Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Paris-Roubaix : Tom Boonen est ressuscité

par Pol Loncin 10 Avril 2012, 20:00 CYCLISME

Vélodrome de Roubaix : il est 16h13 lorsqu'une cloche retentit, pas celle de Pâques mais celle de la plus belle des classiques. Deux cent mètres plus loin, quatre doigts se lèvent vers le Ciel. Quatre pour quatre Paris-Roubaix remportés, quatre pour quatre classiques en 2012.

 
bettiniphoto_0106372_1_full_600.jpg

Il en a donc terminé avec ses eux années de Carême, Tom Boonen, ressuscité, entre un peu plus dans la Légende de la petite reine en égalant le Dieu de L'Enfer, Roger De Vlaeminck.

 

Ce dimanche, Tom Boonen a prouvé qu'un champion de sa trempe ne meurt jamais en rendant un caractère héroïque à son sport. Le coureur de Balen a crucifié tous ses adversaires en attaquant à soixante kilomètres de l'arrivée. Ils ne lui avaient pourtant pas donné leurs bénédictions mais les Ballan, Flecha et autre Pozzato sont resté impuissants face à une telle force de la nature. En se lançant dans son chemin de croix, Boonen a pris un gros risque mais, au-delà de la victoire, il voulait le panache. Il voulait écrire l'histoire. Un pari relevé car grâce à cette victoire, le coureur Quick-Step est certainement devenu le plus grand coureur de tous les temps sur ce qu'on appelle les chapeaux de curés, les pavés. Ses disciples, Terpstra, Chavanel et Steegmans, ont également été brillant pour conduire leur leader vers la victoire.

 

Outre Boonen, le sport cycliste pouvait béatifier deux autres hommes en ce dimanche saint. Frédéric Guesdon et George Hincapie ont tous les deux bouclé leur dix-septième Paris-Roubaix, un record. Le Français, vainqueur en 1997, a mis un terme à sa carrière à l'arrivée de cette course, de Sa course. Un autre coureur bleu-blanc-rouge peut être fière de sa prestation. Sébastien Turgot a réussit à transformer l'Enfer en paradis pour les supporters français.

 

De son côté, l'équipe BMC n'a pu faire mieux qu'une troisième place. La formation que l'on associait au Barcelone du cyclisme a été impuissante face au Messie du jour. Ballan, complétant le podium, a peut-être manqué d'équipiers dans le final. Taylor Phinney qui faisait son baptême a été à la hauteur des espoirs fondé en lui. Vainqueur de Paris-Roubaix espoirs en 2010, il s’est classé quinzième cette année, avec Ballan et Hushovd dans son équipe. Mais, ce jeune a encore le temps pour devenir grand.

 
bettiniphoto_0106375_1_full_600.jpg

Comme chaque année, les fidèles ont répondu présent pour la grande messe du cyclisme. Ils étaient très nombreux à communier avec Boonen 1er.

 

Le seul point négatif de la journée a sûrement été les chutes. En plus de Fabian Cancellara mis hors jeu au Tour des Flandres, ce sont Chavanel, Hushovd, Devolder et Pozzato qui ont du oublié leur chance de victoire sur chutes ou ennuis mécaniques.

 

Après les classiques flamandes et la démonstration de Boonen, les amateurs de vélo devront se tourner vers les classiques wallonnes où d'autres coureurs sont attendus. Les Valverde, Sanchez, Rodriguez, Giblert et Schleck s'affronteront dans les Ascencion, les pentes et les côtes. Premier verset de la Trinité Ardennaises, l'Amstel Gold Race dimanche prochain.

 


Article réalisé par Pol Loncin
Crédit photos : Roberto Bettini

commentaires

Haut de page