Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les hommes qui ont marqué 2011 : Djokovic impérial (1/15)

par Loïc Espitalier-Noël 5 Décembre 2011, 09:00 TENNIS

Novak Djokovic a réalisé une saison quasi-parfaite qui l'a vu remporter l'Open d'Australie, Wimbledon et l'US Open. Le Serbe est passé numéro un mondial, et compte une avance colossale sur ses poursuivants, impuissants la majeure partie du temps face à sa forme cette année.


http://www.letemps.ch/rw/Le_Temps/Quotidien/2011/07/02/Sports/ImagesWeb/novnadal--469x239.jpg

Un début de saison tonitruant

Dans la foulée de sa victoire en Coupe Davis avec la Serbie face à la France, le Serbe fait sa rentrée à Melbourne, pour l'Open d'Australie. Là, il surprend par son jeu sans faute, et élimine Roger Federer, alors numéro deux mondial, en demi-finale, avant de se débarrasser facilement d'Andy Murray en finale pour s'imposer pour la deuxième fois dans la Rod Laver Arena, après 2008. Les plus sceptiques disent alors que sa victoire n'est due qu'à la défaillance du leader du moment, Rafael Nadal, qui n'atteint même pas le dernier carré, éliminé par Ferrer en quarts de finale.

Il va très vite faire taire ses détracteurs en s'imposant par deux fois face à l'Espagnol, en finale de deux Masters 1000 (Indian Wells, Miami). Il attaque la saison sur terre battue à la maison, à Belgrade, tournoi qu'il remporte également mais sans avoir besoin de briller avec une finale contre Feliciano Lopez en finale, 42e joueur mondial. Après avoir traumatisé le numéro un mondial sur dur, il s'attaque à lui sur sa surface de prédilection. Et cela lui réussit tellement bien ! En l'espace d'une semaine, il bat l'Espagnol par deux fois en finale de deux Masters 1000 sur terre battue : Rome mais aussi et surtout à Madrid chez l'Espagnol.


http://www.lepays.fr/fr/images/CD865ED9-DC10-471E-8389-2FB8CF589B64/ALS_03/afp-patrick-kovarik-novak-djokovic-lors-du-tournoi-de-roland-garros-a-paris-le-25-mai-2011.jpg

Roland Garros : le coup d'arrêt

Le titre lui semble alors promis dans la Capitale, et il réalise d'ailleurs une quinzaine parfaite jusqu'en quarts de finale : il ne concède qu'un seul set, face à Juan Martin Del Potro, qui retrouve peu à peu ses sensations. Il arrive donc en demi-finales en pleine confiance, et dans un état de fraîcheur optimale, après avoir bénéficié de l'abandon de Victor Hanescu au deuxième tour et du forfait de Fabio Fognini en quarts. Malheureusement, il tombe sur un Roger Federer en plein renouveau. Alors que personne ne s'y attend, le Suisse sort un match parfait, et parvient à sortir le Serbe en quatre sets, alors que celui-ci restait... sur 42 victoires consécutives.


http://static.lexpress.fr/medias/1508/772114_novak-djokovic-remporte-l-us-open-en-battant-rafael-nadal-le-12-septembre-2011-a-new-york.jpg

La machine repart de plus belle

Loin d'être déprimé par cet échec, le Serbe repart de plus belle. Bien qu'il n'ait disputé aucun tournoi préparatoire sur gazon, il arrive en finale, non sans difficultés, après avoir du écarter Tsonga notamment. Il retrouve donc une nouvelle fois en finale son adversaire favori cette saison : Rafael Nadal. Et une fois n'est pas coutume, c'est le Serbe qui sort vainqueur, mais cette fois c'est une pure nouveauté : il s'adjuge le Grand Chelem londonien pour la première fois de sa carrière. Il assène par la même occasion un grand coup sur la tête de l'Espanol, qui n'avait plus perdu sur le gazon anglais depuis 2007. On parle alors d'un complexe d'infériorité de Nadal aux dépens de Djokovic. Le Majorquin ne s'est effectivement plus imposé face au Joker depuis le Masters 2010, en novembre 2010. Et cela ne va pas aller en s'arrangeant : alors que Nadal ne dépasse pas le stade des quarts de finale, Djokovic s'adjuge sans forcer les deux Masters 1000 disputés sur dur : l'Open du Canada et Cincinnati.

Il arrive donc une nouvelle fois en pleine confiance à l'US Open, où, il doit se battre pour atteindre la finale. Il parvient à se défaire de la révélation américaine Dolgopolov et de son compatriote Tipsarevic, grâce notamment à une blessure de ce dernier. Il dispute alors l'un des plus beaux matchs de sa saison. Il rencontre Roger Federer dans un remake de la demi-finale de l'an passé, au cours de laquelle il avait du sauver deux balles de match au 5e set. Et il récidive cette année. Au terme d'un match à suspense en cinq sets, et après avoir remonté deux sets de retard et sauvé deux balles de match sur le service du Suisse au cinquième set, le Joker s'impose et montre l'étendue de ces énormes capacités mentales et physiques. Il gagne le droit de jouer une sixième finale face à Rafael Nadal cette saison.

Les deux compères vont livrer sans contexte l'un des plus beaux matchs de l'année. D'une rare intensité et d'une vitesse incroyable, les coups fusent. Les coups gagnants se multiplient, ne laissant pas la place à l'erreur. À ce petit jeu, c'est le Serbe qui est gagnant, remportant les deux premiers sets, mettant son adversaire quasiment K.O. Mais l'Espagnol a plus d'un tour dans son sac, et va chercher le troisième set au tie-break au bout de lui même. Mais il ne fait que retarder l'échéance car, à bout de souffle, il ne tient plus et laisse la victoire au maître de l'année 2011.

 

Une saison indoor complètement ratée

Après l'US Open, Novak Djokovic participe à la demi-finale de la Coupe Davis, où il perd son seul match face à Juan Martin Del Potro, et ne permet donc pas à la Serbie de se qualifier pour la finale. À la suite de quoi, il se blesse, et annonce son forfait pour le Masters 1000 de Shanghai, relançant par la même occasion le débat sur le calendrier trop chargé des tennismen (Djokovic aura joué 76 matchs au total cette saison).

Après un mois et demi de repos, il ne parvient même pas à s'imposer dans le Masters 500 de Bâle, battu dès les demi-finales par Kei Nishikori, seulement 31e mondial. Il subit d'ailleurs un cinglant 6-0 au troisième set face au méconnu Japonais. La semaine suivante, il est obligé de déclarer forfait en quarts de finale du Masters de Paris-Bercy, alors qu'il s'apprêtait à jouer contre Jo-Wilfried Tsonga. Une nouvelle semaine de repos pour aborder le tournoi des maîtres : le Masters 2011. Et dans l'O2 Arena, le moins que l'on puisse dire, c'est que le Serbe ne va pas resplendir. Affaibli, mal à l'aise, il s'impose face à Thomas Berdych avant d'être battu par Ferrer et Tipsarevic, pourtant remplaçant. Finalement, il ne se qualifie même pas pour les demi-finales, et finit bien mal sa saison, trop bien commencée.


http://static.lexpress.fr/pictures/446/228495_novak-djokovic-le-23-novembre-2011-lors-d-un-tournoi-de-tennis-a-londres.jpg

Un bilan mitigé

On peut donc couper la saison de Nole Djokovic en deux parties distinctes : l'une jusqu'à la finale de l'US Open, où sur dur, terre ou gazon, il rafle tout à l'exception de Roland Garros, et l'autre, où, en indoor, le Serbe n'arrive pas à enchaîner les matchs, et ne gagne aucun titre. On se demande donc si le numéro un mondial ne parvient tout simplement pas à jouer en indoor, surface trop rapide pour son jeu, ou bien s'il ne tient plus la corde, après une saison trop haletante. On attend donc avec impatience la saison 2012, année de la confirmation attendue pour le prodige de Belgrade.

 

Article réalisé par Loïc Espitalier-Noël l Images : AFP

commentaires

Haut de page