Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les hommes qui ont marqué 2011 : Murray, entre satisfaction et désillusion (4/15)‏

par Erwan Quinat 8 Décembre 2011, 09:00 TENNIS

La saison 2011 d'Andy Murray est pour le moins complexe. En effet, le N.4 mondial a enchainé très bonnes prestations sur mauvaises passes, et ce, à plusieurs reprises. Mais sur le papier, le Britannique a tout de même conquis 5 titres dont deux Masters 1000, mais toujours pas de Grand Chelem à son actif...

http://forehandpass.files.wordpress.com/2011/01/f_murray_26_05.jpg
Finale en Australie et mauvaise passe
L'année commence très bien pour Murray qui, auteur d'un parcours sans faute, atteint la finale de l'Open d'Australie. C'est sa 3ème finale en tournoi majeur, sa deuxième en Australie, le joueur va t-il enfin glaner son premier titre du Grand Chelem à Melbourne ? Non. L'Ecossais semble décidément faire une sorte de blocage, à chacune de ces finales, il a paru énormément stressé, énervé, manquant cruellement de sang froid. Quoiqu'il en soit, il lui reste ce gros cap à passer. Djokovic remporte, de son côté, son deuxième Grand Chelem en trois petits sets.

Même si Murray a offert un match très décevant en finale, ça n'en reste pas moins très encourageant pour la suite de la saison. Mais cette finale ratée va lui rester dans la tête et à force de mijoter, Andy va s'isoler dans un mauvais état d'esprit et les piètres performances vont suivre. Rotterdam, 1er tour, défaite contre Baghdatis. Indian Wells, 1er tour, défaite contre Donald Young, 143ème mondial. Miami, 1er tour, défaite contre Alexandr Bogomolov. "Angry Andy" ne montre plus aucune motivation ni de signes positifs sur le court, il faut prendre une décision, il l'a prise. Alex Corretja, son entraîneur, est prié d'allé voir ailleurs. Murray marque un nouveau départ dans sa carrière et tourne la page Corretja, avec qui il travaillait depuis 2008.

Renaissance sur l'ocre
Enfin, Murray va renouer avec la victoire et mettre un terme à cette série noire devenue très embarrassante. A Monte-Carlo, il atteint la demi-finale, ne flanchant que contre Rafael Nadal, au terme d'un match haletant. Malgré la défaite, l'Ecossais reprend un peu de confiance, essentiel pour repartir du bon pied. Mais durant ce match, il accentue ses douleurs au coude qui lui porteront préjudice au Masters 1000 de Madrid où il s'inclinera face à Tomas Bellucci. Mais à Rome, il est a un cheveu de créer l'exploit de battre Novak Djokovic, jusqu'alors encore invaincu. Il sert pour le match mais le Serbe reviendra. Il peut néanmoins préparer Roland Garros avec de bonnes certitudes.

A Roland Garros, il évite le pire quand, au troisième tour contre l'Allemand Berrer, il se tord la cheville. Plus de peur que de mal pour le Britannique qui pourra finir son match et l'emporter en 3 sets. Après un marathon contre Troïcki et un match facile face à Chela, le N.4 mondial se qualifie pour le dernier carré composé des 4 fantastiques. Mais Nadal, l'ogre de l'ocre par excellence, sera bien plus fort.

http://images.mirror.co.uk/upl/dailyrecord3/jun2011/3/9/andy-murray-wimbledon-2011-165024383.jpg
Wimbledon, un nouvel espoir...
La saison sur gazon peut commencer. Au Queen's, tournoi de préparation avant Wimbledon, Andy Murray doit faire à l'imprévisible Tsonga en finale. Au terme d'un match compliqué, il ouvre son compteur avec ce premier titre en 2011. A l'approche de Wimbledon, Murray doit subir toute la pression de la presse Britannique. En effet, la Grande-Bretagne attend toujours l'héritier de Fred Perry, le dernier joueur du Royaume-Uni à avoir remporté le Grand Chelem. C'était en 1936... Et Murray semble bien évidemment le mieux placé au niveau national pour conquérir le titre. A Londres, le membre du Top 4 réalise une entame timide de tournoi avant de trouver progressivement son rythme dans la compétition. On retiendra sa bonne prestation contre Gasquet en huitième. Mais en demi-finale, Murray tombe une nouvelle fois sur Rafael Nadal. Bien que Murray aura mieux résisté qu'à Roland Garros, il quitte une nouvelle fois l'aventure à deux marches de la victoire. Pour voir un Britannique sacré à Wimbledon, il faudra attendre...

Le temps fort
La saison estivale prend place, une tournée Américaine s'impose. Après une nouvelle contre-performance à Montréal contre Anderson, il s'adjuge enfin son premier grand titre en 2011 à Cincinnati. C'est le deuxième homme à battre Djokovic cette année, même si ce dernier a abandonné en étant dos au mur. Encore une fois, il peut préparer l'US Open avec beaucoup d'ambition. A New York, il devient le 7ème joueur dans l'ère Open a atteindre les demi-finales de tous les Grands Chelem de l'année, le fruit d'une belle régularité. Mais une nouvelle fois, il s'arrête en demi contre Nadal.

Débute alors le gros temps fort d'Andy Murray cette saison. Il enchaîne trois titres d'affilé ! Bangkok, Tokyo, en parvenant enfin à dominer Nadal, et surtout Shanghai, un Masters 1000, le 8ème de sa carrière. Il rentre dans le même temps dans le Top 3 mondial, devançant ainsi Roger Federer. Mais ces nombreux efforts de ces derniers mois vont lui pourrir sa fin de saison. Amoindri physiquement, il abandonnera notamment en plein milieu du Masters Final de Londres en phase de poules. Une saison donc, en demi-teintes, ponctuée d'exploits et de galères.

Article réalisé par Erwan Quinat l Images : Reuters, Dailyrecord

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page