Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

@cultureSPORT

@cultureSPORT

Retrouvez-nous sur cultureSPORT.net / culture SPORT est un jeune média global entièrement consacré à l’actualité sportive et dédié à tous les pratiquants : professionnels comme amateurs, féminins et masculins, valides ou en situation de handicap, des plus jeunes aux plus anciens.


Les arrivées du Tour de France 2011 en photo (2/3)

Publié par Jérémy Bazin sur 26 Juillet 2011, 08:00am

Catégories : #Tour de France

Un an ! Pendant un an on l'a attendu. Le 2 juillet dernier, il s'est enfin élancé pour notre plus grand plaisir. Et aujourd'hui c'est déjà fini. Ces trois dernières semaines sont passées tellement vite, qu'on croirait que la Grande Boucle a commencé hier. Après 21 étapes de bonheur ou de tristesse, de surprise ou de déception, de confirmation ou de désillusions, retour sur les "images d'arrivée" qui ont écrit l'histoire du Tour de France 2011. Deuxième partie de cette rétro, les six étapes parcourues entre les deux journées de repos.

• 10ème étape (mardi 12 juillet) : Aurillac-Carmaux (158 km)
greipel.jpg
Depuis le début de saison on attendait ce duel. Depuis le départ d'André Greipel de la formation HTC, on voulait voir les deux meilleurs sprinters du monde en 2010 s'affronter. Il aura fallu patienter jusqu'au 12 juillet mais finalement on n'aura pas été déçu. André Greipel d'un côté, Mark Cavendish de l'autre. Duel de titans, qui a tourné à l'avantage de l'Allemand à Carmaux. Un exploit tant Cavendish était intouchable lors des sprints massifs dans lesquels il a participé. Un exploit aussi parce que le parcours vallonné promettait du suspense jusqu'au bout. Arthur Vichot (FDJ), Anthony Delaplace (Saur-Sojasun), Rémy Di Gregorio (Astana), Julien El Farès (Cofidis), Sébastien Minard (Ag2r) et Marco Marcato (Vacansoleil) composaient la bonne échappée. Avec six hommes devant, le peloton ne plaisantait pas malgré la succession de côte, si bien que les fuyards furent revus à 20 bornes de l'arrivée. Tout juste le temps pour certains costauds de sortir. Thomas Voeckler le maillot jaune, Philippe Gilbert le maillot vert, Tony Gallopin, Tony Martin, Dries Devenyns tentaient de piéger la troupe. Un groupe qui avait de la gueule. Sans doute trop, finalement ils devaient s'effacer pour laisser la place aux hommes rapides. Encore une fois le peloton aura eu raison des baroudeurs.

• 11ème étape (mercredi 13 juillet) : Blaye-les-Mines - Lavaur (167,5 km)
http://static.lexpress.fr/pictures/285/146356_le-britannique-mark-cavendish-remporte-la-11e-etape-du-tour-de-france-le-13-juillet-2011-a-lavaur.jpg
Jamais deux sans trois. Après le Cap Fréhel, Châteauroux, voici Lavaur. Troisième victoire sur ce Tour pour Mark Cavendish, la dix-huitième de carrière. Et ce n'est pas fini. Sous la pluie, en plus de l'étape, le Britannique enfile aussi le maillot vert. Avec une telle domination dans les derniers hectomètres, une équipe à son service, un très bon poisson-pilote, Mark Renshaw, au soir de la onzième étape, on voyait mal comment le classement par points pouvait lui échapper. Surtout que le coureur de HTC-Highroad a la chance avec lui. Il n'aura manqué que deux petits kilomètres à l'échappée pour piéger le peloton. La dernière relance de Lars Boom (Rabobank) n'aura donc rien changé. Pourtant, avec
Jimmy Engoulvent (Saur-Sojasun), Tristan Valentin (Cofidis) Mickael Delage (FDJ), Andriy Grivko (Astana), Ruben Perez (Euskaltel-Euskadi) et donc Lars Boom, le bon coup du jour a longtemps fait douté les équipes de sprinters. Avant de rentrer dans le rang. Ce succès de Cavendish clôt le premier chapitre de ce Tour 2011. Place à la haute montagne !

• 12ème étape (jeudi 14 juillet) : Cugnaux - Luz-Ardiden (211 km)
sanchez.jpg
La voilà la première étape de haute montagne. Enfin ! La lutte pour le maillot jaune pouvait commencer. Même si certains prétendants ont été écarté sur chute, on attendait un feu d'artifice en ce 14 juillet. Raté. Comme les autres années, les favoris se sont longtemps marqués avant de s'expliquer. On a même pensé que Jérémy Roy (FDJ) et Geraint Thomas (Sky), rescapés de l'échappée matinale, allaient se jouer la gagne. Finalement la victoire s'est dessinée... en descente. Un comble, alors que trois ascensions dont celle du Tourmalet étaient au programme. Samuel Sanchez (Euskaltel-Euskadi) et Jelle Vanendert (Omega Pharma-Lotto) ont conservé quelques secondes à Luz-Ardiden. Juste ce qu'il fallait pour voir le champion olympique espagnol levé les bras. Derrière, la course s'est animée dans les derniers hectomètres. Grand gagant du jour, Fränk Schleck, le perdant Alberto Contador. Dans un jour sans, le triple vainqueur de la Grande Boucle est tout de même parvenu à limiter la casse sur cette ascension. Autre satifaction, le comportement des Français. Thomas Voeckler (Europcar) gardait sa tunique jaune après avoir fait jeu égal avec les grimpeurs, bien aidé en celà par son équipier Pierre Rolland. Arnold Jeannesson (FDJ) s'est lui révélé au grand public, récompensé de ses efforts par un maillot blanc de meilleur jeune.

• 13ème étape (vendredi 15 juillet) : Pau - Lourdes (152,5 km)
http://static.lexpress.fr/pictures/287/147351.jpg
Pour une surprise, s'en est une grosse. Qui pouvait imaginer un seul instant un sprinter venir s'imposer à Lourdes, quelques kilomètres après l'ascension du Col d'Aubisque. Pas grand monde n'avait misé sur une victoire de Thor Hushovd au beau milieu des Pyrénées. Une nouvelle fois le Norvégien a surpris. Après avoir conservé son maillot jaune en résistant aux offensives des meilleurs grimpeurs vers Mûr-de-Bretagne et Super Besse, le champion du monde avait un autre objectif : gagner au moins une fois. Ce qu'il n'avait sans doute pas prévu c'était de s'imposer un jour de haute montagne. Parti dans l'échappée matinale, Hushovd a tout donné dans l'Aubisque pour ne pas basculer trop loin de la tête de course. Auteur d'une remarquable descente, il revenait sur David Moncoutié (Cofidis) à trente bornes de la ligne. Relayé dans un premier temps par le Français, Hushovd revenait sur Jérémy Roy (FDJ). Auteur d'un très grand numéro, Roy était repris puis déposé par Hushovd à deux kilomètres du terme de l'étape. Moncoutié déjà lâché ne pouvait que constater les dégâts. A vouloir se chasser entre eux, les Français ont encore raté la victoire. Seule satisfaction pour le cyclisme français, Thomas Voeckler (Europcar) reste en jaune, Arnold Jeannesson (FDJ) en blanc et Roy devenait meilleur grimpeur du Tour à la veille d'une étape décisive pour le classement général.

• 14ème étape (samedi 16 juillet) : Saint-Gaudens - Plateau de Beille (168,5 km)
http://www.ouest-france.fr/photos/2011/07/16/110716173731911_94_000_apx_470_.jpg
La deuxième arrivée au sommet a, une nouvelle fois, accouché d'une souris. Pourtant le Plateau de Beille était réputé pour faire la différence. Pas cette année ! Les petites accélérations placées tout au long de la montée n'auront pas fait le ménage. Thomas Voeckler, dans un jour de grâce, est même parvenu à suivre les meilleurs et attaquer. Il conservait donc facilement sa tunique jaune, sans perdre une seule seconde sur ses poursuivants. Leopard-Trek aura donc roulé une bonne partie de la journée et condamné l'échappée de 24 coureurs partis dans les premiers hectomètres pour pas grand chose. Sandy Casar (FDJ), dernier rescapé, de l'échappée l'avait mauvaise. Au contraire Jelle Vanendert parti à environ cinq bornes de la ligne aura profité du manque de réaction du groupe maillot jaune pour conquérir sa plus belle victoire, et revêtir le maillot à pois de meilleur grimpeur. Le Belge prenait aussi sa revanche sur Samuel Sanchez qui l'avait devancé à Luz-Ardiden, cette fois le classement est inversé. Pour le plus grand bonheur de l'équipe Omega Pharma-Lotto qui remporte une troisième étape après celles de Gilbert et Greipel.

• 15ème étape (dimanche 17 juillet) : Limoux - Montpellier (192,5 km)
cavendish.jpg
Qui dit sprint, dit Cavendish. Bien sûr ! Il avait prévenu, il voulait gagner à Montpellier. Y a qu'à demander ! Avec une équipe à son service, des formations adverses désorganisées dans les derniers kilomètres, personne ne pouvait inquiéter le Britannique dans l'Hérault. Trop fort ? Sur ce sprint il a, comme toujours, été parfaitement déposé aux 200 mètres, mais Tyler Farrar est venu mourir à une demi-roue alors qu'il avait deux longueurs de retard au démarrage. Quand ce n'est pas la vitesse qui fait la différence, c'est le placement. Décidément le Britannique a tout pour lui. Même le maillot vert bien accroché à ses épaules avec la dix-neuvième victoire sur le Tour. Une statistique plus surprenante. En ce dimanche 17 juillet, Cavendish glanait le huitième succès de sa saison. Huit dont quatre acquis sur le Tour. Si l'Anglais fait une année 2011 assez moyenne, il est toujours intouchable sur la Grande Boucle. Sprinters et baroudeurs n'ont toujours pas trouvé la solution après trois ans de règne sans merci du coureur HTC. Les attaquants du jour, notamment Niki Terpstra (Quick Step) ou Mikhail Ignatiev (Katusha) ont échoué de peu, tout comme Gilbert (Omega Pharma-Lotto) et Anthony Roux (FDJ) sortis dans les derniers hectomètres. HTC et Cavendish restaient imprenables tactiquement, techniquement et psychologiquement sur chaque étape toute plate.

• Repos à Saint-Paul-Trois-Châteaux (lundi 18 juillet)

Article réalisé par Jérémy Bazin l Images : AFP, Sirotti

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
O


Plus l'attente se fait longue et plus le resultat est beau comme on dit :D



Répondre

Archives

Articles récents