Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tour Down Under : Une reprise sous le soleil et à enjeux

par Jérémy Bazin 16 Janvier 2012, 18:00 CYCLISME

Vous l’attendiez, la voilà ! C’est l’heure de la grande rentrée du cyclisme sur route. S’il y a déjà eu la Down Under Classic dimanche, le Tour Down Under cette fois marque bien la reprise. Et pour commencer en beauté, l’épreuve est répertoriée dans le calendrier World Tour, de quoi donner quelques idées aux coureurs les plus en formes en ce début d’année. En jeu, la première place du classement World Tour !

http://img.skysports.com/12/01/640/TDUgeneric_2700934.jpg
Willunga rendra le verdict
Soleil, chaleur, mer, plage, palmiers, la carte postale a de quoi faire rêver. De sublimes paysages photographiés en Australie qui arrivent sans escale en Europe. Préparez vos bagages le décollage est imminent. Surtout n’oubliez pas vos casques et vos gourdes. Si vous voulez vraiment aller encourager les coureurs sur le bord de la route pour la première course, il est grand temps de partir, les principaux concernés sont déjà sur place depuis quelques jours. Et pour cause dès dimanche ils ont retrouvé le peloton à l’occasion du Down Under Classic dans les rues d’Adélaïde. André Greipel et le train de l’équipe Lotto auront frappé très fort d’entrée de jeu, se positionnant en grand favori de l’épreuve à venir. Le Tour Down Under rime-t-il toujours autant avec sprinteur ?

« Le parcours est un peu plus dur que les dernières années. Une étape se termine par une bosse de trois kilomètres, mais je pense que des sprinters-puncheurs comme William Bonnet peuvent passer. Les sprinters auront une grosse carte à jouer », nous a confié Jérémy Roy. A vrai dire le coureur de la FDJ a parfaitement résumé la situation et il n’y a qu’à regarder les profils pour s’en convaincre. Des étapes courtes, sans grandes difficultés qui devraient permettre aux hommes rapides de s’expliquer pour leurs retrouvailles en 2012. Sprinter c’est une chose, grimper s’en est une autre. Deux arrivées risquent bien de faire la différence. La deuxième étape arrive à Stirling, mais la ligne se trouve au terme d’un long faux-plat qui forcera les sprinteurs à appuyer encore plus fort sur les pédales. C’est surtout l’avant dernier jour qui devrait permettre d’y voir plus clair au général. L’arrivée sera placée au sommet d’une côte d’un peu plus de deux kilomètres présentant un pourcentage moyen assez faible mais qui fera très mal en ce début de saison. Old Willunga Hill verra s’imposer soit un sprinter-puncheur, soit un homme fort parti dans les derniers hectomètres. Pour le reste, les étapes ne serviront qu’à dessiner les contours du classement final grâce aux bonifications attribuées.

http://pedalmag.com/wp-content/uploads/2012/01/Andre-Greipel-wins.jpg
Des sprinteurs à la pelle
Alors hormis ce dur final, quel est le danger pour ces hommes rapides ? Rappelons-nous que Cameron Meyer a remporté l’épreuve en 2011. L’Australien a mis fin à l’hégémonie de succès des sprinteurs en prenant une échappée au long court qui a su résister à la meute. Un exemple qui doit en inspirer quelques-uns, ce n’est en tout cas pas les baroudeurs qui manquent au départ. Mais si la course est bien cadenacée, un sprinteur l’emportera sûrement mais lequel ?

L
e favori ? André Greipel. Vainqueur en Australie en 2008 et 2010, l’Allemand a montré qu’il était en forme dimanche. Et en plus il ne gagne que lors des années paires. L’édition 2012 ne doit donc pas lui échapper. Mais voilà, GreenEdge sera à domicile pour sa première grande apparition sur le plan mondial et dans ses  rangs il y a un certain Matthew Goss qui entend bien faire vibrer tout son pays. Le vice-champion du monde est d’autant plus attendu qu’il a terminé deuxième de l’épreuve l’an passé. Et s’il n’est pas bien, son équipier Robbie McEwen pourrait bien le seconder. McEwen est certes vieillissant mais sa pointe de vitesse est toujours là, la preuve avec ses quelques victoires en 2011. Restons chez les Australiens avec Heinrich Haussler. Capable du meilleur comme du pire, l’homme de la Garmin  semble bien en ce début d’année en témoigne sa  troisième place hier. D’autant plus que l’arrivée de Wilunga ne va certainement pas l’effrayer. Romain Feillu possède ce même profil. Les arrivées en bosse, il adore, alors lui aussi fait partie de la liste des coureurs à surveiller de près.

Comment  ne pas parler aussi d’Edvald Boasson Hagen qui a toutes les qualités pour triompher. Comment ne pas évoquer le duo orange de la Rabobank composé de Michael Matthews et Mark Renshaw. Comment encore ne pas nommer José Joaquim Rojas qui n’a plus rien à prouver mais tout à gagner. Derrière cette petite dizaine d’hommes, il y en aura bien d’autres qui auront leur mot à dire à l’instar d’Oscar Freire, Greg Van Avermaet, Daniele Bennati, Alessandro Petacchi, William Bonnet et bien d’autres encore. Pour une première course  de la saison, ça s’annonce très ouvert !

Les étapes :
Etape 1 - 17 janvier : Prospect - Clare (149 km)
Etape 2 - 18 janvier : Lobethal - Stirling (148 km)
Etape 3 - 19 janvier : Unley - Victor Harbor (134.5 km)
Etape 4 - 20 janvier : Norwood - Tanunda (130 km)
Etape 5 - 21 janvier : McLaren Vale - Old Willunga Hill (151 km)
Etape 6 - 22 janvier : Adélaïde (90 km)


Article réalisé par Jérémy Bazin
Crédits Photos : C. Vos, Team Sky
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page