Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Français du plat pays #7 : Grégory Christ

par Adrien Renkin 2 Janvier 2012, 23:00 CS BELGIQUE

A l'image de Jean-Pierre Papin ou plus récemment d’Eliaquim Mangala, le championnat belge de football a de tout temps accueilli de nombreux joueurs français. En cette saison 2011-2012, Culture Sport Belgique a décidé de vous présenter les Bleus du football noir-jaune-rouge. Toutes les deux semaines, retrouvez le portrait de l'un d'eux. Ce lundi, partez à la découverte du messie de Saint-Trond : Grégory Christ.

 
media_xl_3682165.jpg
Au commencement, Grégory Christ évoluait dans le centre de formation de l’AS Beauvais, dans la ville de son enfance. Il a participé lors de la saison 2003-2004 a une seule rencontre de Ligue 2 pour le compte du Racing Levallois. Nul n’est prophète en son pays, Christ en est la preuve vivante, en décidant très tôt, vingt-deux ans à l’époque, de s’expatrier en Belgique, du côté du Sporting Charleroi.

Dans le pays noir, le joueur connu deux périodes. Lors de la première, entre 2004 et 2008, il joua 121 matchs pour six buts inscrits. Le peu de buts marqués en quatre ans illustre peu son tempérament offensif. Il n’est pas un buteur exceptionnel certes mais sa vista et son sens de l’anticipation lui permettent de donner régulièrement des passes tranchantes à ses coéquipiers. Sa vitesse et la qualité de ses centres le font évoluer principalement sur les flancs, peu importe lequel car Christ est adroit des deux pieds. Les supporters de Charleroi l’ont surnommé « crochetto » en raison de ses nombreux dribbles sur le terrain.

Les années se situant entre 2004 et 2008 seront de son propre aveu les plus belles de sa carrière. A cette époque Christ est titulaire, il joue de manière correcte, et s’entend bien avec le reste de l'équipe (aussi bien avec les joueurs qu’avec les membres du staff technique). Ses prestations sont alors remarquées, et certains grands clubs français le suivent attentivement. Parmi eux : Lille, Grenoble, Lens… Le joueur a préféré prolongé le contrat qui le liait au Sporting.

Au début de la saison 2008-2009, le club de Duisbourg en deuxième Bundesliga loue ses services pour un an. On peut dire avec le recul que Christ n’a pas eu la sagesse de Salomon lorsqu’il a accepté ce prêt. En effet, malgré des débuts en grande pompe (treize matchs disputés sur quinze disponible et un but inscrit), Christ écopait d’une suspension de quatre rencontres. Il ne reviendra jamais dans l’équipe première. De retour à Charleroi après son expérience allemande, Grégory Christ démontrait qu’il pouvait avoir une efficacité redoutable. Lors de cette saison il marqua trois goals en trente-deux rencontres, soit la moitié des buts qu’il a inscrits avant cela pour le club hennuyer.

Changement de cap en 2010, puisque Christ part à Saint-Trond, de l’autre côté de la frontière linguistique. Lors de ces six premiers mois dans le Limbourg, le joueur est régulièrement aligné mais ne parvient pas à se forger véritablement une place indiscutable dans l’équipe type des Trudonnaires. En cause, de petites blessures l’empêchant d’aligner les matchs et donc d’avoir des automatismes avec ses coéquipiers. En janvier, il débarque en compagnie d’un ex-zèbre, Madjid Oulmers, au Panthrakikos, un club se situant dans le ventre mou de la seconde division grecque. A l’époque le club hellénique entraîné par Emilio Ferrera, un ancien de la Louvière, s’imaginait pouvoir disputer les Play-Offs et donc espérait pouvoir monter en Super-ligue. L’avenir nous aura démontré le contraire. Christ ne sera titulaire qu’a seulement trois reprises et le coach sera limogé quand tout espoir de montées sera envolé. De retour à St-Trond cette année, il dispute actuellement une saison mièvre. Seulement neuf apparitions en championnat pour aucun but.

Son idole footballistique est un certain Zinédine Zidane mais actuellement son cœur balance plutôt vers Xavi. D’après lui le catalan est le plus grand joueur du monde, grâce à sa qualité de passe… En dehors du foot il a déclaré un jour aimer dormir. Il apprécie également un bon cinéma et éventuellement un resto avec madame. Par contre les fêtes sont bannies de son environnement tant qu’il restera footballeur professionnel.

 


Article réalisé par : Adrien Renkin

Crédit photo : AFP

commentaires

Haut de page