Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Premier League (J15) : L’ogre City trébuche

par Simon Festinesi 13 Décembre 2011, 21:30 Petit tour d'Europe

Cette semaine, le monde du football tournait autour du grand évènement qu’est le Classico. Le plus grand match du monde entre le Real de Madrid et le FC Barcelone a éclipsé le reste des rencontres du week-end. Pourtant outre-Manche, la quinzième journée s’annonçait alléchante avec le choc entre Chelsea et Manchester City, le 125e anniversaire du Arsenal FC et la réaction attendu de Manchester United après son élimination surprise de la Ligue des Champions. Et encore une fois nous n’avons pas été déçus.

 
7740689851_manchester-city-s-incline-face-a-chelsea-2-1.jpg

L’évènement du week-end

Pour voir le choc du week-end en Premier League, il fallait patienter jusqu’à Lundi soir. Le leader incontestable et incontesté, toujours invaincu se déplaçait à Stamford Bridge. Ayant connu un regain de forme avec une large victoire contre les Wolves en championnat et la qualification convaincante pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions, Chelsea attendait Manchester City de pied ferme. Et on a enfin eu la réponse à la question que tout le monde se posait depuis le début de la saison. Quelle était la première équipe qui allait faire tomber les Citizens? Les hommes de Villas-Boas, qui avait fait des sorties remarquées dans la presse cette semaine, l’ont fait. Pourtant d’entrée, ce sont les visiteurs qui se sont montrés dangereux sous la pluie londonienne. Dès la 2e minute, Balotelli est parti dans le dos d’Ivanovic pour aller se jouer de Petr Cech et marquer dans un but vide. Largement dominés en première mi-temps, les Blues vont égaliser à la 33e sur une reprise de Meireles après un centre de Sturridge. Revenu à égalité, Chelsea a poussé très fort en deuxième période. Rarement cette saison les joueurs de Mancini ont été autant déstabilisés. L’expulsion de Clichy à la 57e minute pour un deuxième carton jaune va offrir des espaces aux locaux. Pendant de nombreuses minutes, la domination des Blues s’est révélée stérile jusqu’à ce que Lescott contre la frappe de Sturridge de la main dans sa surface. C’est Lampard, entré en jeu quelques minutes plus tôt qui transforme le penalty. Après avoir échoué dans cet exercice la semaine dernière, le chouchou de Stamford Bridge a su prendre ses responsabilités. Comme un symbole, celui qui a été relégué sur le banc dans un rôle de joker ces derniers temps offre aux siens le but qui fait tomber l’orge City. Avec cette première défaite de la saison, les hommes de Mancini voient United revenir à seulement trois longueurs. Chelsea de son côté qui confirme sa forme du moment reprend la troisième place à Tottenham à la différence de buts. Le grand gagnant de la journée semble être Andre Villas-Boas. Après des débuts contestés, son avenir s’écrivait en pointillés il y a de cela quelques jours. Aujourd’hui, le schéma qu’il tente d’inculquer à ses joueurs commence à prendre forme et se met en place petit à petit.

 

Les enseignements du week-end

Tout au long de la semaine, l’ambiance était à la fête du côté de l’Emirates Stadium. Le Football Club d’Arsenal célébrait ses 125 ans. Après avoir dévoilé les statues érigées en l’honneur de Thierry Henry, Tony Adams et Herbert Chapman, une grande cérémonie était organisée par le club à l’occasion de la réception d’Everton. Comme souvent lors de ce genre de célébration, le danger est d’oublier qu’il y a un match à jouer. Et pendant longtemps ce match a été plutôt maussade dominé par les Gunners. On se dirigeait vers un triste résultat nul quand Robin Van Persie, encore lui, a surgi pour marquer le but victorieux d’une reprise de volée exceptionnelle. Devant les légendes d’Arsenal qui s’étaient déplacé pour l’évènement, RVP marque un but d’anthologie dont les fans se rappelleront longtemps. Avec ce quinzième but en autant de match de championnat, Van Persie poursuit son année 2011 exceptionnelle. Et dire qu’il n’était même pas retenu pour le Ballon d’Or ! Grâce à cette victoire, Arsenal pointe pour la première fois de la saison à la quatrième place du classement, qualificative pour la Ligue des Champions. Un beau cadeau d’anniversaire.

 

A Manchester au contraire, l’ambiance était plutôt maussade. Avec son élimination surprise de la Ligue des Champions contre Bâle, la défaite en Carling Cup contre Crystal Palace et des difficultés certaines en attaque, un petit vent de crise soufflait chez les Red Devils avant la réception de Wolverhampton. Les joueurs de Fergusson n’avaient plus marqué plus d’un but dans un match de championnat depuis le 1er octobre dernier. Pour ne pas arranger leurs affaires, les mancuniens ont perdu Vidic pour le reste de la saison sur blessure et Cleverley, très précieux au milieu est toujours indisponible. Pourtant, sous une pluie battante, les joueurs de Manchester United ont montré le caractère typique des grandes équipes. Dangereux dès l’entame de la rencontre, les coéquipiers de Wayne Rooney ont pris le match par le bon bout. Rooney et Nani ont marqué chacun un doublé permettant la victoire de leur équipe quatre buts à un face à une équipe de Wolverhampton clairement dépassée. Manchester United se rassure offensivement avec le premier doublé de Nani sous les couleurs du club et le retour aux affaires de Rooney qui n’avait plus marqué depuis le match contre Chelsea le 18 septembre dernier. Défensivement, la blessure de Vidic est passée inaperçue grâce à un très bon Rio Ferdinand qui revient à son meilleur niveau au meilleur moment pour son équipe. A noter également le match stratosphérique de Phil Jones qui a abattu un travail monstrueux au milieu du terrain. Du haut de ses dix-neuf ans, il a été déterminé sur ses courses et déterminant dans ses passes et a fait l’objet d’éloges de la part de Fergusson en fin de match.

 

Liverpool s’est bien repris face aux Queens Park Rangers après sa défaite malchanceuse contre Fulham de lundi dernier. Luis Suarez a permis aux siens de s’imposer sur la plus petite des marges en retrouvant enfin le chemin des filets. Dominateurs tout au long de la partie, les Reds auraient pu accroître leur avantage si Cerny, le gardien de QPR, n’avait pas sorti de superbes parades.

 

Fulham de son côté continue à être irrégulier. Après avoir réussi à vaincre Liverpool, les Cottagers ont perdu sur la pelouse de Swansea City deux buts à zéro. Les gallois peuvent remercier leur gardien Michel Vorm qui a dû s’employer pour sortir un penalty de Dempsey.

Au Reebook Stadium de Bolton, la saison s’annonce très longue et compliquée. Les Wanderers signent leur septième défaite de la saison à domicile contre Aston Villa. Le bilan des joueurs de Bolton à domicile est tout simplement catastrophique. Ils n’ont pris que trois points sur vingt-quatre possibles cette saison et se retrouvent à nouveau lanterne rouge.

A Sunderland, Martin O’Neill qui a remplacé Steve Bruce a été acclamé par le public du Stadium of Light pour son premier match sur le banc. Les fans des Black Cats attendent beaucoup de lui. Et pour rentrer dans le bain, c’est un match à six points qui s’annonçaient contre Blackburn qui est un adversaire direct pour le maintien. Au coup d’envoi, avec la victoire de Wigan la veille contre West Bromwich, les deux équipes étaient relégables. La tâche se compliquait pour les locaux lorsque Blackburn a ouvert le score contre le cours du jeu par Vukcevic. Sunderland a longtemps dominé la partie mais sans arriver à concrétiser ses occasions. La faute à Robinson qui a sorti quelques parades. Mais en toute fin de match, Vaughan et Larsson ont permis à Martin O’Neill de commencer avec une victoire méritée. Les chiffres ne mentent pas : vingt-trois tirs à trois pour Sunderland et 68% de possession de balle. Sunderland se donne un peu d’air et se maintient à deux points du premier relégable. Blackburn ne confirme pas après son carton de la semaine dernière et craque malgré une bonne prestation défensive. Ils n’ont plus gagné deux fois de suite  depuis décembre 2010 quand Steve Kean a pris les rênes de l’équipe. Avant-derniers, la confrontation avec Bolton la semaine prochaine sera capitale.

 

Le top du week-end

Outre la victoire de Chelsea sur Manchester City, la vraie performance du week-end a eu lieu au Britannia Stadium où Stoke City a mis fin à la série de dix matchs sans défaites de Tottenham. Les Potters ont fait preuve de caractère pour tenir malgré les assauts répétés des Spurs. Dans un match où ils n’ont eu que 36% de possession de balle, les joueurs de Stoke ont fait preuve de beaucoup d’efficacité et d’une solidité défensive à toute épreuve. Grâce au doublé d’Etherington, Stoke s’offre un troisième succès de rang et remonte à la huitième place.

 

Le flop du week-end

Le flop du week-end est Newcastle. Les Magpies confirment leur méforme du moment avec une défaite contre les Canaries de Norwich City quatre buts à deux. Après avoir vécu un début de championnat quasiment parfait, les joueurs d’Alan Pardew étaient seuls invaincus avec le leader Manchester City jusqu’à leur confrontation de la douzième journée et avaient la meilleure défense. Depuis, les Toons n’ont pris qu’un point sur douze possibles et ont encaissé plus de buts que sur l’ensemble des onze premières journées. Certes Newcastle doit composer avec les blessures de leurs pièces maîtresses en défense, Coloccini et Steven Taylor qui pointent à l’infirmerie. Le seul point positif du week-end est le doublé de Demba Ba. Le Sénégalais marche sur l’eau depuis le début de la saison et monte sur le podium au classement des buteurs avec onze réalisations.

 

Article réalisé par Simon Festinesi l Image : AFP

commentaires

Haut de page