Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rétro Tennis - Avril : Nadal retrouve sa terre battue (4/12)

par Jérôme Collin 23 Décembre 2011, 09:00 TENNIS

Une page se tourne. 2011 prend fin tandis que 2012 prend son envol. De l’Australie au Canada, Europe, Asie, Afrique et Amérique visités, la saison tennistique fut haute en couleurs et riche en rebondissements. L’heure des bilans arrive ainsi, une rétro parfaite pour revivre des moments magiques. Quatrième épisode avec le mois d’avril, un mois sur terre, un mois pour Nadal.

 

1-copie-9.jpg

 Nadal, un terrien à part, maître sur ocre

 

Un peu à l'image de février, avril est une étape entre un mois précédent marqué par des tournois Masters 1000 et le mois de mai où Roland-Garros démarre au bonheur de toute la France. Cependant, le mois d’avril marque le début de la saison sur terre battue, où l'attraction reste encore et toujours Rafael Nadal.

 

Vamos Rafa !

Nadal reste sur deux contre-performances, fait rare pour un compétiteur comme lui, face à Djokovic. Il veut donc se rassurer, et la saison sur terre battue est le moment idéal pour montrer qu'il reste le patron sur cette surface. Il se rend donc à Monte-Carlo, tournoi qu'il a remporté déjà six fois avant 2011. le tableau est relevé, puisque seul Djokovic manque à l'appel parmi les quatre premiers joueurs mondiaux au classement ATP. Mais Federer prouve une fois de plus ses difficultés cette saison, puisqu'il se fait sortir piteusement par ... Jürgen Melzer. Nadal traverse lui les matchs sans problème, et bat Andy Murray en demi-finale. En finale, il s'impose contre son compatriote David Ferrer. C'est son septième succès consécutif sur la terre monégasque. Cependant, des doutes subsistent sur le jeu produit par le numéro un mondial de l'époque. Sa longueur de balle notamment inquiète un peu, puisqu'il est plus sujet aux attaques adverses, il est plus agressé par son adversaire.

Rafael Nadal poursuit sa course aux records en participant au tournoi ATP 500 de Barcelone, qu'il a déjà remporté à cinq reprises. Le tableau est cette fois-ci moins relevé, et il affronte encore David Ferrer en finale. Il le bat en deux sets, mais une fois de plus, son jeu n'est plus aussi réglé que par le passé, et met le doute quant à ses capacités à défendre son titre à Roland-Garros.

 

2-copie-9.jpg

 Nadal/Ferrer : duo de choc

 

Djokovic poursuit sa moisson, Del Potro pour un doublé

Victoires et titre. Dans son tournoi de Belgrade, puisqu'il en est le propriétaire, Nole déroule facilement. Il faut dire que ses adversaires n'ont ni la carrure ni le talent pour embêter un Djokovic en pleine félicité. La finale se déroule à merveille, seul le premier set entretient le suspens. Djokovic triomphe chez lui et poursuit sa razzia.

À Estoril, en terre portugaise, Juan Martin Del Potro se sent comme chez lui, à tel point qu'il remporte son deuxième tournoi de la saison. Il frappe un grand coup lorsqu'il sort la tête de série numéro 1, le Suédois Robin Soderling. Il se paie en finale la tête de série numéro deux, qui n'est nul autre que Fernando Verdasco. À petit pas, Del Potro fait son retour sur la grande scène et redevient un candidat crédible aux places d'honneur lors des tournois d'envergure.

Côté Français, les temps restent durs. À Monte-Carlo, Tsonga est incapable de passer le deuxième tour, recalé par Ivan Ljubicic. C'est pire à Estoril, où il s'incline d'entrée de tournoi. Il n'y a donc pas eu d'effet «électrochoc» après avoir démis son entraîneur de ses fonctions. Jo-Wilfried Tsonga est dans une mauvaise période à laquelle il semble incapable de remédier.

Gaël Monfils ne remonte pas le moral des troupes françaises, puisqu'il est sorti du tournoi monégasque au troisième tour, et ne peut strictement rien faire à Barcelone contre Rafael Nadal.

Gilles Simon atteint les huitièmes à Monte-Carlo et les quarts de finale à Estoril, mais cela reste malgré tout faible.

 

3.png

 Come-back gagnant pour Del Potro

 

À noter également la belle performance de Ryan Sweeting, qui s'impose à Houston en ayant bénéficié d'une Wild-Card. Une belle récompense pour ce jeune Américain de 24 ans, et qui remporte là son deuxième titre personnel. En finale, il dispose du Japonais Kei Nishikori, l'une des révélations de cette saison.

 

 

Article réalisé par Jérôme Collin | Images : AFP

commentaires

Haut de page