Rethel, on gardera cet état d'esprit. Mais j'ai confiance en nous. Après contre eux, tout est faisable. C'est vrai que l'an dernier on a su être efficace, mais cela peut être aussi un match très serré. Généralement, l'expérience de Rethel fait qu'ils gagnent au final. Mais dans tous les cas, ce sera un super match à jouer et à regarder. Je l'espère ! » ITW de Maxence Châble.


Propos recueillis par Nicolas Gréno
Images : Roller Hockey and Fun et Facebook de Karl Gabillet

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page