Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les hommes qui ont marqué 2011 : Tsonga a bien grandi (6/15)

par Loïc Espitalier-Noël 10 Décembre 2011, 09:00 TENNIS

Avec deux titres et quatre finales, le Manceau s'impose comme le chef de file du tennis tricolore. En témoigne son parcours au Masters.


http://www.ladepeche.fr/content/photo/biz/2011/04/12/photo_1302622088571-8-0_zoom.jpg

Un début de saison difficile

La saison 2011 de Jo-Wilfried Tsonga s'est achevée dimanche 27 novembre dans l'02 Arena de Londres. Il disputait la finale du tournoi des Maîtres, sa sixième finale de l'année.

Qui y aurait cru en début d'année, lorsque Jo enchaînait les contre-performances. En effet, il s'inclinait dès le troisième tour de l'Open d'Australie, battu par le 46e joueur mondial, le jeune Dolgopolov. Heureusement, il atteint la finale du Masters 500 de Rotterdam, avant de la perdre contre Robin Soderling. Sa tournée américaine ne se passe pas pour le mieux, et il s'incline par deux fois au deuxième et troisième tour des Masters 1000 d'Indian Wells et de Miami, contre des adversaires bien moins classés que lui (Xavier Malisse, 52e et Dolgopolov, 23e).

La saison de terre battue ne démarre pas mieux, avec une défaite à Monte Carlo devant le 40e joueur mondial, Ivan Ljubicic. À Estoril, Madrid ou Rome, le Français n'aura pas beaucoup plus de réussite, et c'est presque naturellement qu'il ne perd qu'au troisième tour de Roland Garros, contre Stanislas Wawrinka, alors qu'il menait deux sets à rien.


http://www.tv5.org/TV5Site/info/afp/francais/journal/une/photo_1308864559763-2-0.jpg

Le gazon, c'est son dada !

Mais ces défaites répétées sur terre battue peuvent presque sembler naturel car de par son jeu, Jo réussit mieux sur les surfaces rapides. Et c'est lors du tournoi du Queen's en juin qu'il lance véritablement sa saison. Il était temps. En effet, il rencontre le numéro un mondial Rafael Nadal en quarts de finale, et passe l'obstacle espagnol au terme d'un match remarquable, gagné en trois sets. Il ira jusqu'en finale, battu par Andy Murray, qui joue à domicile. Jo brille une nouvelle fois par son irrégularité lors du tournoi d'Eastbourne, où il est sèchement battu dès les huitièmes par Radek Stepanek.

On ne sait donc pas exactement à quoi s'attendre lorsque commence Wimbledon. Mais le Français a plus d'un tour dans son sac, et sait prendre ses observateurs à contre-pied. Après être passé près de la correctionnelle au deuxième tour face à Grigor Dimitrov, il se hisse jusqu'en demi-finales, battant notamment David Ferrer, certes spécialiste de la terre battue et non du gazon.

Là, il rencontre Roger Federer, qui joue en terre conquise, en tant que maître des lieux. Dans les deux premiers sets, le Français se fait manger tout cru par le Suisse, qui remporte facilement les deux premières manches. On sait d'ailleurs que l'ex numéro un mondial n'a jamais perdu un match après avoir mené deux sets à rien. Mais il y a un début à tout, et Jo va le montrer, en remportant les trois sets suivants pour une des plus belles victoires de sa carrière.

Il sera ensuite défait par Novak Djokovic en demi-finales, qui évolue sur un nuage en cet été 2011.


http://www.lalsace.fr/fr/images/1E38120D-AA6E-4D84-A3B7-76C37C730321/ALS_03/afp-mark-ralston-jo-wilfried-tsonga-le-4-octobre-2011-a-pekin-lors-de-son-match-contre-le-bulgar.jpg

Enfin des titres

Rebelote au Canada, il bat une nouvelle fois Roger Federer avant d'être arrêté en demies par le Joker Djokovic. Après une belle victoire sur le numéro huit mondial Mardy Fish lors de l'US Open, il laisse son ami suisse prendre sa revanche en quart de finale. Qu'importe, son sacre est proche.

Sur terre battue, il n'est d'aucun secours pour la France lors de la cinglante défaite en demi-finale de la Coupe Davis face à l'Espagne, malgré une belle victoire en double.

À Metz, il remporte son premier tournoi de la saison avant de récidiver un mois plus tard à Vienne en battant notamment Juan Martin Del Potro en finale.


http://static.ladepeche.fr/content/photo/biz/2011/11/12/photo_1321130862523-4-0_zoom.jpg

Une fin de saison exceptionnelle

Il va marquer les esprits lors des deux derniers tournois de la saison. Lors du Masters 1000 de Paris-Bercy, certes délaissé par Nadal et abandonné par Djokovic, il atteint la finale devant son public, même si cela ne suffira pas pour venir à bout de Roger Federer, en pleine confiance. Mais le plus important n'est pas là. Grâce à cette finale, il valide sa place dans les huit meilleurs joueurs mondiaux et par la même occasion, son ticket pour les Masters de Londres.

Là, malgré un départ raté et une nouvelle défaite face à Roger Federer, il montre ensuite que sa place est entièrement méritée, en atteignant même la finale du tournoi des maîtres, en battant Rafael Nadal, qui court toujours après un sacre dans cette compétition, l'une des seules qui lui manque.

En finale, il est une nouvelle fois battu par le géant suisse. Après une année 2011 compliquée mais réussie, on attend de voir si 2012 sera celle de la confirmation.

 

Article réalisé par Loic Espitalier-Noël l Images : AFP

commentaires

Haut de page