Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Liga (J27) : Malaga fait la bonne affaire

par Emilien Gomez 13 Mars 2012, 21:00 Petit tour d'Europe

Le duel fratricide entre Messi et Ronaldo pour le Pichici, la victoire cruciale de Malaga face à Levante dans la course à la Ligue des Champions, la mauvaise de Villareal contre Getafe, le doublé du jeune Coutinho ou encore le relâchement de Valence face à Majorque : tels sont les faits marquants de cette vingt-septième journée de Liga BBVA.

 
messi-ronaldo-543.jpg

Les faits marquants du week-end : Malaga remporte le premier round

Les écarts se resserrent derrière le Real Madrid et le Barça qui l'ont respectivement emporté au Bétis Seville (3-2) et à Santander (2-0). En effet, Valence, qui a perdu deux nouveaux points face à Majorque (2-2), voit Malaga, vainqueur du choc contre Levante (1-0), réapparaître dans ses rétroviseurs (quatre points de retard pour les Boquerones). Fatigués par leur exploit d'Old Trafford, les basques de Bilbao ont quant à eux perdu le derby contre Osasuna (2-1). Ils redescendent ainsi à la septième place, juste derrière leurs voisins de Pampelune. Désormais à égalité avec Osasuna, les Granotes de Levante font la mauvaise opération de la journée en laissant leur quatrième place à Malaga, qui les a battus au terme d'un ersatz de duel pour l'Europe. Cependant, rien n'est terminé. Pas mal d'équipes peuvent espérer se qualifier pour une compétition continentale. On pense notamment à l'Atletico Madrid (huitième), qui a pas mal engrangé depuis l'arrive de Diego Simeone. Vainqueurs facile de Grenade (2-0), grâce à des buts de Miranda et Falcao, les Colchoneros ne sont plus qu'à quatre petits points de Malaga (quatrième).

 

En ce qui concerne la descente en Liga Adelante (la deuxième division espagnole), la lutte se résume à un trio : Villareal, Santander et Gijon. Devant Saragosse qui semble déjà condamnée, tout est possible. C'est Villareal qui a fait la mauvaise affaire du week-end. Alors qu'il avait la possibilité de creuser l'écart avec la zone rouge après la défaite de Santander contre le Barça (2-0), le sous-marin jaune a encore déçu en perdant au Madrigal, contre Getafe (2-1), et ce, malgré la présence au coup d'envoi des Nilmar, Borja Valero, Cani et autres Senna... Le Sporting Gijon, vainqueur du FC Seville (1-0), en profite donc pour revenir à trois points de l'ancienne équipe de Santi Cazorla (dix-septième). L'espoir renaît chez les Rojiblancos.

 

Le top du week-end : Cristiano et Messi, ces extra-terrestres

Trente-deux buts pour le premier, trente pour l'autre, à douze journées de la clôture de la saison. Les chiffres sont ahurissants, surhumains même. Auteur d'un doublé à Santander, après son quintuplé historique de Leverkusen (7-1), Leo Messi continue de talonner CR7 pour le titre de Pichichi de la saison 2011-2012. Tenant du titre et leader de ce classement, le buteur portugais a, comme l'a montré le quotidien AS, déjà marqué plus de buts à lui seul, que douze équipes en Liga. Incroyable. Le record de buts en Liga (quarante-deux), établi la saison passée par le lusitanien, risque fort d'être battu dès cette année. Par l'une ou l'autre de ces deux étoiles, voire par les deux, qui sait... Avec eux, rien n'est impossible ! 

 

andoniiraola_philippecoutinho_afp.jpgLe joueur du week-end : Coutinho ira très loin.

Un joueur va certainement crever l'écran lors des trois derniers mois de championnat : Coutinho. Ce jeune brésilien de dix-neuf ans, prêté par l'Inter Milan, sera, à n'en pas douter, la révélation de la deuxième partie de championnat. Convaincant titulaire sur l'aile gauche des Pericos, lors de ses trois dernières sorties, le champion du monde des moins de vingt ans avec la Selecao (2011) est la bonne affaire du mercato hivernal. Ses deux premières réalisations contre le Rayo (10' et 22') en attestent, Coutinho s'est déjà parfaitement adapté à son nouvel environnement. Chose loin d'être aisée pour un jeune joueur de son âge. Il ne lui reste plus qu'à convaincre définitivement Massimo Moratti, que le futur de l'Inter passe par son talent et non par celui des cadres vieillissants déjà en place, en enchaînant les bonnes performances jusqu'à la fin de la saison.

 

Le flop du week-end : mais qu'arrive-t-il à Valence ?

Valence joue avec le feu. Troisième incontesté de la Liga il y a peu, le club d'Adil Rami voit Malaga se rapprocher dangereusement de son ticket pour la Champion's League (à seulement quatre points). Tenus en échec à Mestalla par Majorque (2-2), les Valencians n'ont remporté que deux de leurs dix derniers matches de championnat. A l'image de leur relâchement coupable contre le PSV Eindhoven (alors qu'ils menaient de quatre buts, les Chés ont encaissé deux buts à domicile qui pourraient leur coûter cher au match retour), les joueurs d'Unai Emery se sont vus trop beaux en menant 2-0 avant la mi-temps. Deux réalisations majorquines de N'Sue Lopez et Casadesus sont venus punir leur nonchalance. Le carton rouge de Tino Costa a même montré un semblant de nervosité chez les champions d'Espagne 2004. Evidemment, ils devront très vite se reprendre, s'ils veulent éviter une terrible désillusion...

 


Article réalisé par Emilien Gomez
Crédit photos : AFP
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page