Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le BarOlympique Culture Sport #1 : Les Français en forme

par Nicolas Gréno 12 Avril 2012, 19:30 Londres 2012

Pour ne rien vous cacher, cet article devait être publié il y a maintenant un petit moment. Finalement, nous avons bien fait de ne pas l’avoir mis en ligne. Pourquoi ? Parce que les prestations des coureurs Français, qui sont de haute volée, s’enchainent. Ils sont très en vue nos Frenchies en ce début de saison 2012. Entre les deux victoires d’étapes de Julien Simon au Tour de Catalogne et le succès de Thomas Voeckler lors de la Flèche Brabançonne en passant par la deuxième place de Sébastien Turgot à Paris-Roubaix, nos coqs sont en pattes. Mais nous ne faisons pas non plus un grand cocorico.

 
demare

Et dire que ces trois coureurs précédemment cités n’appartiennent pas à une formation World Tour. Et dire que Julien Simon (Saur-Sojasun) et Sébastien Turgot (Europcar) n’ont inscrit le moindre point au classement mondial. Même si leurs performances étaient grandes, elles ont compté pour du beurre aux yeux de l’UCI (Union Cycliste Internationale) puisqu’ils sont membre d’équipes Continental Pro. Les deux tricolores ne peuvent donc pas être référencés dans le classement World Tour mais dans celui de l’Europa Tour. Le Tour de Catalogne et Paris-Roubaix étant deux épreuves inscrites dans le calendrier World Tour… niet. C’est rageant quand on sait que le deuxième d’une classique comme l’ « Enfer du Nord » reçoit un pactole de quatre-vingt unités. Turgot serait actuellement dix-septième mondial. Une place derrière Fabian Cancellara. Avec ces fameux quatre-vingt points, Europcar, serai antépénultième au classement par équipe. Seizième, mais devant sa rivale la FDJ, qui elle est estampillée WT. Et encore ! Nous n’avons pas additionné, au pécule de Turgot, les points glanés par Thomas Voeckler ou encore Alexandre Pichot. Avec eux, le classement de la France serait également bien meilleur. De la neuvième place, nous passerions par exemple à la sixième place sur l’échiquier planétaire.

 

Bref, le but de cet article n’était pas de revenir, une nouvelle fois, sur le mauvais fonctionnement des classements mondiaux proposés par l’UCI, mais sur la liste Olympique que pourrait composer Laurent Jalabert à trois mois de l’échéance Londonienne.

 

Nous vous rappelons rapidement sa liste provisoire : Jimmy Casper, Blel Kadri, Lloyd Mondory, Jean-Christophe Péraud, Anthony Ravard, Christophe Riblon (Ag2r La Mondiale), Arnaud Démare, Pierrick Fédrigo, Anthony Roux, Arthur Vichot (FDJ-BigMat), Dimitri Champion, Laurent Pichon (Bretagne-Schuller), Samuel Dumoulin, Adrien Petit (Cofidis), Jonathan Hivert, Julien Simon (Saur-Sojasun), Pierre Rolland, Thomas Voeckler (Europcar), Sylvain Chavanel (Omega Pharma-Quick Step), Romain Feillu (Vacansoleil-DCM) et Tony Gallopin (RadioShack-Nissan).

 

Vous pourrez remarquer que Turgot ne figure pas dans les petits papiers de Jaja. Tant pis. Il reste néanmoins de très bons éléments au sein de ce groupe. A commencer par Julien Simon, donc, lauréat de deux étapes du relevé Tour de Catalogne. Le coureur de Saur-Sojasun a impressionné son monde et inscrit de précieux points pour une possible sélection. Mais derrière, ça se bouscule au portillon. Thomas Voeckler pourrait faire vœux de candidature. Le vainqueur de la Flèche Brabançonne n’aura peut-être même pas besoin de partir en campagne pour être élu par Laurent Jalabert tant l’Alsacien semble être un pilier de l’équipe de France. Même chose pour le porteur du maillot tricolore impressionnant lors des classiques Flandriennes, au service de sa Majesté Tom Boonen. Si le numéro un mondial n’avait pas été chez Omega Pharma-Quick Step, Sylvain Chavanel aurait eu sa chance et aurait même pu viser au moins une victoire lors du Ronde par exemple. En tous cas il était en forme et en confiance, surtout après ses deux bouquets acquis (enfin !) lors des Trois jours de la Panne (chrono final et classement général).

 

Les valeurs sûres du cyclisme hexagonal ont aussi répondu présent depuis le début de l’année. A commencer par Jean-Christophe Péraud. Le vice-champion Olympique de VTT a décroché un nouveau top dix dans une course à étape (septième du Tour du Pays Basque) prouvant qu’il faudra encore compter sur lui en 2012. Son équipier chez Ag2r, Christophe Riblon a lui aussi réussi à se glisser dans le top ten de Tirreno-Adriatico (neuvième). Pierrick Fédrigo, de son côté, s’est rappelé au bon souvenir de tous. Un temps malade l’an passé (la faute au syndrome de Lyme, la « maladie du chasseur »), il revient doucement en forme (deuxième du GP de Montréal en septembre) et confirme son retour aux affaires en décrochant l’étape reine du Critérium International, jugée au sommet du col de l’Ospedale. L’Aquitain se classera second au général, juste derrière Cadel Evans.

 

Pour terminer, petite mention spéciale à deux petits jeunes qui ne cessent de monter, haut, très haut même. A commencer par Arnaud Démare (FDJ) qui réalise un début de saison canon. Le champion du Monde espoir a déjà remporté quatre victoires (dont Le Samyn et Chloet-Pays de Loire) et ce pour sa toute première année chez les professionnels. Ca relève du génie pour ce sprinteur promis à un grand avenir. Quand on regarde un peu les coureurs qui ont gagné à quatre reprises cette saison, ça laisse rêveur : Samuel Sanchez, Alejandro Valverde et… Mark Cavendish, l’autre champion du Monde. Et encore, Arnaud n’est pas passé loin de claquer deux autres victoires (deuxième d’une étape des Trois jours de la Flandre-Occidentale et quatrième de Kuurne-Bruxelles-Kuurne après avoir aidé son leader du jour Hutarovich). On voit mal comment Jalabert pourrait se passer d’un si bon sprinteur pour une épreuve Olympique qui pourrait se conclure par un sprint massif. Le souci, c’est que le parcours est peut être un poil trop long pour lui encore.

Le second coureur qui progresse à pas de géant est Tony Gallopin. Vainqueur l’an passé de la Coupe de France, l’ancien coureur de la Cofidis a cette saison signé dans la formation de son oncle (Alain, directeur sportif) RadioShack-Nissan. Il a pour leader Fabian Cancellara, qui s’est depuis brisé la clavicule lors du Ronde. Le Suisse l’a pris sous son aile, preuve que le quadruple champion du Monde du chrono fonde beaucoup d’espoirs en lui. Troisième du Tour d'Oman, meilleur jeune, il s'était présenté lors des classiques Flandriennes en lieutenant de Cance'. Très en vue après l’abandon de son leader lors du Tour des Flandres, Tony aurait pu décrocher une très belle place à l’arrivée, mais il a été freiné dans son élan par un problème mécanique. Et pourquoi ne pas le retrouver avec un maillot bleu-blanc-rouge dans les rues de Londres ?

 

Aujourd’hui jeudi 12 avril 2012, si nous étions Laurent Jalabert, notre liste serait la suivante :

Leaders : Thomas Voeckler (Europcar) et Sylvain Chavanel (Omega Pharma-Quick Step), parce qu'ils sont incontournables un peu comme Lloris ou Dusautoir en foot ou rugby, et parce que Chavanel roule très bien contre-la-montre (en témoigne sa victoire lors des Trois jours de la Panne),

Sprinteur : Arnaud Démare (FDJ), parce que c'est pour l'instant, et de loin le meilleur Français de la spécialité,

Puncheur et/ou poisson pilote : Julien Simon (Saur-Sojasun), parce qu'il a montré qu'il pouvait être très bon face aux meilleurs coureurs mondiaux, il roule sans complexes.

 


Article réalisé par Nicolas Gréno
Contact : nicolas.greno@culturesport.info
Crédit photo :  Site officiel de l’équipe FDJ

commentaires

Haut de page