Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Steve Chainel : "On doit lutter contre le froid"

par Jérémy Bazin 14 Décembre 2011, 12:00 Cyclo-cross

Le Challenge National finit, c’est  l’heure des bilans avec les principaux protagonistes. Steve Chainel, n’aura participé qu’à la  dernière manche, mais aura animé la manche. C’était aussi l’occasion pour lui de retrouver la scène nationale à quelques semaines du championnat de France.

http://www.nettavisen.no/imagecache/parameter/?action=resize&width=980&height=-1&url=http://pub.tv2.no/multimedia/na/archive/00849/STOR_Cyclocross_84944116x9.jpg
Culture Sport : Vous n’aviez pas participé aux deux premières  manches de Challenge National. Pourquoi faire la troisième ?
Steve Chainel : Il n’y avait pas de manches de SuperPrestige ce week-end. Lors des deux premières courses, j’étais sur le SuperPrestige, donc je ne pouvais pas faire deux challenges en même temps. Besançon, c’est à côté de la maison. C’était aussi l’occasion de faire un cyclo-cross international, il fallait en trouver un et le mieux c’était celui-là. J’ai donc privilégié Besançon à Overijse en Belgique. Mais si la Finale du Challenge National avait été dans le Sud ou à l’Ouest, j’aurais certainement été en Belgique.

Culture Sport : Vous vous êtes rapidement retrouvé devant avec Francis  Mourey avant de lâcher, comment ça s’est passé ?
Steve Chainel : Je ne me sentais pas super bien, les jambes étaient lourdes. J’ai essayé de faire ma course. Quand il a accéléré dans un passage que je n’aimais pas, j’ai vu que je n’arrivais pas à le suivre. Au lieu de me mettre en surrégime, j’ai préféré prendre mon rythme. Il a vite pris trente secondes, ensuite l’écart a plafonné. Francis a lui-même dit que sur ce parcours, il fallait trouver son propre rythme. J’aurais préféré un terrain plus sec, moins « bourrin », sans doute que j’aurais suivi plus longtemps. Mais ce sont les aléas de la course, on fait du cyclo-cross, on dépend aussi de la météo. Et Francis reste une valeur sûre.

Culture Sport : En début de saison, il faisait beau et sec, là les conditions sont moins bonnes.
Steve Chainel : J’aime bien les terrains plus roulants. En octobre, on a encore des beaux jours. A partir de novembre, ça devient plus gras, plus physique, plus difficile avec le froid. On doit aussi lutter contre le froid. Je m’adapte aux conditions et aux terrains.

Culture Sport : En tout cas on se dirige de plus en plus vers un coup de maître de la FDJ aux championnats de France ?
Steve Chainel : D’ici là, beaucoup d’eau aura coulé sous les ponts. Je devrais être à 100%. Après ce n’est pas du cyclisme ou on fait une course d’équipe, là c’est du cyclo-cross. L’objectif c’est d’avoir le maillot. Bien sûr je ne roulerai pas sur Francis si je suis avec un adversaire, il faut quand même qu’un FDJ gagne. On peut faire un triplé, ou mettre trois coureurs dans les cinq, mais l’objectif pour moi c’est d’avoir un FDJ sur le podium à la première place, et je veux que ce soit moi. Francis et Arnold diront la même chose. On ne pense pas à la tactique encore.

Culture Sport : Et la suite ?
Steve Chainel : On est en stage à Pen Bron en Vendée avec l’équipe actuellement. Il y aussi Jérémy Roy qui est là notamment. Dès ce week-end on retrouve la coupe du monde à Namur, j’espère garder ma neuvième place au général, et il y a peut-être moyen d’en gagner une ou deux sur les quatre dernières manches.

Article réalisé par Jérémy Bazin l Propos recueillis par Jérémy Bazin l Image : TDWsport

commentaires

Haut de page