Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Liga Zon Sagres : le bilan à la trêve

par Etienne Escuer 25 Décembre 2011, 18:15 Petit tour d'Europe

Ça y est, la phase aller du championnat guesh est presque terminée ! Mais l'on connaît déjà le nom du champion d'automne, qui n'est autre que le champion en titre, à savoir le FC Porto. Contrairement à la saison passée, les Dragons connaissent quelques difficultés et vont devoir batailler jusqu'au bout...


 

FC Porto

La première partie de championnat du FC Porto ressemble étrangement à celle du Paris SG : comme les Franciliens, les Dragons sont premiers (ex-aequo), ont été sortis d'une coupe nationale, et n'ont pas passé la phase de groupes de leur compétition européenne. A Paris comme à Porto, un même mot revient : CRISE. Pour autant, est-ce justifié ? Si l'on regarde la campagne européenne, oui. Terminer derrière le Zenit St Petersbourg et surtout l'Apoel Nicosie, c'est presque une faute professionnelle. Tout comme la sortie prématurée en Taça à Coimbra dès les seizièmes. Mais en championnat, Porto est plutôt bon. 10 victoires et 3 nuls en 13 journées. Franchement, il y a pire. Surtout pour une équipe handicapée par les départs de son (jeune) entraîneur, André Villas-Boas, et de son buteur vedette, Falcao, à l'intersaison. Cependant, Vitor Pereira, l'ancien adjoint d'AVB, promu cette saison, est plus que menacé. Si les Dragons s'arrêtent trop tôt en Ligue Europa et ne sont pas sacrés en championnat, il sera sûrement remercié. Au niveau du jeu, Porto peine mais peut s'appuyer sur des individualités décisives, comme Moutinho, Belluschi ou encore Hulk quand il est en forme. Iturbe, le « nouveau Messi », arrivé au mercato, aura certainement un rôle à jouer en 2012 s'il parvient à s'imposer dans le schéma de jeu de Pereira. Mais Porto aurait besoin d'un vrai tueur, un numéro 9 tel Falcao, capable de décoincer un match, là où pêche Kleber, malgré ses 6 buts en championnat.

 

SL Benfica

A
près une saison mitigée, Benfica était dans l'obligation de se rattraper. Pour l'instant, c'est chose faîte, puisque les Aigles sont co-leaders de la Liga. Sur le plan comptable, le bilan est plus que satisfaisant, puisqu'il se calque sur celui de Porto : 10 victoires et 3 nuls en 13 journées, dont un nul au Dragao et une victoire contre le Sporting à la Luz. Un bon début de saison confirmé par les performances européennes : Benfica a terminé à la première place de son groupe, composé de Bâle, de l'Otelul Galati et surtout de Manchester United. De plus, les joueurs de Jorge Jesus sont restés invaincus et ont tenu tête aux Red Devils à la Luz comme à Old Trafford. Seule ombre au tableau, l'élimination précoce en Taça, face au Maritimo. Malgré les nombreux départs et prêts, Jorge Jesus a réussi à construire une équipe performante dès le début de la saison et qui se permet même d'offrir du beau jeu, comme en témoignent les victoires 4-1 face à l'Academica et Paços de Ferreira, ou encore le succès 5-1 récemment, face à Rio Ave. Si Cardozo est toujours aussi irrégulier devant, multipliant à la fois les boulettes et les buts décisifs, la recrue Nolito, l'intenable Bruno Cesar et le Belge Witsel se chargent d'organiser le jeu et de scorer. L'Espagnol, étincelant en début de saison, a connu un passage à vide et une blessure qui l'ont placé sur le banc mais revient en pleine forme depuis début décembre et fait mal aux défenses adverses. Si Jorge Jesus le titularise plus souvent, l'ancien Barcelonais risque d'être l'homme providentiel de la deuxième partie de saison, et pourrait bien participer à la reconquête du titre.

 

Sporting CP

En cette saison 2011/2012, le Sporting voulait faire table rase du passé. Par conséquent, 15 joueurs ont quitté le club ou ont été prêtés et 15 autres sont arrivés. Exit, donc, les Djalo, Valdès, Maniche, ect. Bonjour Diego Capel, Elias, Schaars, Van Wolfswinkel & Co. Avec cet effectif complètement chamboulé, on s'attendait à voir les Lions galérer une bonne partie de la saison, par manque d'automatismes. Mais il n'en est rien. Trois mauvais matches en début de saison face à Olhanense, Beira-Mar et au Maritimo, puis une incroyable série de victoires ensuite. En défense, Onyewu a apporté sa taille et son expérience. Au milieu, Rinaudo et Schaars ont apporté leur intelligence de jeu, ce qui, combiné avec la vivacité et la technique de Capel, Carrillo, Elias ou encore le jeune André Martins, donne un milieu de terrain parfaitement huilé. Devant, le Sporting a enfin trouvé son avant-centre, en la personne de Ricky Van Wolfswinkel, un jeune buteur néerlandais au potentiel aussi grand que la complexité de son nom. En championnat, les Lions sont encore dans la course au titre, malgré leur début de saison calamiteux, et ont montré qu'ils peuvent rivaliser avec Benfica. Une victoire face à Porto début janvier les ferait revenir encore un peu plus près des leaders. Les joueurs de Domingos, lequel compte 5 points de plus que Paulo Bento à la même époque l'an dernier, brillent aussi sur la scène européenne où ils se sont qualifiés pour les seizièmes de finale de la Ligue Europa. Et la Taça sera certainement pour eux, après les échecs de Porto et Benfica. Seul Coimbra pourrait éventuellement les embêter. Le Lion rugit de nouveau.

 

Les Tops


Maritimo Funchal

C'est la belle surprise de ce début de saison : l'équipe de Pedro Martins, neuvième l'an dernier, est actuellement à la lutte avec Braga pour la quatrième place. Les insulaires se sont même offerts le luxe de battre le Sporting à Alvalade en début de saison et de sortir Benfica de la Taça. Les choses se sont compliquées en décembre avec un calendrier titanesque : Benfica deux fois, Porto et le Sporting. Si le bilan est peu glorieux (1 victoire face aux Aigles en Taça et 3 défaites), cela s'explique en partie par les nombreuses suspensions et blessures actuelles. Mais le Maritimo est toujours bien placé en championnat, là est l'essentiel. Ce bon début de saison s'explique par la forme des cadres, comme le Français Valentin Roberge, le gardien Pecanha, ou encore le buteur Boubacar Diawara, dit « Baba », actuel meilleur scoreur en Liga. En plus des performances de ces derniers, le Maritimo peut compter sur sa pépite, Sami, qui dynamite le jeu. Le natif de Guinée-Bissau est déjà sur les tablettes de plusieurs clubs européens, alors qu'il dispute sa première saison dans l'élite. Comme le Maritimo, il a de beaux jours devant lui.


Sporting Braga

Si le Sporting Braga pouvait être qualifié de quatrième grand au Portugal après ses deux dernières belles saisons, il restait aux Arsenalistes de confirmer cela. Et avec la finale de Ligue Europa de l'an dernier, beaucoup de joueurs ont attiré la convoitise. Les moyens du club étant limités, toute la défense titulaire face à Porto à Dublin a quitté le club. Le gardien Artur, le défenseur Paulao, mais aussi l'entraîneur Domingos et l'excellent Silvio ont quitté le navire. Sous la houlette de Jardim, Braga fait mieux que résister tant bien que mal. Les Minhotos sont à la lutte avec le Sporting pour la troisième place et se sont qualifiés pour les seizièmes de finale de la Ligue Europa, en sortant d'un groupe piège (Bruges, Birmingham et Maribor). Reste à savoir si Braga pourra tenir le rythme du Sporting et éviter le retour du Maritimo. En tout cas, les Arsenalistes ont réussi leur premier pari : se relever d'une grande saison qui a vu le départ des cadres.

 

Les Flops


Paços de Ferreira

Finaliste de la Taça en 2009, Paços de Ferreira a manqué la qualification européenne pour un seul petit point l'an dernier. Nous étions donc légitimement en droit de penser de Paços ferait partie, cette année, des clubs qui viendraient titiller les gros. Raté. Cette année, Paços va connaître les joies de la lutte pour le maintien. Et pour l'instant, c'est franchement mal parti, puisque les Castors comptent seulement 8 points en 13 matches et occupent la dernière place du classement. Leur point faible ? La défense. Le barrage des Castors a cédé, avec déjà 30 buts encaissés, dont 5 contre Guimaraes et Braga, 4 contre Benfica, et 3 contre Porto, le Sporting et, plus inquiétant, Beira-Mar. Pire, aucun joueur ne semble vraiment pouvoir porter l'équipe à bout de bras et sauver Paços. Il va falloir s'y faire, Paços est une équipe en bois cette année.


Nacional Madeira

Quatrième en 2009, septième en 2010, sixième en 2011, le Nacional est censé être une valeur sûre du championnat. Mais comme Paços, les insulaires végètent en fin de classement, à la 14ème place. Pourtant, les talents ne manquent pas dans l'équipe, comme l'excellent Felipe Lopes ou le milieu de terrain Luis Alberto, courtisés par les trois grands. Quoi qu'il en soit, les Dragons de Madère ne font plus peur à personne. Ah si, il y en a un qui fait peur : Rui Alves, le sulfureux président. Récemment, il a avoué ne pas vouloir se présenter à sa propre succession à la tête du club l'an prochain. Non, Rui Alves veut entrer en politique et lutter pour... l'indépendance de Madère! Un projet insensé mais celui qui est à la tête du Nacional depuis 1994 y croit. Il aurait pu, comme le FC Barcelone, utiliser le football pour promouvoir ses idées. Mais non, Alves fait mieux : il part seul dans son aventure et laisse son club dans de gigantesques problèmes financiers.



Les autres

Le classement est très serré et il est encore impossible de dégager une partie haute et une partie basse. En effet, seuls 6 points séparent le sixième, l'Academica, du premier relégable, Rio Ave. Il faut souligner le beau début de saison des promus, Gil Vicente, huitième, et Feirense, onzième, séparés par un seul point. Si l'espoir est bien présent, la vigilance est de mise avec ce classement ultra serré, surtout pour le club de Barcelos, qui enchaîne les matches nuls (déjà 6) et qui a pris une gifle à Lisbonne (6-1 contre le Sporting). Du coté de Santa Maria da Feira, on s'est trouvé une pépite, le Français Bedi Buval, qui vient de marquer 4 buts en autant de matches et donne un peu d'air au Feirense. Associé à son demi-compatriote Ludovic (franco-portugais), Feirense tient une belle paire d'attaquants. Ça promet.

 

 

Le classement

Position  Clubs                         Pts   MJ  V   N  D Bp Bc   Diff.

1

Porto

33

13

10

3

0

32

8

24

2

Benfica Lisbonne

33

13

10

3

0

30

11

19

3

Sporting CP

27

13

8

3

2

26

12

14

4

Braga

25

13

7

4

2

24

12

12

5

 

Maritimo

22

13

6

4

3

18

16

2

6

Academica

17

13

5

2

6

17

17

0

7

Beira-Mar

16

13

4

4

5

11

8

3

8

Gil Vicente

15

13

3

6

4

13

20

-7

9

Guimaraes

14

13

4

2

7

18

16

2

10

Olhanense

14

13

3

5

5

14

17

-3

11

Feirense

14

13

3

5

5

11

19

-8

12

Setubal

13

13

3

4

6

9

19

-10

13

U.Leiria

12

13

4

0

9

14

23

-9

14

 

Nacional

12

13

3

3

7

9

24

-15

15

Rio Ave

11

13

3

2

8

12

19

-7

16

P.Ferreira

8

13

2

2

9

13

30

-17

 

 

Le coup de cœur Culture Sport


Quand les footballeurs se droguent, se dopent, vont voir des prostituées, prennent du poids ou trompent leur femme, les médias sont toujours à l'affût. Mais quand ils se servent de leur notoriété pour la bonne cause, on en parle moins. Pourtant, c'est souvent plus important. La preuve avec l'exemple qui suit. Gustavo est le fils de Carlos Martins, le milieu du Benfica prêté à Grenade. Il a 3 ans mais souffre d'une déficience de moelle osseuse et doit absolument subir une greffe. Problème, les donneurs compatibles se font rares. Dans le but de soigner le petit Gustavo et tous les autres enfants atteints de cette maladie, le monde du football portugais s'est mobilisé. TOUT le monde du football portugais. Ainsi, la Seleçcao, dont CR7, a appelé au don. La grande majorité des clubs de première division a mobilisé ses socios et ses supporters pour qu'ils s'inscrivent sur les listes de donneurs. Cela n'est pas arrivé jusqu'en France, mais au Portugal, l'affaire a vraiment ému le pays.


Le coup de gueule Culture Sport


Les derbys. Purs moments de bonheur (ou de malheur) qui consistent à sacrer un club comme le champion local. Au Portugal, ça va plus loin : c'est une question d'honneur. Ainsi, le derby Benfica-Sporting n'a pas été épargné par les incidents. Tout a commencé à cause d'une « cage ». Une « cage » dans laquelle ont été enfermés les supporters du Sporting à la Luz. Grillage devant et sur les côtés. La délégation présidentielle dénonce ce parcage. Benfica ne veut rien entendre, c'est pourquoi les officiels des Lions ne suivront pas le match depuis la tribune présidentielle mais depuis la « cage ». Evidemment, du coté des Aigles, on a vendu plus de billets que de places... Après le match (et la défaite 1-0 du Sporting), les « supporters » sportinguistes pètent les plombs et enflamment la « tribune » depuis laquelle ils ont regardé le match. En guise de représailles, les benfiquistes iront caillasser Alvalade et brûler un bus de l'Academia, le centre de formation du Sporting. Bien entendu, Benfica a porté l'affaire devant la justice : 2 sportinguistes ont été condamnés : 1 an de prison avec sursis et une interdiction de stade de 2 ans pour l'un et une amende de 1750€ et une interdiction de stade d'un 1 an pour l'autre...



Article réalisé par Etienne Escuer l Images : caughtoffside / machainesport / futebolportugues / madereacores

commentaires

Haut de page