Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rétro Tennis - Août : L’été bat son plein (8/12)

par Gwendal Le Priellec 27 Décembre 2011, 09:00 TENNIS

Une page se tourne. 2011 prend fin tandis que 2012 prend son envol. De l’Australie au Canada, Europe, Asie, Afrique et Amérique visités, la saison tennistique fut haute en couleurs et riche en rebondissements. L’heure des bilans arrive ainsi, une rétro parfaite pour revivre des moments magiques. Huitième épisode avec le mois d’août, qui voit se conjuguer domination des cadors et réveils tardifs.

 

djokovic-murray-460x306.jpg

 

 

Les aoûtiens ont un menu chargé. Avant d’aborder l’US Open à la toute fin du mois, les tournois s’enchaînent crescendo. Washington, un ATP 250, un petit détour européen par Kitzbühel pour les plus courageux (ATP 500) avant d’en finir sur les deux Masters 1000 de Montréal et de Cincinnati. Après des vacances bien méritées, les cadors ont du pain sur la planche.

 

Stepanek, le retour en forme

Première étape préparatoire de la tournée Nord-Américaine en vue de Flushing Meadows, Washington. Dans la capitale américaine, quelques têtes ont fait le déplacement, à l’image des Fish, Monfils, Verdasco ou Nalbandian. A la surprise générale, c’est bel et bien Stepanek, en difficulté depuis plusieurs mois, qui va faire plier tout le monde, domptant Monfils, auteur lui aussi d’une très bonne semaine, pour le gain du titre. Le tchèque, ancien numéro huit mondial, remporte ainsi le cinquième titre de sa carrière, et ce après des résultats jusque là plus que décevants en 2011. Un retour concluant qui sera cependant sans suite, le Tchèque retombant rapidement dans ses travers tout au long du mois.

Kitzbühel fait quant à lui figure d’exception, se déroulant sur terre battue et non sur dur, comme tout le reste de la tournée nord-américaine. Peu de joueurs d’envergure y participent donc, et c’est le néerlandais Haase, l’une des révélations de 2010, qui s’y impose. C’est par ailleurs le premier titre de sa carrière, pour le désormais quarante-cinquième mondial.

 

1-copie-14.jpg

 Come-back gagnant pour Stépanek !

 

Djokovic/Murray, un rythme d’enfer

Arrivent ensuite les deux Masters 1000 tant attendus. Place tout d’abord au Canada avec le tournoi de Montréal. Toujours sans concurrence, Djokovic arrive en terre canadienne avec une seule défaite au compteur. Performance qui se prive de superlatif une fois le mois d’août arrivé. Et l’hégémonie n’est pas prête de s’arrêter. En effet, une fois de plus cette saison, le Djoker n’a laissé que des miettes à ses adversaires, les balayant un à un pour remporter son cinquième Masters 1000 de l’année. Tout simplement héroïque et inédit. Belle façon de rentrer dans le livre des records pour le premier numéro un mondial depuis Pete  Sampras en 1993 qui inaugure son trône par un succès sur les courts. Un neuvième titre cette année pour celui qui semble inarrêtable. Ni Monfils, ni Tsonga, ni Fish n’auront pu le stopper dans sa course folle, les principaux autres cadors ayant déçu dans le tournoi, à l’image de Nadal ou Murray, tous deux sortis d’entrée. Une démonstration, une de plus.

 

2-copie-11.jpg

 Les superlatifs en viennent à manquer pour Djokovic

 

Suite du récital à Cincinnati, ou cette fois ci les principaux cadors sont plutôt en forme. Murray, Berdych et Djokovic se retrouveront ainsi dans le dernier carré, en compagnie de Fish, finaliste la semaine passée à Montréal, et à qui le dur réussit particulièrement bien. Seul absent de marque, Nadal, qui enchaine les contre performances. Or changement de programme à Cincinnati, puisque le titre revient à Murray (!), qui bénéficie de l’abandon du Serbe en finale pour s’imposer. Touché à l’épaule, il ne peut que baisser les bras face à Murray, qui en profite pour engranger de la confiance.

 

3-copie-1.png

 La roue, pour une fois cette saison, tourne

     

A une semaine de l’US Open, peu de joueurs s’alignent à Winston Salem, petit tournoi de catégorie ATP 250, les cadors préférant rester au repos. Isner en profitera pour s’imposer, aux dépends de Benneteau, auteur d’une semaine folle et de retour à un niveau qu’il n’avait pas atteint depuis bien longtemps. De bon augure à la veille de l’entrée en lice à Flushing Meadows.

 

4-copie-1.png 

 Plus grand, plus fort, Isner l'emporte

     

Les Français en demi-teinte

Nos tricolores auront brillé par intermittence durant ce mois d’août. Par l’intermédiaire de Gaël Monfils tout d’abord, finaliste malheureux à Washington et quart de finaliste à Montréal et Cincinnati, deux fois éliminé par l’ogre Djokovic. Tsonga aura joué beaucoup moins de matchs que ce dernier mais aura su se hisser jusque dans le dernier carré à Cincinnati, pour ce qui reste son seul coup d’éclat aoûtien. Autre joueur en forme, Julien Benneteau, finaliste à Winston  Salem et qui restait sur un exercice 2011 très délicat. Déception du côté des Simon (seul un quart de finale à se mettre sous la dent) ou des Gasquet et autres Llodra.

 

 

     

 

Article réalisé par Gwendal Le Priellec | Images : Reuters 

commentaires

Haut de page