Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Matthieu Boulo : "Je prépare ma carrière"

par Jérémy Bazin 2 Décembre 2011, 13:00 Cyclo-cross

Matthieu Boulo commence tout juste sa carrière élite en cyclo-cross. Pas impressionné, le coureur de Roubaix Lille-Métropole a déjà obtenu de très bons résultats, notamment sur le Challenge National. A 22 ans, il ne fait pas beaucoup de bruit, mais il apprend. Matthieu Boulo, un nom à retenir. Entretien.

http://static.skynetblogs.be/media/168575/3840039028.jpg
Culture Sport : Question rituelle, quelle bilan tirez-vous de votre début de saison ?
Matthieu Boulo : Le bilan est plutôt satisfaisant. J’étais loin de penser que j’allais rentrer dans les tops 20 sur mes premières manches de Coupe du Monde.

"Le SuperPrestige est bon pour l’expérience"

Culture Sport : Samedi vous étiez à Coxyde, dimanche vous serez à Igorre. Deux manches de coupe du monde en huit jours, ce n’est pas trop ?
Matthieu Boulo : Non ça ne me dérange pas. Je suis habitué à courir en Belgique avec les mêmes crossmen. C’est vrai que quelques-uns changent en coupe du monde mais le niveau reste le même.

Culture Sport : L’année dernière en espoir vous jouiez la  gagne, cette fois vous visez le top 20, ce n’est pas difficile à accepter ?
Matthieu Boulo : C’est ma première année en élite. Quand je vois ceux qui étaient mes adversaires la saison dernière finir derrière moi je suis très content. Etre le meilleur de sa catégorie d’âge c’est forcément bien.

Culture Sport : Vous participez aussi au SuperPrestige.
Matthieu Boulo : Le SuperPrestige est bon pour l’expérience. Courir avec les Sven Nys, Niels Albert, Zdenek Stybar… on se prend des claques mais c’est comme ça qu’on progresse.

http://a2.idata.over-blog.com/480x360/2/93/73/81/Cyclo-cross-Rodez/GEDC0210.JPG
Quatrième à Niel ? "Ca fait plaisir et c’est motivant"

Culture Sport : Et vous faîtes une belle quatrième place à Niel, vous vous y attendiez ?
Matthieu Boulo : C’est une bonne surprise. Les circonstances de course m’ont avantagé. J’ai fait le départ, personne n’a réagi, ils se regardaient. J’ai rapidement pris trente secondes sur un circuit assez roulant. Il n’y en a que trois qui ont réussi à rentrer. Se retrouver juste derrière les leaders mondiaux, ça fait plaisir et c’est motivant pour la suite.

Culture Sport : Une des difficultés est d’enchaîner les courses de haut niveau ?
Matthieu Boulo : Pas vraiment, je l’ai déjà fait. On se met à bloc. L’année dernière j’ai fait cinq courses en cinq jours juste avant Noël, après je me suis reposé et je suis arrivé en bonne forme au championnat de France. Quand on court tous les week-ends comme en ce moment, je récupère en début et en fin de semaine. En milieu de semaine, on travaille l’intensité.

Culture Sport : Il y a aussi le Challenge National…
Matthieu Boulo : Ce n’était pas un objectif au début mais ça l’est devenu. Je suis deuxième et je compte bien défendre ma place !

http://a34.idata.over-blog.com/0/04/86/06/0010-B2/BOULO-2.JPG
Les France, "c’est en Bretagne, à la maison"

Culture Sport : … Et une « finale » face à Francis Mourey à Besançon.
Matthieu Boulo : Francis est un gros client. Il marche super bien en ce moment, ça va être très dur de le décrocher. Il est au-dessus de nous, il sait bien gérer ses efforts, il a une très bonne technique et la puissance. On l’a encore vu à Rodez où il a remonté tout le monde après sa crevaison. Je n’étais pas loin de gagner, mais je préfère regarder devant. Je prépare ma carrière.

Culture Sport : Entre la coupe du monde, le SuperPrestige et le Challenge National, le calendrier est bien chargé.
Matthieu Boulo : Le calendrier a été décidé mi-août. Un calendrier chargé est motivant. En plus quand je vois mon programme, ça m’attire. Ce ne sont que des courses de haut niveau avec les plus grands.

Culture Sport : Puis il y aura les championnats de France.
Matthieu Boulo : C’est l’objectif de la saison avec les Mondiaux. En plus c’est en Bretagne, à la maison.

Culture Sport : Et pour finir les Mondiaux à Coxyde.
Matthieu Boulo : Un championnat du monde reste un championnat du monde, c’est bien différent d’une manche de Coupe du Monde. Si j’accroche le top 20 ce serait beau. J’espère prendre un bon départ. Le sable c’est spécial, très technique et le départ est donc très important. Mais c’est encore dans deux mois, beaucoup de choses peuvent se passer.

Article réalisé par Jérémy Bazin l Propos recueillis par Jérémy Bazin l Images : Culture Sport, Le Télégramme, P. Cristens

commentaires

Haut de page