Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

@cultureSPORT

@cultureSPORT

Retrouvez-nous sur cultureSPORT.net / culture SPORT est un jeune média global entièrement consacré à l’actualité sportive et dédié à tous les pratiquants : professionnels comme amateurs, féminins et masculins, valides ou en situation de handicap, des plus jeunes aux plus anciens.


Mondiaux de cyclisme 2011 : Cavendish sprinteur confirmé, Démare espéré

Publié par Claire Denis sur 25 Septembre 2011, 21:17pm

Catégories : #CYCLISME

http://cdn0.media.cyclingnews.futurecdn.net//2011/09/25/2/bettiniphoto_0090031_1_full_600.jpg
Le rideau s’est refermé sur le couronnement de Mark Ier, Roi d’Angleterre mais aussi désormais, et pour un an, Roi du monde. L’homme de l’île de Man remporte le titre mondial devant Matthew Goss et Andre Greipel, anciens compagnons de route. La course espoir a quant à elle mit en lumière le français Arnaud Démare, sacré devant son compatriote Adrien Petit et l’anglais Andrew Fenn.

 

La conclusion de ces championnats n’a surpris personne : un sprint remporté par le meilleur sprinteur du monde. Mais l’issue de la course espoir n’est pas beaucoup plus surprenante. Si les victoires de Mark Cavendish et d’Arnaud Démare étaient attendues, le terrain y était pour beaucoup. Un parcours plat et qualifié de facile a rythmé cette semaine mondiale. Les deux meilleurs du sprint dans leur catégorie respective se sont donc logiquement imposés sur ce circuit de quatorze kilomètres dans les rues de Copenhague.

 

mondiaux_ter.jpg
L’équipe anglaise élite a démontré toute la force de ce pays en allant dans un premier temps rechercher l’échappée matinale puis en empêchant par la suite toute autre tentative d’aboutir – malgré quelques beaux essais dont celui de Thomas Voeckler ou de Johnny Hoogerland. Le train de Mark Cavendish ne semble avoir montré aucune faiblesse, pas la moindre faille, au moment où le train allemand pour Andre Greipel perdait deux de ses éléments les plus importants suite à une chute intervenue à la mie parcours, Tony Martin – vainqueur du contre-la-montre de ces mondiaux – et Bert Grabsch se retrouvaient dans un peloton attardé qui terminera à plus de huit minutes du vainqueur dans lequel on apercevait également le champion du monde sortant, Thor Hushovd. Les Australiens et les Américains ont eux aussi œuvré durant la journée, mais aucune nation ne semblait assez forte pour arrêter les Britanniques. Peut-être ont-ils malgré tout montré une légère faiblesse dans l’emballage final, mais la suite, nous la connaissons.

 

http://cdn0.media.cyclingnews.futurecdn.net//2011/09/23/1/8_photo_scanferla_0195_600.jpg

Les espoirs français n’avaient quant à eux pas un train aussi puissant et pourtant, ils n’ont pas à rougir de leur prestation, ils ont couru une course quasiment parfaite. Dans le final, ils n’ont pas hésité à rouler et à sauter dans la roue de chaque concurrent qui tentait l’échappée belle. Ils n’ont pas fait l’erreur de libérer leur sprinteur trop tôt comme ont pu le faire d’autres nations. Ils ont bien compris que le vent soufflait de face et que la pente pouvait être fatale pour un homme lancé trop tôt. Alors, Adrien Petit a enclenché son sprint à trois cents mètres de l’arrivée et Arnaud Démare dans sa roue a déboîté aux cent mètres. Un calcul gagnant.

 

http://cdn1.media.cyclingnews.futurecdn.net//2011/09/23/2/bettiniphoto_0089587_1_full_600.jpg

Chez les espoirs, comme chez les élites, la victoire s’est bâtie en équipe soudée autour d’un seul homme, autour du sprinteur, autour de l’homme le plus à même de triompher sur un tel terrain. Dans les deux équipes, ils ne s’y sont pas trompés, il s’agissait bien là de la bonne tactique. Chaque coéquipier mérite donc amplement son accolade chaleureuse avec le vainqueur une fois la ligne franchie.

 

Outre ces ressemblances, la course des élites ne laisse pas la même saveur que celle des espoirs. Si Mark Cavendish est un beau vainqueur par son talent, le parcours n’a pas offert un spectacle des plus alléchants alors que les espoirs y ont apporté du mouvement. L’émotion, elle aussi, ne fut pas la même. Le duo gagnant a montré une ravissante joie sur le podium, accompagnée de larmes, de sourires et d’embrassades ; le trio d’impressionnants sprinteurs a montré une grande retenue et de faibles sourires, même si les yeux pétillants du vainqueur sont assez rares pour être relevés et pour nous signifier que croquer cette médaille a un goût bien particulier.

 

Dans les deux cas, ce maillot aux couleurs de l’arc-en-ciel marque le tournant d’une carrière : pour Arnaud Démare il s’agit d’un début chez les grands, pour Mark Cavendish il s’agit d’un saut dans l’Histoire.

 

Article réalisé par Claire Denis l Images : Sirotti/Roberto Bettini/Riccardo Scanferla
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Articles récents