Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lessivé !

par Vincent Davayat 20 Octobre 2010, 09:37 Carte blanche à Vincent D.

lessive.jpgVoilà, cette fois, c’est fini ! La saison cycliste s’est achevée par un lavage à tout juste 10°C, dans la cuvette de Côme, d’où le wallon Philippe Gilbert est sorti détrempé, mais vainqueur.  Comme un symbole, l’épisode 2010 avait bien besoin de cet ultime rinçage pour éliminer les taches qui, ci et là, avaient souillé les couleurs du peloton.

Certes, toutes les salissures incrustées dans les mailles des plus précieuses tuniques n’ont pas encore disparu. Ainsi, le maillot jaune est toujours maculé de traces de viande rouge. Et de clenbutérol, accessoirement. Les lessives passent, les souillures persistent. Et à force de frotter,  le paletot a pali.

Son propriétaire reste dans la ligne de Mir des agents actifs de l’UCI, AMA et autre AFLD. Et nul ne sait, à l’heure qu’il est, si le lauréat du dernier Tour sortira de la bouillonnante bassine lavé de tout soupçon.

Plus que jamais, ces derniers mois, la petite reine de l’essorage a sévi. Elle a notamment procédé à quelques lavages à sec avant le départ du Giro ; Pellizotti et Valjavec s’en souviennent encore.

Il n’en demeure pas moins que les taches du passé ressurgissent parfois, non sans avoir dû essuyer au préalable une sanction.  Cette saison, on a ainsi enregistré le retour dans le peloton professionnel de la triplette K2R : Kashechkin- Riccò- Rasmussen.

Et que dire de cette dernière nouvelle : la justice italienne a mis de la Soupline dans la suspension de Di Luca, l’adoucissant de neuf mois. Le transalpin peut reprendre la compétition, propre… Ou presque.

Assez ! Je prends la résolution de ne plus laver le linge de la famille du cyclisme en public. D’ailleurs, il est peut-être temps de faire le nettoyage ailleurs, là où, certainement, des torchons se mêlent aux serviettes.

La grande lessive, donc. Dans le tennis, par exemple, avec une dose d’Ace délicat. Dans le rugby, aussi, avec une pointe de Bonux offensif. Voire même dans le basket, où l’on a dû mettre au panier toutes les affaires sales.

Et le football, me direz-vous ? L’entreprise est périlleuse : brancher la machine à laver sur la prise de la machine à sous pourrait tout faire disjoncter. Et dans la maison du ballon rond, la ménagère ne se risquera pas d’échanger son or contre des plombs.

Article et montage réalisés par Vincent Davayat 

commentaires

Alex 02/11/2010 14:02



Bravo pour ce bel article , très drôle et bien écrit



Haut de page