Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Que doit on attendre des Belges en 2012 ? (2/2)

par Julien Detroz 18 Janvier 2012, 13:00 CS BELGIQUE

L’année 2011 fût assurément un grand cru pour la Belgique. La nation, référence dans les classiques, a également brillé sur les épreuves de trois semaines. Et cerise sur le gâteau, le plat pays a découvert de nouveaux talents aux potentiels énormes. De quoi s’assurer un avenir doré à long terme ?

 


Van Den Broeck n’est plus seul

 

Il y a encore quatre ans, la Belgique n’avait aucune chance de briller en montagne. Jurgen Van Den Broeck, révélé sur le Giro 2008, est le successeur désigné de Lucien Van Impe. En 2011, le Belge visait le podium du Tour de France après avoir conclu l’épreuve précédente en cinquième position. Après une semaine de course, VDB profite de la malchance de ses adversaires pour se positionner de la meilleure des manières en vue des Pyrénées. Certains pensent que le natif de Morkhoven est capable de finir l’épreuve en jaune. Mais une vilaine chute dans le Pas-de-Peyrol a anéanti tous ses espoirs. Le Lotto avait axé sa saison uniquement sur la Grande Boucle. Au final, il doit se contenter d’une huitième place finale sur la Vuelta.

Mais Van Den Broeck n’est plus le seul belge du peloton à pouvoir se jouer des classement généraux. Jelle Vanendert s’est découvert des talents de grimpeur en s’adjugeant l’étape du Plateau de Beille. Le sympathique Limbourgeois a également porté le maillot à pois durant plus d’une semaine avant de léguer son bien au sommet de l’Alpe d’Huez à Samuel Sanchez. Si Vanendert préfère se sacrifier pour Van Den Broeck sur le Tour de France 2012, nul doute qu’il lui sera d’une précieuse aide en montagne.

Maxime Monfort a lui aussi franchi un cap. Fidèle équipier sur la Grande Boucle pour les Schleck, le Wallon a ensuite joué sa carte sur le Tour d’Espagne. En terminant sixième devant des garçons comme Nibali ou Rodriguez, il vise en 2012 le top 5 sur l’épreuve ibérique.

Et si le plus grand talent en montagne se nommait Thomas De Gendt ? Le prodige de Vacansoleil, seulement soixante-troisième du Tour de France, a couvert la dernière semaine avec un état de fraîcheur déconcertant. Après avoir connu une chute en tout début de course, le Flamand a finit sixième à l’Alpe d’Huez et quatrième sur le chrono de Grenoble. Le natif de Saint-Nicolas abordera la prochaine édition avec un statut protégé. De quoi laisser présager un bel avenir…

 

La relève assurée ?

 

Avec Topsport et Wallonie-Bruxelles, la Belgique dispose de structures consacrées à la formation des jeunes. On surveillera l’évolution de Zico Waeytens, déjà à son aise sur le Tour du Danemark. Du côté wallon, Van Genechten, cinquième de Kuurne-Bruxelles-Kuurne, et Gaetan Bille ont reçu une promotion en World Tour.

Bart de Clercq, encore très jeune, a surpris son monde en s’imposant sur le fil au sommet du Montervergine lors d'une étape du Giro. Le Lotto a un potentiel énorme, mais il doit encore travailler la récupération avant d’être prêt pour la montagne.

Sep Vanmarcke, remarqué sur Paris-Roubaix, est un grand coureur en devenir. Il évolue chaque année et est considéré par certains comme le prochain Van Petegem.

Pour les sprints aussi, l’avenir s’annonce doré. Si la Belgique se situe dans le creux de la vague actuellement, elle place beaucoup d’espoir sur Van Stayen et Boeckmans.

 


Article réalisé par Julien Detroz

Crédit photo : AFP

commentaires

Haut de page