Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

NBA Planet : Semaine du 6 au 12 février

par Thomas Coignac 13 Février 2012, 19:00 BASKET

Tony Parker sélectionné pour le All-Star Game, c’était l’actualité française de la semaine en NBA. Mais sur le terrain, un autre Français a brillé à Chicago, un meneur à explosé à New York, le champion s’est relevé et un classique a fini en prolongation. Voici le week recap de la NBA.

 
gasol.jpg

Le match :  Boston Celtics-Los Angeles Lakers 87-88

Si les matchs entre Boston et Los Angeles sont toujours serrés et tendus, celui-ci n’a pas fait exception. Et cette rencontre commence par un hommage au Super Bowl avec une passe entre les jambes de Garnett pour Rondo.  Dans un match accroché de bout en bout, les Lakers, faibles à l’extérieur (1/15 à 3 points), compensent par une très grosse présence dans la raquette (31 rebonds pour le duo Bynum-Gasol). Et avec un Kobe Bryant répondant à chaque coup de boutoir de Paul Pierce et Ray Allen, on s’achemine tranquillement vers le money-time. C’est là qu’il ne faut pas craquer, et c’est pourtant ce que fait Kevin Garnett qui va manquer 9 tirs consécutifs ! Malgré tout, à une minute de la fin, Ray Allen, sur un tir primé, permet aux Celtics de prendre l’avantage 82-80. Aucun point ne sera marqué jusqu’à 10 secondes de la fin et un tir raté par Bryant, mais claqué dans le cercle par un Pau Gasol intenable. Egalité donc, et Mike Pietrus manque un dernier shoot à 3 points, alors que le Français pensait obtenir la faute. Durant une prolongation où aucune des deux équipes ne fait la différence, c’est du côté de la défense qu’il faut regarder, avec un contre décisif de Gasol sur Allen au buzzer. Match déclic pour les Lakers ? Ils remontent en tout cas à la septième place de la conférence Ouest.  Le match suivant pour eux se déroulait contre le New York de… Jeremy Lin.

 

Le joueur : Jeremy Lin

C’est l’histoire d’une surprise. Celle du premier joueur d’origine chinoise à devenir un joueur NBA. Celle du premier joueur d’Harvard à arriver dans la Ligue depuis 1954. Celle d’un joueur non drafté, rejeté par les Warriors puis les Rockets. Celle d’un joueur qui a débarqué à New York pour compenser la blessure du rookie Iman Schumpert. Et c’est ce même joueur, Jeremy Lin, qui a éteint un des meilleurs meneurs de NBA, Deron Williams, le 4 février 2012. Ce jour là, Lin marque 25 points. Dans une équipe de New York décimée par les absences de Baron Davis, Carmelo Anthony (blessures) et Amar’e Stoudemire (deuil familial), le jeune meneur (23 ans) a pris les clés.  Alors que 4 matchs compliqués attendaient son équipe avec le Jazz, les Wizards, les Wolves, et surtout les Lakers, Lin a littéralement explosé les compteurs. L’apogée de cette folle semaine interviendra  lors du week-end. Tout d’abord, il épate Kobe Bryant et Pau Gasol en marquant 38 points face à Los Angeles. Et, enfin il donne la victoire à son équipe à Minnesota, en étant impérial aux lancers francs en fin de match. Bilan : 4 titularisations et 27 points de moyenne pour Lin, et surtout, 4 victoires pour New York. Cette ascension pourra-t-elle se poursuivre avec le retour des stars à Big Apple ? Si c’était le cas, New York aurait une nouvelle carte décisive dans son jeu.

 

L’équipe : Dallas Mavericks

Même si le champion est irrégulier, le champion va mieux ! Après 3 défaites la semaine dernière, les Mavs enchaînent maintenant 3 victoires face à des bons adversaires que sont Denver, Minnesota et Portland. Emmenée par un Nowitzki égal à lui-même, par un Jason Kidd de retour de blessure, et un banc royal, Dallas, sans faire trop de bruit, est revenu à la quatrième place de la conférence Ouest.  Et ce n‘est pas une mince performance lorsque l’on voit la nouvelle concurrence. Mais, plus que les stars, c’est le collectif qui brille. Avec 9 joueurs à plus de 5 points, contre Denver, et 8 contre Portland, tout le monde est impliqué. Et, lorsque le collectif patine, Nowitzki est encore là. Avec 33 points en 35 minutes contre Minesota, le MVP des dernières finales a pratiquement gagné le match à lui tout seul. Imaginez donc si les deux vont de pair…

 

Le Français : Joakim Noah

Si Chicago marche bien en ce moment, Joakim Noah, n’y est certainement pas étranger. Le pivot français, dont le début de saison hésitant l’a probablement privé du All-Star Game, continue de  régner dans la raquette des Bulls. Encore plus de 10 rebonds à chacun des 3 matchs de cette semaine, et également plus de 10 points de moyenne lors des rencontres contre les Nets, les Hornets et les Bobcats. Ce dernier match est probablement le plus abouti pour Yooks . Alors que son équipe était privée de son meneur star Derrick Rose, Noah a parfaitement endossé le costume de leader, et, parfaitement secondé par Carlos Boozer a marché sur les pauvres Bobcats (95-64). Avec 17 points, 14 rebonds, et 7 sur 9 au tir, Noah a écrasé les coéquipiers de Boris Diaw. Les Bulls enchainent leur cinquième victoire consécutive, et  continuent d’écraser le classement de la conférence Est.

 


Article réalisé par Thomas Coignac
Crédit photo : Reuters
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page