Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Top 14 (J12) : Les Stades au top !

par Vincent Bourgeois 6 Décembre 2011, 20:00 Top 14

Cette douzième journée de Top 14 offrait son lot de choc aussi bien en haut de tableau : Clermont-Castres, Toulouse-Toulon ou encore le derby francilien entre le Stade français et le Racing Metro, qu'en bas de tableau : Lyon-Perpignan, Bordeaux-Bègles-Brive. A chaque fois, le résultat est sans appel : victoire des locaux qui prouvent, s'il en était besoin, qu'en rugby, jouer à domicile est un avantage indéniable.


ALeqM5iSzRhl3UiHVqCP-vp_8aP7F0SpNQ.jpg

Le résumé du week-end

L'affiche de cette douzième journée de Top 14 opposait le Stade français au Racing Metro dans l'enceinte du Stade de France pour ce qui constitue le derby parisien. Hélas pour les 75 000 spectateurs, il n'y a pas eu de match. Le Racing Metro n'a jamais existé au cours de cette rencontre laissant son voisin parisien jouer à sa guise tout au long du match. Trois essais plus tard, le Stade français quittait Saint Denis avec un point de bonus offensif mérité. Après deux saisons à se morfondre dans la seconde partie de classement, le Stade français confirme sa renaissance et redevient le club ambitieux qu’il était. A l'opposé, le Racing Metro n'en finit pas de décevoir. Depuis sa défaite d'un petit point sur la pelouse d'Edimbourg, le club des Hauts de Seine enchaînent les défaites match après match. Pratiquement éliminé de la H-Cup, les parisiens vont devoir se ressaisir s'ils ne veulent pas vivre une fin de saison compliquée et atteindre leur objectif : une place en demi-finale de Top 14.

 

Dans les autres chocs de cette journée, le Stade toulousain s'est affirmé comme un sérieux prétendant à sa propre succession. Critiqués la semaine passée suite à un jeu brouillon, les hommes de Guy Novès ont répondu brillamment aux critiques, et ce face au RC Toulon de Mourad Boudjellal. Les clermontois quant à eux se sont également imposés à domicile face aux castrais. Point noir pour les jaunards : le point de bonus offensif qu'ils ont laissé s'envoler en toute fin de match. Pas de quoi s'inquiéter outre mesure pour le champion de France 2010, qui se place second, juste derrière Toulouse avec sept points d'avance sur le troisième : Castres.

 

En bas de tableau, rien ne va plus pour l'USAP. Les catalans s'enfoncent dans l'anonymat des profondeurs du classement et restent à portée de leur bourreau du soir, Lyon, premier relégable, et qui compte encore un match en retard à jouer contre Bordeaux-Bègles. Le changement de staff n'a rien arrangé côté perpignanais : six défaites consécutives toutes compétitions confondues, l'inquiétude grandit et les catalans se sont déjà résignés à jouer le maintien jusqu'à la dernière journée. Autre grosse écurie en difficulté : le Biarritz Olympique. On pensait le B.O regonflé après sa victoire dans le derby face à Bayonne, mais il n'en a rien été. Face à des montpelliérains de plus en plus séduisant, les basques n'ont rien pu faire pour empêcher cette défaite. Montpellier était sans doute trop fort, mais l'inquiétude subsiste. Biarritz se retrouve coincé dans la zone de relégation, c'est la douzième fois en... douze journées !

 

Dans les autres matchs, l'Union Bordeaux-Bègles s'est imposé à domicile contre Brive et s'affirme comme un candidat crédible au maintien, avec un jeu agréable et séduisant, les bordelobéglais sont en train de remporter leur pari : se sauver par le jeu. Enfin, au stade Armandie, l'aviron bayonnais s'est de nouveau incliné lourdement malgré deux essais marqués et reste accroché à la zone rouge. Avec trois points d'avance sur le premier reléguable, une réaction est attendu pour les basques lors de la prochaine journée, dans trois semaines, contre Castres, et ce avec un nouveau staff.

 

Bilan résultats

Union Bordeaux-Bègles-CA Brive (b.d) : 16-12

Stade Toulousain (b.o)-RC Toulon : 33-12

Clermont-Castres : 33-16

Stade français (b.o)-Racing Metro : 29-3

Lyon OU-Perpignan (b.d): 19-12

Bayonne-SU Agen : 37-18

Biarritz (b.d)-Montpellier (b.o) : 23-30

 

L'essai de la semaine : Vincent Clerc (Toulouse-Toulon)

L'essai de la semaine est à chercher, comme souvent, du côté de la ville rose toulousaine. On joue la cinquante-septième minute et Toulon obtient une mêlée dans ses quarante mètres. Les avants toulousains font l'effort et retournent la mêlée varoise. Louis Picamoles s'empare du ballon et gagne trente mètres à la course, raffutant deux adversaires au passage. Les temps de jeu s'enchaînent, Toulon fini par récupérer la possession et se dégage. Mais les haut-garonnais reprennent le contrôle et réattaque la ligne du RCT. Après trois mouvements de jeu stériles, Yannick Jauzion monte une chandelle dans l'en-but. Vincent Clerc, pourtant loin derrière au départ du ballon, se joue de tous les défenseurs toulonnais et aplatit avant la zone de ballon mort. Une action de près de deux minutes où le jeu dit à la toulousaine a fait des merveilles. Un soutien sans faille, un jeu de passe huilé, le stade toulousain retrouve son jeu après les critiques de la semaine passée du côté de Brive.

 

Le top : Louis Picamoles (Toulouse)

Ça aurait pu être Morgan Parra, auteur de trois transformations, quatre pénalités et un essai contre Castres, mais l'auvergnat a l'habitude d'être régulièrement sous les feux des projecteurs. A l'inverse, Louis Picamoles est plus discret au sein du collectif rouge et noir. Pourtant ce samedi, le numéro huit du XV de Guy Novès a été impressionnant, et ce n'est pas une première. En plus de son abattage physique habituel et de son importance dans les zones de ruck, l'ancien montpelliérain s'est mué en première attaquant contre le RCT. Passeur décisif sur le premier essai, il est également à l'origine du deuxième essai des siens avec une course folle de près de trente mètres. Un match plein pour l'international français qui retrouve peu à peu son niveau qui était le sien du temps où il jouait à Montpellier, après deux saisons pourries par les blessures. Une vraie bonne nouvelle pour le XV de France et son sélectionneur Philippe St André.

 

Le flop : Ludovic Radosavljevic (Clermont)

Il n'est en entré qu'en cours de rencontre face à Castres, en fin de match, à la soixante-douzième, mais Ludovic Radosavljevic est certainement le flop de cette journée. A la soixante-dix-huitième minute, alors que son équipe de Clermont mène largement au score, point de bonus offensif en poche, et ballon dans les mains, le demi de mêlée, remplaçant de Morgan Parra, tente une attaque au large plutôt que d'assurer au près. Résultat : une interception castraise qui marque un essai sur l'action. Le point de bonus s'envole pour l'ASM. Il n'aura joué que huit minutes, suppléant l'homme du match, mais le jeune clermontois coûte cher à son équipe. Ce n'est qu'un point de bonus, mais comme le dit Julien Bonnaire : « ce point vaudra peut être cher à l'arrivée ». En tout cas, si Clermont loupe la seconde place, directement qualificative pour les demi-finales, les supporters sauront où regarder.

 

Article réalisé par Vincent Bourgeois l Image : AFP

commentaires

Haut de page