Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Liga (J30) : Le Barça reste à six points, Malaga recolle à Valence

par Emilien Gomez 28 Mars 2012, 09:00 Petit tour d'Europe

La réaction du Real Madrid contre la Real, la magnifique performance de Varance au cours de cette rencontre, la bonne affaire du week-end pour Malaga (encore), le flop Valence qui a perdu à Getafe ou encore la renaissance du phénix Saragosse, tels sont les faits marquants de cette trentième journée de Liga.

 
cristiano-ronaldo--a-g--karim-benzema--a-d--et-higuain--a-l.jpg

Les faits marquants du week-end : le Real se reprend enfin

Entre les quatre points perdus face à Malaga et Villareal et le silence radio décrété par Jose Mourinho, le Real semblait céder à la pression du titre et d'un Barça revenu à seulement six points. Mis un peu plus sous pression après la victoire des Blaugrana à Majorque (0-2), les madrilènes se devaient de réagir. Ils ne pouvaient certainement pas se permettre de laisser de nouveaux points en route.  En infligeant une raclée aux coéquipiers d'Antoine Griezmann (5-1), Benzema et Cie ont répondu de la plus belle des manières. Un doublé de l'attaquant français, ainsi que les 101ème et 102ème but de Cristiano, ont permis aux madrilènes de se refaire une santé avant le périlleux déplacement à l'Osasuna Pampelune samedi prochain (20h). Pour la troisième place, Valence (battu 3-1 à Getafe) peut regarder dans ses rétroviseurs parce que Malaga, victorieux à Barcelone, contre l'Espanyol, se rapproche inexorablement. A égalité de points (quarante-sept), la lutte entre les deux équipes - qui se rencontrent par ailleurs lors de la trente-sixième journée à la Rosaleda – s'annonce acharnée. Bien malin qui pourra désigner celui qui obtiendra le ticket directement qualificatif pour la Ligue des Champions. Pour l'Europa League, Osasuna qui a gagné à Levante (0-2) à la surprise général, tient la corde en compagnie de sa victime du week-end. Derrière eux, un peloton de quatre équipes (Espanyol, Atleti, Bilbao et Getafe) reste à l'affût. En queue de classement, si trois équipes (Saragosse, Gijon et Santander) se détachent pour descendre - à six points du premier non relégable – l'équipe de Grenade (défaite 0-3 par le FC Séville), cette dernière n'est pas à l'abri. Ecrasée par les andalous, elle ne semble pas à l'abri d'un retour de l'une de ces trois équipes. Saragosse, par exemple, vainqueur de l'Atleti (1-0), vient d'enchaîner un troisième match sans défaite et n'a pas dit son dernier mot pour le maintien. A hauteur de Grenade avec trente et une unités, le Villareal de Lotina semble avoir trouvé la formule magique et s'éloigne quelque peu de la zone de relégation. Sa victoire contre le Rayo Vallecano (0-2) après son nul inattendu contre le Real (1-1) en atteste : le sous-marin jaune va mieux, mais attention au moindre relâchement...

 

L'évènement : on arrête plus les Boquerones

Le choc de la trentième journée de Liga opposait l'Espanyol Barcelone (sixième) à Malaga (cinquième) à Cornellà-El Prat. L'enjeu pour les deux équipes : remporter des points précieux dans la course à l'Europe. Malaga, qui restait alors sur une série de quatre victoires et un nul à Madrid (1-1) en cinq matches, était l'équipe la plus en forme pour cette rencontre. Si le rival honni du Barça a mené une grande partie du match grâce à un coup franc malicieux d'un Coutinho en pleine forme – auteur de quatre buts et une passe décisive lors des quatre derniers matches - ce sont bien les Boquerones qui l'ont emporté (1-2) grâce à des réalisations tardives de l'inévitable Ruud van Nistelrooy (76') et de Demichelis (78').  Avec cette victoire précieuse - la cinquième en six matches - la formation dirigée par Manuel Pellegrini grimpe à la quatrième place. Surtout, elle recolle à Valence (quarante-sept points chacun), chose impensable il y a peu. Dans une forme olympique à l'amorce du sprint final, l'équipe andalouse est la formation à surveiller pour les places européennes. Les hommes de Pochettino, quant à eux, redescendent à la septième place avant d'affronter Villareal le week-end prochain. 

 

Le top du week-end : Saragosse va-t-il le faire ?

Quatre victoires en un mois et demi, deux du 28 août au 5 février dernier, les chiffres sont éloquents : Saragosse renaît de ses cendre. Nombreux étaient ceux qui voyaient le Real Saragosse en Liga Adelante la saison prochaine. Certes Luis Garcia et consorts sont toujours derniers, mais force est de constater que, malgré un championnat jusqu'ici désastreux, les Blanquillos se sont relancés dans la course au maintien. Les joueurs de Manolo Jimenez viennent en effet d'enchaîner trois matches sans défaite, et non des moindres puisqu'ils ont viennent de battre coup sur coup Valence (2-1), dans son antre de Mestalla, puis l'Atletico Madrid de Simeone (1-0) grâce à une réalisation tardive d'Apono (90+4). Cette victoire - la sixième de la saison - permet à l'ancienne équipe de David Villa de revenir à six points de Grenade, premier non relégable. Cela peut paraître énorme à neuf journées de la fin, mais pour Saragosse, qui a longtemps été le cancre des lanternes rouge des grands championnats européens, il y a de quoi y espérer.

 

Le flop du week-end : A force de jouer avec le feu...

soldado.jpgOn finit par se brûler. C'est bien ce qu'il risque d'arriver aux Chés de Valence s'ils continuent sur le chemin de l'irrégularité. Deux semaines après avoir écrasé l'Athletic Bilbao dans sa cathédrale de San Mamès (3-0), les valencians ont enchaîné deux défaites, la première à domicile contre Saragosse (1-2) qui a pourtant joué à dix dès le début de la deuxième période, le seconde ce week-end, à Getafe (3-1), malgré l'ouverture du score rapide de l'insatiable Soldado (5'). Avec cette huitième défaite de la saison, Valence, qui ne lâche plus la troisième place depuis des mois, a vu Malaga recoller au classement. Une bien mauvaise passe qui a poussé le président Llorente Martin à organiser une réunion de crise. L'objectif pour Unai Emery et ses hommes : se relancer rapidement face à Levante et se qualifier pour les demi-finales de l'Europa League. Au moins...

 

Le joueur du week-end : Varane, plus grand que Laurent Blanc ?

C'est le conseiller du président, Zinédine Zidane, qui a poussé Florentino Pérez à recruter Raphaël Varane, comparant même le jeune français au « Président » lui-même. Révélation de la saison dernière avec Lens, « Monsieur propre » crève l'écran à Madrid. Les louanges pleuvent sur l'international espoir français, et ce n'est pas sa dernière prestation – encore impeccable face à la Real Sociedad – qui va ternir sa réputation de terreur des attaquants ibériques. Propre dans ses relances, intelligent dans le placement et d'un calme olympien, Varane suscite l'admiration de Jose Mourinho. Malgré un temps de jeu limité derrière les deux indéboulonnables Sergio Ramos et Pepe, l'ancien lensois démontre à chacune de ses apparitions qu'il est un futur grand. Nous sommes encore loin de la carrière deLaurent Blanc, bien sûr, mais il est évident que le jeune défenseur Merengue de dix-huit ans a un grand avenir devant lui. Il ne lui reste plus qu'à être sérieux. Avec Mourinho comme gourou, Varane ne risque pas de se laisser aller...

 


Article réalisé par Emilien Gomez
Crédit photos : AFP, Getty Images

commentaires

Haut de page