Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jérémy Roy : "Faire au moins aussi bien que l’année dernière"

par Jérémy Bazin 9 Janvier 2012, 14:15 CYCLISME

Attaquant hors-norme, Jérémy Roy compte les jours avec impatience avant la reprise. Pour retrouver la compétition le plus rapidement possible, il a choisi d'effectuer sa rentrée au Tour Down Under. Mais avant de s'envoler pour l'Australie, il aborde pour Culture Sport la saison à venir.

http://www.sportune.fr/wp-content/uploads/2011/07/iconsport_sir_150711_88_89.jpg
La reprise : "Une saison est épuisante physiquement et mentalement, la trêve fait toujours du bien. J’ai coupé complétement avec trois à quatre semaines sans vélo, pour profiter de ma famille. Ensuite j’ai repris doucement les entraînements pour pouvoir aller crescendo. Avec le temps je me connais et je sais que je n’ai pas besoin de faire de longues distances. J’ai aussi participé à quelques cyclo-cross, j’ai toujours aimé ça. Je continue à me faire plaisir avec une ambiance conviviale. Ça permet aussi de faire du rythme en compétition."

Stage et objectif : "Le stage s’est bien passé. On a fait que de la route, des sorties d’endurance. Un stage qui permet de connaître les nouveaux, de se retrouver  tous ensemble. On a aussi défini les calendriers, les entraînements, régler quelques détails. Francis Mourey et Steve Chainel ont travaillé le cyclo-cross. C’est un stage classique de remise en route. Je ne serais pas à celui de janvier parce que je vais en Australie. Cette saison je vais essayer de faire au moins aussi bien que l’année dernière. Et briller sur le tour de France et sur les championnats de France aussi."

World Tour et Tour Down Under : "On a un bon calendrier fixé à l’avance. L’an dernier c’était toujours la course aux invitations, là on va essayer de défendre notre place pour la conserver. Le World Tour nous permet d’être en Australie dès le début de  saison. J’avais la volonté de retourner en Australie. Les conditions sont très bonnes. J’ai hâte de reprendre. Le parcours est un peu plus dur que les dernières années. Une étape se termine par une bosse de trois kilomètres, mais je pense que des sprinters-puncheurs comme William Bonnet peuvent passer. Les sprinters auront une grosse carte à jouer."
   


Article réalisé par Jérémy Bazin
Propos recueillis par Jérémy Bazin
Crédit Image : Icon Sport

commentaires

Haut de page