Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tournoi des six nations, acte II : les tops et les flops

par Thibault Burban 15 Février 2012, 10:00 RUGBY

Le deuxième acte du Tournoi des Six Nations a pris fin. Des petits qui se rebiffent, un favori qui assure et un arrière qui a du feu dans les jambes. Mais aussi une équipe qui déçoit (encore) et un match complètement gelé.

 
sergio-parisse-et-son-equipe-ont-inquiete-les-anglais_66272.jpg

  TOPS  

 

Des petits plus si petit que cela

L'Italie et l'Ecosse sont considérées comme les petits du Tournoi des Six Nations. Chaque année, c'est à savoir qui des deux aura la chance d'éviter la cuillère de bois ou du moins le privilège de finir avant l'autre. Même si ces deux nations ne vont pas gagner le tournoi, c'est une certitude, on a pu s'apercevoir qu'elles ne veulent plus être considérées comme des faire-valoir. L'Italie avait déjà eu le scalp de la France l'année dernière, elle a failli avoir celui du XV de la Rose ce week-end. Les transalpins étaient même devant à la pause. Ils ne s'inclinent finalement que de quatre points (15-19). Quand au XV du Chardon, après avoir chahuté les anglais, il a rivalisé face aux favoris gallois pendant un peu plus d'une mi-temps (27-13). Bien que les calédoniens excellent dans la conservation du cuir, l'efficacité leur fait encore un petit peu défaut. Et si on leur enlève un essai pourtant bien valable, la tâche devient encore plus ardue.

 

Le Pays de Galles assure...

Le XV du Poireau se positionne de plus en plus comme le favori du Tournoi. Même s'ils ont été accrochés par d'héroïques écossais, les diables rouges ont fini par s'imposer avec une relative marge. Après la pause, les gallois ont craché le feu pendant vingt minutes en passant vingt-deux points à des écossais alors dépassés et surtout réduits à XIII. Par séquence, les gallois nous ont gratifiés de temps de jeu léchés. On notera que l'ailier George North s'est blessé à la cheville droite juste avant la pause, après un contact involontaire avec son coéquipier Jonathan Davies. Il a été suppléé par James Hook. Après leur magnifique match contre l'Irlande, le Pays de Galles a passé l'épreuve écossaise tout en assurance.

 

...et se trouve un buteur nommé Halfpenny

Leigh Halfpenny, buteur victorieux en fin de match contre l'Irlande, a récidivé avec la même aisance face au XV du Chardon. L'arrière du Pays de Galles a marqué la partie de part son efficacité. Avec un cinq sur six au pied, le XV du Poireau a certainement trouvé le buteur qui lui faisait défaut auparavant et il y a encore peu durant la Coupe du Monde. Et quand l'arrière de Cardiff transforme, c'est généralement après avoir lui-même aplati. Dimanche, il était ainsi à la conclusion de deux mouvements menés par ces coéquipiers (51' et 56'). A coup sûr, l'homme du weekend….

 
7743574512_thierry-dusautoir-annonce-au-public-du-stade-de-.jpg

  FLOPS  

 

L'Angleterre déçoit (une deuxième fois)

L'Angleterre a encore déçu lors de son deuxième match dans le Tournoi des Six Nations. Opposé à de valeureux italiens, le tenant du titre a peiné à faire la différence. Certes dans des conditions météorologiques dantesques, ils étaient même menés à la pause. Ce n'est que grâce au sans faute à la botte de son centre Owen Farell et à la faillite des buteurs transalpins que le XV de la Rose a pu sortir victorieuse de cette partie. La performance des anglais a encore été très décevante. Mais fort est de constater, qu'après deux weekend et autant de victoires, elle est toujours en course dans le Tournoi. Mais les choses sérieuses vont commencer dès la prochaine journée où Twickenham  recevra les diables rouges. Une toute autre affaire. Mais l'Angleterre n'est jamais aussi dangereuse que lorsqu'on ne l'attend pas. Le Pays de Galles est prévenu.

 

France-Irlande

Un mot «off» et une question : qui est responsable ? «Off» c'est le mot prononcé par Monsieur Dave Pearson, l'arbitre de la rencontre, mettant ainsi fin au suspense sur les coups de 21 heures. Le match France-Irlande était annulé. 80 000 personnes, venues des quatre coins de la France ou de l'Irlande pour voir le match, restèrent à ce moment abasourdies. Et pourtant, ce scénario était prévisible. Avec la vague de froid qui sévit actuellement en France, maintenir le match à 21 heures au stade de France était une idée farfelue. Alors, à qui la faute ?  Il ne sert, semble-t-il, à rien d'accabler l'arbitre qui n'a pu que constater l'impraticabilité du terrain : le risque de blessures aurait été alors trop important pour les joueurs. Par contre, il semble que le comité des Six Nations ne soit pas exempt de tout reproche en refusant  d'avancer le match à 15 heures, comme l'aurait voulu le diffuseur. Une enceinte plus à la norme, dépassée. Le Stade de France a également essuyé une belle salve de critiques, la FFR ne loupant pas l'occasion dans l'optique de l'obtention d'un stade réservé au rugby. Et une nouvelle question : à quelle date le match va t'il être reporté ?

 


Article réalisé par Thibaut Burban
Crédit photos : AFP

commentaires

Haut de page