Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Premier League (J26) : On prend les mêmes et on continue

par Kévin Cassin 27 Février 2012, 15:00 Petit tour d'Europe

Après la Cup, la Champions League ou l’Europa League, les clubs anglais reprennent du service en championnat. Toujours dominé par les deux Manchester, ce championnat réserve toujours des surprises. Voici ce qu’il faut retenir de ce week-end.


88bdb.jpg

Statut-quo en tête du classement

Après leur qualification pour les huitièmes de finale de l’Europa League, United et City devaient confirmer leur statut en championnat pour assoir définitivement une domination déjà inconstestée.

On dit souvent que le chiffre « 13 » porte malheur, mais pour Manchester City c’est tout le contraire. Les Cityzens ont remporté leur treizième victoire en championnat à domicile en autant de match. La victime du soir était Blackburn, premier relégable. Les choses se sont rapidement débridées avec un but de Mario Balotelli bien servi par Kolarov. L’inévitable « Kun » Sergio Agüero double la mise après une erreur de Robinson, le gardien de Blackburn. Et enfin, c’est le bosniaque Edin Dzeko qui clos la mise pour City. Les hommes de Mancini n’ont pas tremblé et gardent leur première place en championnat, et ont mis la pression sur Manchester United.

 

Foot-Angleterre-Manchester-United-bat-Norwich-City_medium.jpgLe taulier Ryan Giggs, toujours avide de jouer et de marquer.

United justement qui se déplaçait à Norwich, meilleur classé des promus cette saison. Les hommes de Sir Alex ont pu compter sur les anciens du club, toujours dans les bons coups et capables de porter une équipe à eux seuls. Paul Scholes ouvre la marque côté Manchester. Cependant, les ardeurs de United ont vite été calmées par l’égalisation de Holt pour Norwich. Mais comme United ne lâche jamais rien, et surtout pas la course au titre, Ryan Giggs, pour son 900e match sous les couleurs des Reds Devils offre la victoire à son équipe à la quatre-vingt-douzième minute, et permet à son équipe de rester à deux points de City.

 

Chelsea était en manque de confiance depuis plusieurs semaines. Battu à Naples en milieu de semaine, il devenait impératif pour Villas Boas de faire un résultat à domicile face à Bolton. C’est le défenseur central David Luis, monté aux avant-postes qui ouvre le score pour les Blues. Tout comme United, Chelsea peut compter sur ses joueurs d’expérience. Frank Lampard délivre un corner sur la tête de Didier Drogba et permet à Chelsea de mener 2-0. Et c’est ce même Lampard qui parachève la victoire en marquant le troisième but pour son équipe. Chelsea est toujours cinquième, au contact d’Arsenal et de Tottenham.


3c9d7.jpg

L’affiche de ce week-end


Il fallait être à l’Emirates Stadium pour assister au 150e derby entre les Gunners d’Arsenal et les Spurs de Tottenham, l’affiche de cette vingt-sixième journée. Un match à gros enjeu, car en cas de succès, les hommes d’Arsène Wenger pouvaient revenir à sept points de leur adversaire du jour, et pourquoi pas rêver de podium.

Le troisième de Premier League prend rapidement les choses en main, dès la quatrième minute, grâce à Louis Saha, et une bonne aide de la défense d’Arsenal, encore à la peine. Tout devient ensuite très compliqué quand Emmanuel Adebayor, l’ancien Gunner, assome l’Emirates en doublant la mise sur pénalty à la trente-quatrième minute.

 

Blessés dans leur orgueil, en manque de confiance, il faudrait un Arsenal en état de grâce pour au moins revenir dans la partie. C’est le frenchie Bacary Sagna qui d’une tête smashée imparable qui relance Arsenal moins de cinq minutes après le but d’Adebayor. Et juste avant la pause, c’est le sauveur Robin Van Persie qui égalise d’une frappe enroulée sonctueuse, et marque son vingt-troisième but de la saison en championnat. Une première mi-temps à rebondissements, qui laisse les deux équipes dos à dos.

Mais après une telle réaction, Arsène Wenger et ses joueurs ne comptaient pas en rester là, au grand regret des Spurs. Tomas Rosicky donne l’avantage à Arsenal, sur une passe de Sagna, dès l’entame de la seconde période, lui qui n’avait plus marqué avec les Gunners depuis quarante-neuf matches. Et la folie gagne le stade quand Théo Walcott, bien décalé par Van Persie, permet à son équipe de mener 4 à 2. Le jeune anglais tonitruant durant ce match, volatilise les derniers espoirs de Tottenham en marquant le cinquième et dernier but d’Arsenal.

En même pas trente minutes, Arsenal corrige Tottenham, et reprend la quatrième place à Chelsea au terme d’un match exceptionnel, qui sans doute, fera le plus grand bien à Wenger et sa bande, avant la trêve internationale.

 


Article réalisé par Kévin Cassin
Crédit photos : AFP
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Nathalie Carneiro 27/02/2012 21:01


les commentaires sont précis et bien écrit. j'ai regardé les matches et cet article refllête ceux que j'ai vu, sans complaisance pour les grandes équipes. bravo

Haut de page