Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Open d’Australie - Huitièmes Hommes - Le plus dur commence

par Gwendal Le Priellec 23 Janvier 2012, 17:30 Grands Chelems

La Rod Laver Arena entre en ébullition. Les choses sérieuses commencent, les premiers gros chocs intervenant lors de ces huitièmes de finale. On y retrouve les mêmes habitués qu’à l’accoutumée, quelques outsiders complétant le tableau. Tandis que les principaux favoris continuent sans encombre leur route vers la deuxième semaine, c’en est déjà fini des espoirs français.

 

 

Djokovic (n°1) bat Hewitt (WC) : 6-1, 6-3, 4-6, 6-3

Programmé en nocturne, ce match de numéros un mondiaux aura été le clou du spectacle. A trente ans, l’ancien numéro un mondial, aujourd’hui retombé à la 181e place au classement, fait plus que résister face à l’actuel patron du tennis mondial. Devant un public tout acquis à sa cause, Hewitt a mis du temps à rentrer dans son match, bien au contraire du Serbe, offensif et efficace d’entrée. Mené deux sets à rien, la réaction australienne fut superbe, prenant un set « d’honneur » au Djoker, avant de finalement s’incliner. Un champion reste toujours un champion. Hewitt ne gagnera sans doute jamais sur ses terres mais son nom restera gravé à Melbourne. Djokovic quant à lui a du s’employer, perdant son premier set du tournoi, mais il reste toujours en course, après 2h56 d’un match éprouvant, pour un doublé à Melbourne.

 

http://resources2.news.com.au/images/2011/01/05/1225982/061886-djokovic-hewitt.jpg

 

 Ferrer (n°5) bat Gasquet (n°17) : 6-4, 6-4, 6-1

Pas de miracle pour Richard Gasquet. Le Biterrois, malgré une belle résistance dans les deux premiers sets, s’incline logiquement face au numéro cinq mondial. La montagne Ferrer n’est pas efficace que sur terre battue. Son jeu s’adapte en effet très bien au dur australien. Défenseur dans l’âme, l’Espagnol n’en est pas moins un joueur très complet, ses nombreuses montées au filet ayant fait exploser Gasquet. Impérial sur les points importants, David Ferrer était tout simplement injouable pour l’ancien numéro un français. Discrètement mais surement, le numéro deux Ibérique est encore et toujours là, comme à son habitude. Demi-finaliste l’an passé, le voici désormais en quarts. Sans faire de bruit, toujours invaincu cette saison (avec un titre au compteur), et seulement deux sets de concédés en quatre matchs, le rouleau compresseur Ferrer est en marche.

 

http://medias.lequipe.fr/img-photo-jpg/domine-par-david-ferrer-en-trois-sets-richard-gasquet-a-quitte-l-open-d-australie-a-l-issue-de-c/1500000000130471/0:0,1500:756-665-0-70/278e5

 

Murray (n°4) bat Kukushkin : 6-1, 6-1, 1-0 AB

Tombeur de Monfils au tour précédent après un match marathon, Kukushkin n’avais plus la force nécessaire pour affronter le numéro quatre mondial. Des douleurs ressenties à la hanche gauche, ajouté à la chaleur écrasante sur le court, auront contraint le 92e mondial à l’abandon. Gêné dans ses déplacements, il n’avait pu, lors des deux premiers sets, lutter face au Britannique, qui est lui en parfaite forme physique. Le Kazakh obtient néanmoins, pour sa deuxième participation à Melbourne, sa meilleure performance en Grand Chelem. Murray, toujours en quête d’un Majeur à son palmarès, monte peu à peu en puissance au fil des matchs, et n’a toujours perdu qu’un seul set, lors de son match d’ouverture. Invaincu en 2012 avec un titre en poche, il se rapproche de la finale qu’il avait atteint ces deux dernières années. Pour enfin franchir un cap ?

      

 

Nishikori (n°24) bat Tsonga (n°6) : 2-6, 6-2, 6-1, 3-6, 6-3

Incontestablement la surprise de la journée. Annoncé comme l’un des grands favoris après une fin de saison 2011 sur les chapeaux de roues et une début 2012 tout aussi explosif, Tsonga, à l’image du tennis français, a déçu. Terriblement inconstant, il n’aura pu prétendre à la victoire, face au Japonais beaucoup plus régulier dans l’échange et sur la durée. Après un premier set magistral, la machine Tsonga s’est enrayée, pour ne jamais se remettre en marche. Le finaliste 2008 quitte le tournoi par la petite porte. Une défaite qui restera énigmatique, dont le premier bénéficiaire est Nishikori, étoile montante du tennis mondial. C’est ainsi la première fois qu’il atteint un quart de finale en Grand Chelem. Profitant des hauts et des bas de son adversaire, le voici pour la première fois de sa carrière en deuxième semaine.

 

http://www.sports.fr/images/201204/tsonga_abattu_reut.jpg

             

Del Potro (n°11) bat Kohlschreiber : 6-4, 6-2, 6-1

Sans bruits, Del Potro retrouve petit à petit les sommets. Certes la « Tour de Tandil » n’a pas encore affronté de joueur du Top 40, mais le voici, pour la première fois depuis son titre à l’US Open 2009, en quarts de finale d’un Grand Chelem. Le symbole est fort. Très solide dans l’échange, peu inquiété par l’Allemand, l’Argentin a déroulé son jeu, ne rencontrant aucune opposition. S’appuyant sur un coup droit toujours aussi puissant, la promenade de santé s’est rapidement conclue. Son prochain tour sera cependant d’un tout autre niveau puisqu’il retrouvera face à lui Roger Federer. Un très bon test pour savoir où se situe réellement l’Argentin.

 

Federer (n°3) bat Tomic : 6-4, 6-2, 6-2

Pas de surprise, à la grande déception du public venu en nombre. Passé par plusieurs matchs à rallonge lors des tours précédents, le jeune et prometteur Tomic n’avait plus de jus pour venir inquiéter le numéro trois mondial. Au terme d’un match à sens unique, le Suisse s’est en effet hissé pour son 31e quart de finale de suite en Grand Chelem, record en cours bien évidemment. La fatigue ne pouvait lutter contre la magie du maître Helvète. Pendant 1h44, le jeune Tomic se heurte à un mur, ne trouvant jamais la solution, malgré toute sa combattivité. Il réalise cependant sa meilleure performance à domicile. Mais à seulement dix-neuf ans, il aura bien le temps de retenter sa chance. Déjà quadruple vainqueur du tournoi, Federer a faim de titres. Voici déjà deux ans qu’il attend un nouveau tournoi du Grand Chelem. Une éternité.

 

http://www.laliberte.ch/sites/default/files/imagecache/fullnode_image/images/lead_images/articles/23_SP_SP3FEDERER.jpg

Berdych (n°7) bat Almagro (n°10) : 4-6, 7-6(5), 7-6(3), 7-6(2)

Match étriqué entre le Tchèque et l’Espagnol. Au terme d’un match intense, dans lequel chacun des deux joueurs aurait bien pu l’emporter, Berdych égale sa meilleure performance australienne. Toujours invaincu cette saison, bien en jambes, il ramène Almagro à ses vieux démons, lui qui enchainait enfin les victoires après plusieurs mois décevants. Au terme d’une victoire méritée sur le terrain, le match fut marqué par une polémique, Berdych refusant de serrer la main d’Almagro à la fin du match, s’attirant les foudres du public. La raison ? Almagro a tiré, involontairement, sur le Tchèque lors de l’une de ses montées au filet, chose que ce dernier ne lui a pas pardonné, malgré les excuses immédiates d’Almagro. Tension palpable, voici désormais Berdych aux portes des demi-finales.

 

Nadal (n°2) bat Lopez (n°18) : 6-4, 6-4, 6-2

Annoncé diminué physiquement, Nadal est bel et bien là et donne le ton. Quatre victoires en trois sets pour ses quatre premiers matchs, l’Espagnol ne pouvait espérer meilleur départ et ne cesse de progresser au fil des matchs. Face à son compatriote, il a d’emblée pris l’ascendant dans le jeu, solide dans l’échange et au service, s’appuyant sur son habituelle couverture de terrain. Impossible donc pour Lopez, malgré toute sa bonne volonté, d’espérer un résultat final positif. Fatigué par son combat physique au tour précédent face à Isner, il ne pouvait tenir la cadence imposée par le Majorquin. Voici donc le vainqueur 2009 en quarts de finale, là où son corps l’a lâché lors des deux précédentes éditions (abandon face à Murray il y a deux ans et déchirure musculaire l’an passé face à Ferrer). Déterminé et concentré comme à l’accoutumée, Rafa avance sur des bases solides vers un onzième titre en Grand Chelem. Ne reste plus à espérer que son corps ne le lâche pas à nouveau.

 

http://medias.lequipe.fr/img-photo-jpg/rafael-nadal-n-a-mis-que-trois-manches-pour-dominer-feliciano-lopez/1500000000130237/34:27,1486:758-665-0-70/4505d

 

 


Article réalisé par Gwendal Le Priellec

Crédit Photos : L’Equipe, AFP

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page