Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les hommes qui ont marqué 2011 : Young, une ascension fulgurante (12/15)

par Loic Espitalier-Noel 16 Décembre 2011, 09:00 TENNIS

En 2011, le jeune Américain Donald Young n'a cessé de progresser. Hors du top 100 en début de saison, il a gagné près de 100 places pour passer de la 127e à la trente-neuvième place mondiale.

 

1-copie-3

 

 

Fin 2010, Donald Young a vingt-et-un ans. Il est classé 127e à l'ATP et n'a disputé que six tournois professionnels ATP, pour trois victoires sur le circuit. En 2011, il va participer à six tournois Challenger  seulement, car le jeune Américain va éclore sur le circuit professionnel, avec treize tournois ATP 250 et 500 Series et Masters 1000 et les quatre tournois du Grand Chelem.

Sur les quatre majeurs, alors que son meilleur résultat s'avérait être un troisième tour à l'US Open 2007,  il parvient en fin d'année à atteindre les huitièmes de finale à Flushing Meadows, match qu'il jouera face à un adversaire prestigieux, Andy Murray.

Andy Murray, avant sa rencontre à l'US Open en fin d'année, il l'a déjà battu, à la surprise générale en début de saison. Et pas dans un tournoi de seconde zone : les deux hommes se sont rencontrés lors du Masters 1000 d'Indian Wells où, poussé par son public, l'Américain a su battre son premier joueur membre du top 10 mondial.

Et lors de l'US Open, avant sa défaite face au Britannique, le jeune Young n'a pas battu que des bras cassés ! En effet, il s'est défait d'un membre du top 15, Stanislas Wawrinka au deuxième tour, et le numéro vingt-quatre mondial Juan Ignacio Chela.

 

2-copie-3.jpg

Jouer sur dur, c'est comme jouer à la maison !

Il faut croire que jouer sur ses terres lui réussit particulièrement car trois semaines plus tôt, lors du 500 Series de Washington, il avait atteint les demi-finales, éliminant la tête de série numéro quatre Jurgen Melzer au deuxième tour, son compatriote Michael Russel en huitièmes et le vingt-sixième joueur mondial Marcos Baghdatis en quarts. D'une manière générale, comme beaucoup d'Américains, le dur est sa surface de prédilection, et il a réalisé une saison plus que correcte sur ce revêtement en 2011. Ainsi, à Bangkok, en indoor, ce qui requiert un jeu encore plus rapide, il a atteint la finale d'un 250 Series. Battu en finale une nouvelle fois par Andy Murray, il avait éliminé Gaël Monfils, huitième joueur mondial à l'époque et tête de série numéro deux du tournoi, ainsi que la quatrième tête de série, Guillermo Garcia Lopez.

On souhaite donc à Donald Young que 2012 soit l'année de la confirmation voire de la consécration, et qu'il obtienne son premier titre sur le circuit professionnel.

 

 

Article réalisé par Loïc Espitalier-Noël | Images : AFP

commentaires

Haut de page