Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nicolas Jalabert : "J'ai vite trouvé ma voie qui était celle d'équipier"

par Nicolas Gréno 18 Février 2012, 20:00 Les interviews CS

Huit mois après avoir eu Laurent en interview sur Culture Sport, place à Nicolas, le cadet des frères Jalabert. Après avoir mis un terme à sa carrière à l’issue de la saison 2009, comment se porte « trompette » ? L’ancien coureur de la Cofidis, de la Once et de la CSC, pour ne citer qu’elles, a accepté de revenir en arrière le temps d’un entretien. En selle avec Nicolas Jalabert.

 
Nicolas-Jalabert-Tour-de-France-2006-Stage-XQNejI3JP5jl.jpg

Culture Sport : Nicolas, quel bilan tirez-vous de votre carrière ?

Nicolas Jalabert : Je suis très content d'avoir pu réaliser une carrière de quinze ans. J'ai vite trouvé ma voie qui était celle d'équipier.

 

Culture Sport : Quel est votre plus grand regret ? Celui de ne pas avoir porté le maillot de champion de France après une deuxième place en 2002 et une troisième en 2005 ?

Nicolas Jalabert : Effectivement, le championnat qui s’était déroulé à Briançon (édition 2002, ndlr) restera ma plus grosse déception. Mais en même temps, il a fait naître en moi des ambitions à la course au titre.

 

Culture Sport : Avez-vous souffert de la comparaison avec son frère?

Nicolas Jalabert : Non. Mon frère a toujours été une fierté et une énorme source de motivation. Nous n'avions pas les mêmes capacités physiques voilà tout.

 
large 713462

Culture Sport : Quelles sensations avez-vous ressenti lorsque vous avez gagné le chrono par équipe du Tour 2000 avec votre frère ?

Nicolas Jalabert : Ce contre-la-montre par équipe est ma plus belle journée de cycliste : de bonnes sensations, une victoire d'étape sur le Tour de France et mon frère Maillot Jaune... quoi de mieux !

 

200806230994_zoom.jpgCulture Sport : Comment gérez-vous l’après carrière ? Que faites-vous ?

Nicolas Jalabert : La reconversion est, pour tout sportif, une étape à franchir. Une de plus ! Après avoir tenté ma chance dans le cyclisme sans succès, j'ai complètement changé de voie et me voici commercial. C’est un autre rythme, une autre vie, mais j'aime le contact avec les gens.

 

Culture Sport : Le triathlon comme Laurent, ça vous tente ?

Nicolas Jalabert : Pas de triathlon pour moi. Je n’ai vraiment pas envie de faire du vélo maintenant. Je reste néanmoins sportif dans l’âme en pratiquant le running, le marathon trail, etc... J'y prends beaucoup de plaisir. Mon objectif en 2012 est de descendre mon temps de deux heures cinquante-quatre en marathon. C'est faisable (sourire).

 

Culture Sport : Que va-t-il se passer pour vous dans cette saison 2012 ? Quelles seront les révélations par exemple ?

Nicolas Jalabert : Je crois beaucoup aux jeunes qui ont brillé ces dernières années sur le Tour de l'Avenir. Je pense que la relève est là. Andrew Talansky (membre de la formation Garmin-Barracuda, ndlr), m’avait par exemple impressionné. Côté Français, l'inusable Thomas Voeckler sera là et pourquoi pas une belle performance du seul coureur que j’entraîne, Anthony Ravard. Il avait quand même fini treizième des derniers championnats du Monde. Attention à la course au maillot tricolore. Elle se disputera probablement entre sprinters cette année. Alors pourquoi ne pas gagner le titre... par procuration ?

 


Article réalisé par Nicolas Gréno
Propos recueillis par Nicolas Gréno
Contact :
 nicolas.greno@culturesport.info
Crédit photos :
 Getty Images, AFP

commentaires

Haut de page