Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les occasions manquées de Philippe Gilbert (1/2)

par Pol Loncin 20 Décembre 2011, 13:00 CS BELGIQUE

L'année cycliste 2011 est à coup sur l'année Philippe Gilbert. Lauréat de dix-huit courses dont l'Amstel Gold Race, la Flèche Wallonne, Liège-Bastogne-Liège et la Clasica San Sebastien, le Remoucastrien a presque tout gagné. Pourtant, si nous regardons ses défaites de plus près, nous pouvons voir que le numéro un mondial aurait pu étoffer d'avantage son palmarès. Retour sur les courses qui, avec un peu plus de chance, auraient dû tomber dans l'escarcelle du Belge.

 

phpThumb_generated_thumbnailjpg--1-.jpg

 

  Milan-San Remo  

 

Rappelez-vous, nous sommes le 19 mars, au terme d'une course de plus 290 kilomètres, Matthew Goss s'impose devant Fabian Cancellara et Philippe Gilbert. Troisième pour la deuxième fois de sa carrière dans la Primaverra, le Belge peut se mordre les doigts. Si Filippo Pozzato n'avait une nouvelle fois rouler pour faire perdre Gilbert, le coureur Omega Pharma-Lotto aurait sans doute levé les bras au ciel au bout de la ligne droite finale. The Shadow (surnom donné à Pozzato par Tom Boonen) a en effet contré sans aucune raison l’attaque de Fast Phil dans les derniers hectomètres de la course. Une deuxième hypothèse peut être émise, Gilbert a-t-il bien fait d'attaquer à cette endroit de la course plutôt que dans le Poggio ? Peut être que non vu que sur le plat, il a moins de chance qu'en bosse de lâcher ses adversaires. S'il avait opté pour notre « tactique », Philippe Gilbert serait revenu sur son compatriote Greg Van Avermaet. L'alliance belgo-belge aurait peut être réussi à tenir les Cancellara et autres Goss hors de portée.

 

  Tour des Flandres  

 

« Si j'ai fait une erreur quelque part pendant ma saison, c'est au Tour des Flandres. J'ai attaqué trop tôt. » reconnaît Philippe Gilbert. Il est certain que les chances qu'il ait au bout en attaquant dans le Bosberg situé à un peu plus de neuf kilomètres de l'arrivée étaient minimes. Le Remoucastrien aurait sûrement dû attendre et garder ses forces pour attendre le sprint. Il n'y avait plus aucun sprinteur digne de ce nom mis à part Boonen. S'il avait été dans le petit groupe composé de Cancellara, Chavanel et Nuyens, le double vainqueur de l'Amstel Gold Race aurait peut être ajouté le Ronde à son palmarès.

 

La suite des occasions manquées du valeureux liégeois sont à lire dès demain sur Culture Sport.

 

Article réalisé par Pol Loncin | Image : Belga

commentaires

Haut de page